A quoi vont servir les 120 milliards d’euros d’épargne mis de coté par les Français pendant le confinement ? La Caisse des Dépôts vient d’apporter quelques précisions.

Selon la note mensuelle sur la “Situation financière des ménages”, publiée vendredi par la Banque de France, entre mars et juillet, les Français ont mis de côté sur leurs comptes à vue, leurs livrets et comptes rémunérés, et une fois déduits leurs crédits, 85,6 milliards d’euros, et même jusqu’à 107,5 milliards d’euros en comptant les 21,9 milliards de cash qui dorment bien sagement sur les comptes courants.

La banque centrale précise qu’en juillet, le montant des économies a même atteint 16 milliards d’euros, soit 2,5 fois plus que le montant moyen des dépôts collectés chaque mois depuis 2017 (6 milliards d’euros).

Selon la Banque de France, le bas de laine des Français n’a jamais été si important. Avec les conséquences que l’on connaît. Alors que les entreprises ont fait face à d’énormes difficultés, les ménages ont épargné ce qu’ils n’ont pas consommé.
Selon le Ministre de l’économie, Bruno Le Maire : « Ces 100 milliards d’euros d’épargne doivent s’ajouter aux 100 milliards d’euros du plan de relance pour soutenir notre économie. ».

Le taux d’épargne des Français s’est envolé depuis le début du confinement. Selon les chiffres de l’Insee parus le 26 août, alors que la consommation des ménages a lourdement chuté au deuxième trimestre (- 11,5 % après – 5,8 %) en raison du confinement, le taux d’épargne a grimpé à 19,7 % au premier trimestre puis à 27,4 % au deuxième ! À titre de comparaison, il était de 14,9 % en 2019.

À quoi va servir ce cash ?

L’épargne des Français va servir à construire des ponts, des logements ou encore des pistes cyclables, a indiqué dimanche Éric Lombard, directeur général de la Caisse des dépôts (CDC), organisme qui gère l’épargne des livrets garantis par l’Etat, en dévoilant un plan d’investissement post Covid de 26 milliards d’euros dans les transports, le logement et les équipements des territoires.

La CDC compte mobiliser le cash des Français pour “accélérer la transition écologique et le passage à une économie plus inclusive”.

Parmi les chantiers du plan de relance de l’État que prévoit de financer la CDC, “la rénovation thermique des bâtiments publics et des HLM”, avec pour objectif la rénovation de “22 millions de mètres carrés en métropole et en outre-mer”.

La CDC prévoit aussi d’investir dans des “infrastructures de recharge de véhicules électriques” très demandées par les constructeurs automobiles, avec “50 000 bornes de recharge” installées “rapidement”.

“Nous allons aussi accélérer le développement des nouvelles énergies (hydrogène, gaz, électricité) dans les transports publics et financer 11 000 véhicules propres dans les collectivités locales ” et investir dans le développement des énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydraulique) pour “alimenter 4,5 millions de foyers”, explique M. Lombard.

La CDC confirme la création d’une “Banque du climat”, tout en soulignant qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle structure : elle résulte “de l’action coordonnée de la Banque des territoires et de Bpifrance dont la CDC détient 50 % avec l’État”. “À eux deux, ces organismes vont investir et prêter 40 milliards d’euros pour la transition écologique”.

Côté logement est prévu le financement de “15 000 nouvelles places en EHPAD” en deux ans, 170 000 logements sociaux, dont 40 000″ construits sur fonds propres.
Elle a déjà contractualisé avec des promoteurs pour la construction de 30 000 logements, dont 5 000 seront réservés aux personnels de santé, policiers.

“Enjeu majeur” pour les élus, la CDC prévoit aussi de financer “100 foncières spécialisées en commerces de centres-villes”. “Si on veut des points de vente modernes, il faut faire un remembrement, c’est-à-dire regrouper les magasins et engager des travaux” avec le soutien des pouvoirs publics pour que “le loyer reste attractif”.
Par ailleurs, la CDC compte investir 1,3 milliard d’euros pour soutenir le tourisme et financer 100 000 formations qualifiantes pour les moins de 25 ans.