À l’échelle mondiale, les 1% les plus riches génèrent la moitié des émissions de carbone du trafic aérien. Les militants réclament depuis longtemps une taxe sur les grands voyageurs, arguant que seuls les riches peuvent se permettre de prendre l’avion si souvent, mais que les gaz à effet de serre produits nous affectent tous.

Une nouvelle étude, réalisée par l’Université suédoise de Linnaeus et publiée cette semaine dans The Guardian, a révélé que seuls 11 % de la population mondiale ont pris l’avion en 2018 et que 4 % seulement de ces voyages ont eu lieu à l’étranger. Les passagers américains ont parcouru le plus grand nombre de kilomètres dans les airs, générant plus d’émissions de carbone que les dix pays suivants, dont le Royaume-Uni, le Japon et l’Allemagne réunis. 


L’identification d’une si petite élite, qu’il a qualifiée de « super-émetteurs », à l’origine de la moitié des émissions de l’aviation a été la découverte la plus révélatrice, a déclaré Stefan Gössling, professeur de recherche en tourisme à l’université de Linnaeus. Il pense que cela a des implications importantes sur la façon dont la croissance des émissions devrait être abordée.

« Si nous voulons résoudre le problème du changement climatique en revoyant la conception de l’aviation, nous devons commencer par le sommet, où quelques “super-émetteurs” contribuent massivement au réchauffement de la planète », a-t-il déclaré.

« Les riches ont eu beaucoup trop de liberté pour concevoir la planète selon leurs souhaits. Nous devrions voir la crise comme une opportunité de réduire l’impact du transport aérien. »

Le nombre de passagers a diminué de moitié environ dans le monde depuis que la pandémie de coronavirus s’est installée en mars. De nombreux pays restent bloqués ou mettent en quarantaine les arrivants en provenance de l’étranger, tandis que d’autres ont été dissuadés de prendre l’avion en attendant qu’un vaccin soit disponible. Le nombre de vols réguliers aux États-Unis cette semaine est toujours en baisse de 46,3 % par rapport à la même période l’année dernière, selon Statista.

Toutefois, les opérateurs de jets privés ont fait état d’une demande beaucoup plus résistante, les riches voyageurs ayant choisi de louer leurs propres avions pour réduire le risque d’attraper la Covid-19.

Le nombre de vols privés entre le 1er septembre et le 15 octobre n’a diminué que de 10 % par rapport à l’année précédente, alors que le volume des vols commerciaux a presque diminué de moitié, selon WingX, le cabinet de conseil en aviation. En août 2020, il y a eu en fait plus de vols de jets privés qu’en 2019, alors que les personnes riches et leurs familles ont vu les taux d’infection commencer à augmenter dans le monde entier, rapporte le Financial Times.

Cela souligne l’inégalité fondamentale que beaucoup perçoivent dans l’aviation. Alors que certains soulignent la montée des compagnies aériennes à bas prix et des vols bon marché, leur impact est minimisé par les passagers qui les fréquentent.

Une enquête menée l’année dernière par le ministère britannique des transports a révélé que 48 % de la population ne prenait pas un seul vol à l’étranger en 2018. Les chiffres sont plus alarmants dans d’autres pays, l’étude de l’Université de Linnaeus montrant que 53 % des Américains n’ont pas pris l’avion cette année-là, ni 65 % des Allemands.

Repenser les émissions de carbone du secteur aéronautique

Les militants appellent les décideurs politiques à profiter de cette période de perturbation pour repenser leur approche du trafic aérien s’ils veulent sérieusement atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre.

Les précédentes propositions visant à introduire des mesures dissuadant les grands voyageurs ont généralement été rejetées par les gouvernements et le secteur de l’aviation. En octobre dernier, un rapport de l’Imperial College London, rédigé pour le Committee on Climate Change (CCC), recommandait « une interdiction des miles et autres programmes de fidélisation qui encouragent excessivement les vols ».

Il a également approuvé l’introduction d’une taxe basée sur les miles aériens parcourus, plutôt que sur le nombre de vols pris, notant que les voyages long-courriers « causent beaucoup moins de dommages ».

L’International Council on Clean Transportation (ICCT) a fait valoir que les plans de sauvetage financier des compagnies aériennes par les gouvernements devraient être soumis à une obligation de prélèvement sur les fréquences. Le groupe de réflexion a déclaré que cela pourrait « générer des fonds pour la recherche et le développement à partir des vols les plus fréquents et également apporter des avantages en matière de santé publique en limitant les vols à haute fréquence qui augmentent le risque de pandémie mondiale ».

Le secteur aéronautique réplique qu’il n’est responsable que de 2,4 % de toutes les émissions mondiales de CO2 dues à l’utilisation de combustibles fossiles, mais les critiques soulignent que ce chiffre a augmenté de 32 % au cours des cinq dernières années. En outre, le trafic aérien aux États-Unis a augmenté trois fois plus vite que le taux d’amélioration du rendement énergétique entre 2013 et 2018 et le trafic mondial a connu une croissance six fois plus rapide.

Les plans du secteur pour réduire les émissions, en grande partie grâce à des systèmes de compensation, ont été qualifiés de faibles. Les mesures prises par l’organisme de transport aérien, International Coalition for Sustainable Aviation, n’auront qu’un impact faible, voire nul, sur les émissions de carbone jusqu’en 2024.

La situation financière précaire de la plupart des compagnies aériennes, due à l’impact de la Covid-19, signifie qu’il est peu probable que les gouvernements imposent de sitôt des exigences strictes en matière de réduction des émissions. Pénaliser les grands voyageurs sera sans doute une option plus acceptable, mais il s’agit là d’une mesure que peu de gouvernements souhaitent appliquer de manière significative.

Article traduit de Forbes US – Auteur : James Phillipps

<<< À lire également : Les Milliardaires Sont Plus Riches Que Jamais >>>