Le coronavirus a fait grimper les fortunes des milliardaires de la planète comme jamais auparavant. Depuis le début de la pandémie, la richesse totale détenue par les milliardaires dans le monde a augmenté d’un quart pour atteindre plus de 10 000 milliards de dollars.

À cela s’ajoute une nouvelle étape franchie dans le monde des milliardaires : pour la première fois, le seuil des 200 milliards de dollars a été atteint. C’est Jeff Bezos qui a franchi cette barre au mois d’août, alors qu’UBS et PwC comptaient les données de leur rapport annuel sur les milliardaires.

Le rapport, publié le 7 octobre, montre que la fortune collective des milliardaires a augmenté à son rythme le plus rapide au cours de la dernière décennie.


Entre avril et juillet, ils ont vu leur richesse totale grimper de 27 %, alors qu’elle était de 8 000 milliards de dollars au début du mois d’avril. Cette croissance est due en grande partie aux plans de relance des gouvernements.

Selon le rapport Riding the Storm, publié conjointement par UBS et PwC : « La richesse des milliardaires est faiblement corrélée aux marchés des actions. À partir de la fin mars, les énormes mesures d’assouplissement fiscal et quantitatif des gouvernements ont entraîné une reprise des marchés financiers ».

D’après une étude de Goldman Sachs menée en février, plus de la moitié des actions et des parts détenues par les ménages américains appartient au 1 % le plus riche des États-Unis. Au fur et à mesure de la hausse des marchés, ce sont donc les plus riches qui enregistrent les gains les plus importants.

Le plan d’aide intitulé CARES Act lancé outre-Atlantique n’a fait qu’amplifier ces gains. En effet, une faille dans la législation de mars a permis aux millionnaires de bénéficier d’environ 1,7 million de dollars de la part du gouvernement. Depuis, 133 autres grandes entreprises ont reçu 5 milliards de dollars du département du Trésor des États-Unis.

De même, au Royaume-Uni, des plans de relance gouvernementaux d’une valeur de plus de 16 milliards de livres ont été directement versés à des entreprises appartenant à des milliardaires.

Dans le rapport Goalkeepers de la Fondation Bill et Melinda Gates, publié le mois dernier, on peut lire de la plume de Melinda Gates elle-même : « Cette pandémie a amplifié toutes les inégalités existantes dans notre société ». Ce rapport suit les 17 objectifs mondiaux des Nations unies pour le développement durable. Le numéro 10, « réduction des inégalités », ne fait que s’éloigner à mesure que les plus riches continuent à s’enrichir.

 

Les milliardaires donnent plus que jamais (pour le moment)

Par corrélation, en plus d’accroître la richesse des plus grandes fortunes, le coronavirus a également augmenté les dons des milliardaires. Les recherches d’UBS et de PwC montrent que ces derniers temps, les dons de leur part sont plus importants que jamais dans l’histoire.

Le rapport note également que « cela ne représente sans doute qu’une fraction du montant total [des dons], étant donné la tendance à la discrétion ». En effet, selon une autre étude publiée mardi, plus des trois quarts des familles riches préfèrent donner anonymement.

Selon Guy Hudson, associé et responsable marketing chez Stonehage Fleming, une entreprise qui a publié le rapport Four Pillars of Capital : « Cette tendance à la discrétion signifie que l’ampleur de leur contribution à la société n’est toujours reconnue ».

Mais lorsqu’on leur demande s’ils envisagent de donner plus cette année que les années précédentes à cause du Covid-19, plus de la moitié des personnes interrogées dans le cadre de l’étude de Stonehage Fleming répondent « Non ».

UBS et PwC ont également constaté que la charité était certainement temporaire. Lorsque des milliardaires ont été interrogés au sujet de leurs projets pour les 12 prochains mois, la philanthropie n’était pas en tête des priorités pour la plupart.

Au contraire, la réponse la plus populaire concernait la « planification de la succession ». La philanthropie n’arrive qu’en sixième position, avec seulement un quart des personnes interrogées déclarant qu’elles prévoyaient de donner plus au cours des douze prochains mois.

Même les 7,2 milliards de dollars de dons effectués dans le cas de la lutte contre le Covid-19, qu’UBS et PwC attribuent à 209 milliardaires, ne représentent que 0,3 % de la richesse totale des milliardaires acquise pendant la même période.

De telles statistiques ne vont qu’accroître les appels aux dons à l’intention de milliardaires et les initiatives visant à faire pression sur les gouvernements, notamment américain, pour qu’ils envisagent un impôt sur la fortune.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Ollie Williams

 

<<< À lire également : Covid-19 : Les Nouveaux Milliardaires De La Fintech >>>