Coste et Billy sont le duo de photographes, instagrameuses et influenceuses le plus en vue du moment. Les réseaux sociaux sont au cœur de leur pratique artistique, puisque nombre de leurs modèles en sont issus, mais aussi et surtout parce qu’elles sont soutenues par une communauté fidèle, qui s’étoffe chaque jour. Leur univers onirique joue allie la sophistication et la pureté, la candeur et la puissance, à travers des personnalités sublimées, dans des ambiances intimistes et lumineuses. Poétesses de l’image, elles sont des artistes visuelles audacieuses et engagées.

Vincent Daffourd : Quels ont été vos parcours, avant votre rencontre ?

Billy : Le début du parcours de Coste est plutôt étonnant. En effet, Coste avait une phobie : la photographie. À l’école, la classique photo de classe — moment tant attendu par tous les enfants était pour elle une grande épreuve. Sa peur était perçue comme très étrange par ses camarades et elle a rapidement compris que, pour s’intégrer, elle devrait la surmonter. À 12 ans, elle prend son courage à deux mains et se procure un appareil photo appartenant à sa mère. Elle photographie d’abord une peluche qu’elle met en scène, puis ses sept frères et sœurs, ses amis et, à l’âge de 15 ans, elle conquiert ses premières clientes. Coste se rend compte du pouvoir de la photo : lorsque son modèle prend confiance face à son objectif, cette confiance devient contagieuse, et Coste en bénéficie. Elle développe rapidement son style autour de cette énergie de la femme puissante et assumée.

Coste : Billy est dotée d’une sensibilité peu commune ; elle accorde depuis son plus jeune âge le même respect et établit le même rapport envers toutes les espèces vivantes sur cette terre. Elle ne fait pas de différences entre les humains, les animaux ou encore les plantes. Lorsqu’elle était petite, parler aux fleurs ou aux arbres était pour elle quelque chose de totalement naturel. Cependant, cette vision si pure du monde l’a éloignée des autres enfants. Pour ne pas être rejetée, elle a caché à ses semblables cette sensibilité. Elle a trouvé sa manière de la faire rejaillir en se réfugiant dans l’art. Elle peint, dessine, fait de la poterie et crée son univers plein de poésie et de justesse. Elle décide alors de devenir directrice artistique afin de partager sa vision du monde avec le plus grand nombre.

Effet Papillon I By Coste & Billy
Effet Papillon I © Coste & Billy

Comment est né votre duo ?

Billy : Coste étudiait la photographie et moi le design graphique. Nous avons complété nos formations par du motion design et c’est à ce moment-là de nos études que nous avons été amenées à nous rencontrer. Nous avons eu un véritable coup de cœur amical et par la suite professionnel. Nos univers, nos visions et nos compétences nous ont tout de suite semblé parfaitement compatibles. C’était comme une évidence qu’il fallait que nous allions plus loin ensemble. Assez rapidement, Coste m’a dit : « Allez, on plaque tout et on monte un projet ensemble ! » alors qu’on ne savait même pas réellement ce qu’on avait concrètement envie de faire.

Coste : Billy a immédiatement accepté cette idée. Son désir d’aventures et de changer de vie était immense. À l’époque, nous étions en alternance la semaine pour financer l’école, et nous travaillions également dans une petite boutique de vêtements chaque week-end. Petit à petit, à force d’économies, nous avons acheté notre premier appareil photo, et les portraits nous ont semblé être le médium qui nous correspondait le plus. Capturer des personnalités, des énergies, les sublimer, les rendre parfois douces et vulnérables, d’autres fois fortes et énigmatiques, c’est ce qui nous fait vibrer.

La Parisienne I By Coste & Billy
La Parisienne I © Coste & Billy

Où puisez-vous votre inspiration ?

Coste : Notre inspiration vient de l’alchimie entre la nature et l’humain. Ce que nous voulons, c’est raconter une histoire, mais surtout communier avec une personnalité et ses énergies. C’est pour cela que notre univers s’ancre à la fois dans le réel et dans le fantasmagorique. C’est une autre dimension, une bouffée d’air frais pour nous, un refuge. Notre travail est véritablement notre moyen d’expression. Notre art s’entremêle pour faire de nous des artistes visuelles.

Billy : Notre vision correspond parfaitement à nos personnalités et à l’alliance de celles-ci. Coste, c’est la force, et moi, c’est la poésie. Dès le début, nous nous sommes inspirées du féminin et de ses dualités, nous jouons tant avec sa puissance qu’avec sa vulnérabilité. C’est exactement l’équilibre qu’il y a entre nous deux. Nous n’en serions pas là en tant qu’artistes si nous avions travaillé chacune de notre côté. Nous puisons constamment dans nos énergies contraires et dans nos similitudes. Nous aimons dire que nous sommes à la fois les mêmes et les opposées.

Comment construisez-vous votre style ? Quelles sont vos références ?

Coste : Notre « style », si on peut le dire ainsi, provient de notre état d’esprit du do it yourself. Nous l’assumons complètement ! Nous avons commencé en mode débrouille, avec des décors faits maison et des lampes de chevet comme lumières. Finalement, ce côté-là ne nous a pas quittées. Il fait partie intégrante de ce que nous sommes et de notre inspiration.

Billy : Nous avons des références, des mouvements et des artistes que nous aimons beaucoup comme l’impressionnisme, Salvador Dali, Hayao Miyazaki, Cindy Sherman.

Harmony I By Coste & Billy
Harmony I © Coste & Billy

Quels messages souhaitez-vous véhiculer à travers votre travail artistique ?

Billy : Notre leitmotiv est : « Avec rien, on peut faire de grandes choses ». Depuis nos débuts, c’est cet état d’esprit qui nous a servi de boussole, que ce soit quand nous réalisions nos photos à la lampe de chevet ou quand nous mettions du scotch partout sur nos murs pour créer des décors. Nous utilisons notre art comme un prisme sur le monde et participons à notre manière à partager des valeurs qui nous sont chères.

Coste : Nous mettons en lumière le parcours de femmes incroyables que nous avons rencontrées, des femmes fortes et inspirantes par leurs engagements et combats. Cela n’exclut en aucun cas les hommes que nous photographions de plus en plus. La société évolue et ce sont autant de messages que nous partageons et que nous voulons transmettre tels que les enjeux climatiques et écologiques, les droits humains, la santé, la représentation des différents corps dans les médias et bien d’autres. En fin de compte, ce qui nous anime, c’est de mettre en lumière l’humain, la terre et leurs évolutions.

Racontez-nous comment se crée et se concrétise un projet…

Coste : Les projets démarrent par Billy. Elle a une idée, un sentiment, une vision. Sa sensibilité nous permet de capter aisément l’essence qu’il y a autour de nous. Une fois mis sur le papier, elle me le présente.

Billy : Coste comprend immédiatement ce que j’ai dans la tête, car on se connaît par cœur. Elle ajoute alors sa vision et pense à l’aspect technique de l’œuvre. Ensuite, nous réalisons ensemble les décors, nous cherchons les lieux dont nous avons besoin et la/le modèle qui correspond à l’histoire que nous souhaitons raconter. Puis place à la prise de vue ! Coste fait ressortir la puissance et capture l’âme du modèle avec son objectif, ainsi que sa beauté et ses failles, parce que toutes et tous sont uniques et beaux à leur façon.

Coste : Pendant que je photographie, Billy s’occupe de la lumière, le but étant de trouver la lumière idéale selon l’œuvre et les traits de la personne photographiée.

Billy : La phase finale, ce sont les retouches effectuées par Coste. Elle me les montre ensuite et nous peaufinons les derniers détails.

Self-love
Self-love I © Coste & Billy

Quelle a été votre expérience de shooting la plus mémorable ?

Coste : Il y a eu tellement de shootings incroyables et intenses ! Mais si nous devions faire une sélection, nous en choisirions deux. Le premier, c’est avec Netflix, la première marque qui nous a fait confiance. ll y a deux ans, nous avons reçu un message sur notre compte Instagram de leur part. Nous avons paniqué, persuadées que, peut-être, nous n’avions pas payé notre abonnement et qu’ils nous avaient retrouvées. Et là, quelle surprise ! Il s’agissait d’une demande de shooting de leur part pour photographier Emma Mackey, l’actrice phare de la série Sex Education. Ils sont venus chez nous et nous avons réalisé la photo d’Emma à la lampe de chevet. Ils ont été d’une bienveillance mémorable.

Billy : Le deuxième, c’est l’un de nos derniers shootings pour notre exposition. Nous avions un projet de décor ambitieux : un piano à queue rempli d’eau, une maison abandonnée et un couple pour raconter une histoire d’amour. Nous avons trouvé assez facilement un piano à queue qui devait être jeté. Nous l’avons rénové, avec l’aide de nos familles, pour en faire un piano piscine. Par contre, pour la maison, c’était une autre histoire… Nous avons passé plusieurs jours et nuits à faire de l’urbex, en vain. Nous avons quand même préparé les modèles pour le shooting, en sachant qu’il y aurait de grandes chances pour que tout soit annulé. À la dernière minute, notre étoile nous a souri. Nous avons fait la rencontre, tout à fait par hasard, d’une femme qui faisait de l’urbex et qui nous a montré LA maison que nous cherchions depuis le début.

Ces moments-là sont magiques. Nous aimons toujours laisser une place au hasard, nous pensons que le destin a souvent bien plus d’imagination que nous ! Si on ne cadre pas tout, et qu’on lui laisse une place, le résultat en est d’autant plus incroyable.

Sirene
Sirene I © Coste & Billy

Quelles collaborations vous feraient rêver ?

Coste : Il y en a beaucoup de personnes nous inspirent. En voici quatre, pour des raisons et des inspirations totalement différentes : Lily-Rose Depp, Kylie Jenner, Selena Gomez et Michelle Obama.

Vous avez réussi à faire d’Instagram une vitrine d’exposition permanente pour vos œuvres, et c’est un succès. Quels sont vos projets artistiques ?

Billy : Tout d’abord et sans réfléchir à la question, nous voulons continuer, aller de l’avant. Nous serons toujours présentes sur Instagram, car c’est grâce à notre communauté qui nous suit depuis des années maintenant que nous existons, et dans les moments de doute, de fatigue, ses membres sont là et nous motivent. Nous avons la chance d’avoir une belle communauté autour de nous, bienveillante et d’être en contact constant avec toutes celles et ceux qui croient en nous.

Coste : Internet permet d’avoir accès à l’art gratuitement et, pour nous, c’est quelque chose d’important. Nous non plus, par manque de moyens, nous n’avons pas toujours eu l’occasion d’aller à des expositions ou voir des spectacles.

Dans un futur proche, nous allons développer différents canaux de publications et de partages, comme YouTube. La vidéo nous passionne, et c’est un pan de notre art que nous souhaitons de plus en plus exploiter. En ce moment, nous finalisons un projet dont nous sommes très fières : notre toute première exposition. Elle aura lieu en juillet et retrace tout notre parcours artistique depuis deux ans.

Renaissance - exclusivité Forbes 2021
Renaissance – exclusivité Forbes 2021 I © Coste & Billy

Pouvez-vous nous en dire plus sur cette première exposition ?

Coste et Billy : Ces œuvres exclusives ont été réalisées sur-mesure pour l’exposition. Ce projet ambitieux nous a poussées à voir plus grand. Certaines sont teintées d’impressionnisme, d’autres d’onirisme, de surréalisme, toujours entre rêve et réalité. Nous avons le sentiment que ces dernières photos marquent incontestablement un tournant dans notre évolution artistique.

De la toile virtuelle à la toile réelle, il restait au duo un pas à franchir, et le voilà bientôt franchi. L’exposition de Coste et Billy se composera de dix œuvres inédites et exclusives, qui seront dévoilées le jour du lancement de l’événement, en juillet prochain. Toutes les informations seront distillées, en temps utiles, sur le compte Instagram des deux photographes, là où tout a commencé. Et là où tout continuera… Car si une chose est certaine, c’est que les deux amies artistes ne souhaitent rien changer de leur manière de créer et de partager leurs œuvres.

<<< À lire également : Avec Issue, son magazine digital, Bottega Veneta prend le pari de se passer des réseaux sociaux >>>