Dans l’ombre du Bitcoin et dans la roue de l’Ethereum,  le Ripple incarne en quelque sorte la « troisième voie » des cryptomonnaies. Forte d’une progression fulgurante en 2017 (+36 000% !), cette monnaie, notamment reconnue pour son protocole de paiement ultra-rapide, est-elle en mesure, à terme, de faire descendre le Bitcoin de son trône ?

Pendant que le Bitcoin tenait le haut de l’affiche, porté aux nues ou voué aux gémonies selon les circonstances, d’autres cryptomonnaies attendaient patiemment leur « heure de gloire », tapies dans l’ombre, traçant leur sillon loin des coups d’éclat du sieur Bitcoin. Car le grand public, via notamment la démocratisation de l’usage de plateformes d’investissement comme Coinbase, Kraken ou encore la petite française Bitit, et via pléthore d’articles sur la question, a également appris à faire connaissance avec la « concurrence ». Ethereum, Bitcoin Cash, Litecoin mais également Ripple font désormais partie du vocable des investisseurs en herbe là où la « nébuleuse cryptomonnaie » était jadis réservée à un collège (très) restreint d’initiés. Mais l’une d’entre elles, hors bitcoin, a particulièrement tiré son épingle du jeu dans toute cette effervescence : le Ripple, « XRP » selon le vocable consacré. Et pour cause, sur la seule année 2017, le Ripple a littéralement crevé le plafond, s’envolant par-delà les cieux, avec une croissance de 36 000 % ! Une « hausse » essentiellement imputable aux spéculateurs asiatiques. En effet, le continent, notamment au Japon, en Corée du Sud ou encore en Chine via Hong Kong, est le théâtre d’environ un tiers des transactions en cryptomonnaies.

Comment expliquer cet engouement ? Par un protocole de paiement ultra-rapide, supplantant allègrement celui du Bitcoin et consorts, comme le rappelle le site spécialisé Coinlist, qui propose notamment une infographie particulièrement bien documentée sur l’histoire du Ripple.  En effet, comme rappelé par le site, une pièce de XRP offre un temps de règlement record, en l’occurrence 4 secondes.  Un temps très largement inférieur à l’Ethereum (plus de deux minutes) ou encore au Bitcoin qui fait carrément office de mauvais élève avec un temps de règlement dépassant allègrement les 60 minutes ! D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si de prestigieux établissements bancaires et financiers, en vertu de cette rapidité d’exécution, comme UBS, la banque espagnole Santander ou encore UniCredit, ont souscrit au réseau Ripple.  Autre argument mis en avant : la stabilité de la « galaxie Ripple » puisque la société Ripple Labs détient près des deux tiers (61,3% selon Coinlist) des 100 milliards de pièces XRP en circulation.  

Le Bitcoin en ligne de mire ?   

Divers éléments qui ont même permis à la « petite monnaie qui monte » de passer brièvement devant l’Ethereum (considéré comme le dauphin du Bitcoin) en matière de capitalisation boursière. « Même si Ethereum a repris la deuxième place devant Ripple, nous pensons que Ripple sera probablement l’une des deux crypto-monnaies à détrôner le Bitcoin, actuellement en tête de la capitalisation boursière. Si Coinbase lance Ripple, nous pensons qu’un prix départ de 10 $ est réaliste, avec 25 $ probablement d’ici la fin 2018 », souligne Cameron Boxen, éditeur chez Coinlist.  Une petite explication de texte s’impose : Coinbase est  incontestablement le  « géant » du marché des plateformes d’échanges de cryptomonnaies. Avec ses 7,5 millions d’utilisateurs disséminés à travers 190 pays, la start-up californienne, fondée en 2012, fait en effet littéralement office de « mètre étalon » en la matière. D’où le fait que le cours pourrait bondir si Coinbase décidait d’offrir à ses utilisateurs l’accès au Ripple.

Le Bitcoin a-t-il pour autant des raisons de trembler face à la menace Ripple ?  La reine des cryptomonnaies a été particulièrement bousculée ces dernières semaines. En effet,  le début d’année 2018 a ressemblé à un véritable chemin de croix pour la devise numérique qui a même flirté dangereusement avec les 5 000 dollars début février. Pour rappel, le Bitcoin valait encore 16 000 dollars au début du mois de janvier. S’il s’est depuis repris, oscillant autour des 9 000 dollars, ce coup de semonce a-t-il fragilisé ses positions ? Nous sommes encore très loin d’un passage de témoin en dépit de la trajectoire impressionnante du Ripple. Mais en matière de cryptomonnaie, on n’est à l’abri de rien.  Le Ripple a aiguisé l’appétit des investisseurs, et, c’est une certitude, fait désormais office de véritable challenger. Au minimum.