Alors que le coronavirus fait rage sur les marchés boursiers, la Réserve fédérale des États-Unis a annoncé de nouvelles mesures pour soutenir l’économie.

Elle devrait injecter plus de 1 500 milliards de dollars sur le marché ces prochains jours. À cette annonce, les actions ont immédiatement regagné quelques points, réduisant les pertes de moitié, avant de rechuter de 8 %. Dans un communiqué de presse publié jeudi après-midi, la banque centrale américaine déclare : « Ces mesures ont pour but de faire face aux perturbations très inhabituelles sur les marchés dues à l’épidémie de coronavirus ».


La Réserve fédérale a également élargi la gamme de ses achats pour la gestion des réserves, auparavant limités aux bons du Trésor à court terme, afin d’inclure d’autres types d’instruments financiers. Ces mesures sont destinées à conserver les liquidités du marché ; en d’autres termes, la banque centrale américaine veut empêcher les « gels » et veut s’assurer que les acheteurs et les vendeurs ont toujours la possibilité de négocier.

C’est la troisième fois en quatre jours que la Réserve fédérale annonce vouloir augmenter les prêts sur le marché des pensions : mardi, elle avait annoncé injecter 50 milliards de dollars, puis 25 milliards de dollars supplémentaires mercredi. Suite à l’annonce de la Réserve fédérale, les actions ont réduit leurs pertes de moitié, mais sont ensuite revenues à leur plus bas niveau en moins d’une heure. Jeudi à 14 heures (heure de l’Est), l’indice Dow Jones était en baisse de 8 %.

Mardi, Donald Trump a annoncé la présentation imminente d’un plan de relance économique pour faire face à la crise engendrée par la pandémie de coronavirus, ce qui a permis aux actions de se redresser légèrement. Mais dès mercredi, elles ont de nouveau chuté alors que les détails du projet du président se sont fait attendre. Jeudi matin, les actions européennes se sont effondrées suite à l’annonce de Donald Trump suspendant toutes les liaisons entre les États-Unis et l’Europe pendant 30 jours. Cette semaine, les actions de la Réserve fédérale se sont concentrées sur le marché des pensions, sur lequel elle prête à court terme de l’argent aux institutions financières pendant la nuit afin qu’elles aient suffisamment de liquidités pour couvrir leurs opérations le lendemain. Pour réaliser ces transactions, la banque centrale américaine achète des titres à un vendeur (une banque ou un fonds spéculatif par exemple) qui accepte de les racheter plus tard avec un intérêt, ce qui permet à la Réserve fédérale d’injecter davantage de liquidités dans le système bancaire.

Il y a deux semaines, à la suite d’une réduction d’urgence des taux d’intérêt de la Réserve fédérale, son président Jerome Powell avait souligné que les mesures de la banque centrale ne devaient être qu’un élément de réponse à la crise multifacette, qui devrait aussi impliquer les autorités sanitaires, fiscales, locales et nationales, ainsi que des changements de la politique monétaire : « Nous savons qu’une réduction des taux ne fera pas baisser le taux de contamination et ne réparera pas la chaîne d’approvisionnement brisée ».

Selon les négociants en obligations, la probabilité que la Réserve fédérale réduise les taux d’intérêt à zéro la semaine prochaine est de 100 %. Donald Trump a déjà critiqué la banque centrale à plusieurs reprises, jugeant qu’elle n’avait pas baissé ses taux assez rapidement, ou lui reprochant d’être trop « lente » dans son action face à la pandémie de coronavirus.

 

<<< La Réserve Fédérale Baisse Ses Taux Pour Contrer Le Coronavirus >>>