La société de logiciels pour le cloud, ZoomInfo (à ne pas confondre avec La société de visioconférence Zoom Vidéo) a fait un bond en avant avec son introduction en bourse, récoltant près d’un milliard de dollars de nouveaux capitaux, ce qui constitue la plus grande entrée en bourse d’une entreprise technologique depuis le début de l’année.

 

ZoomInfo, qui fournit une plateforme de souscription pour aider les équipes commerciales, a commencé ses opérations jeudi avec une capitalisation boursière de 8,3 milliards de dollars. L’introduction en bourse de la société est la deuxième cette semaine, après Warner Music, qui a levé 1,9 milliard de dollars avec une capitalisation boursière de 13 milliards de dollars la veille.

ZoomInfo a levé 935 millions de dollars sur 44 millions d’actions dans son offre et se négocie désormais sous le symbole « ZI » – à ne pas confondre avec Zoom Video Communications, la plateforme de visioconférence, devenue populaire pendant la pandémie, qui se négocie sous « ZM ». La demande des investisseurs pour les actions de ZoomInfo a atteint un sommet lorsque la tournée de présentation de l’entreprise a commencé la semaine dernière, et la société avait auparavant augmenté deux fois le prix de son introduction en bourse pour le porter à 21 dollars par action, au-dessus de sa fourchette initiale de 16 à 18 dollars.

Alors que les protestations pour l’égalité raciale balaient les États-Unis et que la pandémie de Covid-19 a secoué l’économie, le moment choisi par ZoomInfo pour entrer en bourse pourrait sembler inopportun. C’est assurément inhabituel : l’activité d’introduction en bourse a chuté de 36% cette année, avec seulement 38 offres publiques, tandis que le produit total est inférieur de 51% à la même période l’année dernière, à 11,8 milliards de dollars, selon la société de recherche sur les introductions en bourse Renaissance Capital. Ces conditions économiques ont jeté un doute sur les ambitions d’offre publique d’un grand nombre d’autres entreprises technologiques, en particulier dans le domaine du voyage et de l’hôtellerie, où Airbnb et la plateforme de voyage d’affaires TripActions ont reporté les projets annoncés.

Mais, comme de nombreuses entreprises de logiciels cloud qui se sont révélées précieuses pour la main-d’œuvre à distance, ZoomInfo a vu la demande de ses services par abonnement monter en flèche pendant la pandémie. La société a généré 102 millions de dollars de ventes au premier trimestre 2020, avec un flux de trésorerie disponible de 64 millions de dollars, et a un taux de croissance de 50%, selon ses déclarations. Et dans une interview avec Forbes, le PDG Henry Schuck a déclaré que la demande pour les services de ZoomInfo a continué de monter en flèche, avec le mois d’avril qui a été le premier mois le plus fort de l’histoire de l’entreprise à un trimestre de ventes. « L’entreprise s’est montrée assez résistante pendant la pandémie », a déclaré Henry Schuck.

Ces paramètres – rentabilité élevée et taux de croissance élevé – pourraient faire de l’introduction en bourse de ZoomInfo l’une des offres les plus attendues de mémoire récente, a déclaré Kathleen Smith, directrice de Renaissance Capital. « Ce sera l’une des meilleures introductions en bourse du premier jour que nous ayons vues », prédit Kathleen Smith. À 12 heures, les actions n’étaient pas encore cotées, le Nasdaq s’efforçant d’équilibrer la demande des acheteurs et de fixer un premier prix en direct.

Basée à Vancouver, Washington, la société de logiciels SAAS (software as a service) utilise l’intelligence artificielle et le traitement des données pour aider les équipes commerciales et de marketing des entreprises à atteindre leurs clients. Contrairement à la plupart des start-up financées par le capital-risque, ZoomInfo a suivi un chemin différent de croissance des investissements depuis sa création en 2007. La société de capital-investissement Great Hill Partners a acquis ZoomInfo en 2017 pour 240 millions de dollars, puis l’a vendu en 2019 à la société de marketing et de vente DiscoverOrg pour un montant déclaré de 500 millions de dollars.

Les discussions en vue d’une éventuelle offre publique ont commencé l’année dernière, selon Henry Schuck. Les nouveaux investisseurs, TA Associates et Carlyle Group, détiennent ensemble 60% des parts de la société, tandis que Henry Schuck en détient 10%.

À l’ouverture de la bourse jeudi, la célébration de l’introduction en bourse de ZoomInfo a été différente de ce que Henry Schuck avait imaginé lorsqu’il a cofondé la société alors qu’il était étudiant en droit à 23 ans. Henry Schuck a pu faire sonner la cloche d’ouverture, une étape importante pour toute entreprise – mais en 2020, il l’a fait loin des bureaux du Nasdaq à Times Square. « Il y a toujours eu un rêve de se tenir par terre et d’appuyer sur le bouton », dit-il. « Mais je suis d’accord pour appuyer virtuellement sur ce bouton ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : David Jeans

 

 

<<< À lire également : Une Dette De 2 500 Milliards De Dollars Fragilise Les Géants De La Bourse >>>