L’incendie de 2019 qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris a obligé les responsables à prendre un certain nombre de décisions difficiles, notamment sur la manière de remplacer la flèche. Ayant choisi de reconstruire la flèche pour qu’elle corresponde à son design classique, la France est maintenant confrontée à une nouvelle tâche controversée : où trouver tout ce bois ?

 

Selon Le Figaro, des équipes forestières écument la forêt de Breteuil et la forêt de Conches, dans l’Eure, pour y trouver des chênes âgés entre 150 et 200 ans. Le temps presse. Le président Emmanuel Macron s’était fixé comme objectif de reconstruire la flèche d’ici 2024. Mais les arbres devront d’abord sécher, après avoir été coupés, pendant 12 à 18 mois.

Cela signifie que les arbres choisis pour le projet doivent être abattus avant la fin du mois de mars, avant que la sève ne commence à monter au printemps, selon Le Figaro.

« Pour l’instant, nous sommes dans une phase de sélection des arbres en fonction des parties structurelles qui seront nécessaires à la flèche », a déclaré François Hauet, expert forestier à Louviers et vice-président de l’Association normande des experts forestiers, dans une interview à France Inter. « Nous allons choisir les arbres de la forêt en fonction de leurs dimensions : hauteur, diamètre, et qualité, afin de pouvoir extraire les bonnes pièces structurelles. »

Philippe Gourmain, expert forestier et membre de France Bois Forêt, l’association qui coordonne la récolte des arbres pour Notre-Dame, a décrit le projet comme une sorte de cycle naturel de l’histoire française. Les anciens rois plantaient souvent de grandes forêts pour disposer de matières premières pour les projets ou leurs armadas navales.

« C’est un peu l’histoire française naturelle qui se répète pour reproduire ce cadre historique », a déclaré M. Gourmain à France Inter.

Mais tout le monde n’est pas aussi enthousiaste. Certains groupes environnementaux ont critiqué l’abattage d’autant de vieux arbres.

Sandra Plantier, professeure associée de géographie dans l’enseignement secondaire à l’INSPE, l’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation, est responsable de la formation au développement durable. Dans une chronique de Reporterre, elle a écrit que la récolte des arbres est « anachronique » et ignore le lien entre l’homme et la nature.

Qualifiant les arbres de « cathédrales pour la biodiversité de nos forêts », elle a écrit : « le choix délibéré d’abattre mille arbres centenaires pour reconstruire la flèche de la cathédrale Notre-Dame et sa charpente ne peut apparaître que comme un aveuglement face à la réalité, ou, pire, comme une incapacité à tirer les leçons de la situation actuelle ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Chris O’Brien

<<< À lire également : Pollution Environnementale Des Mégots De Cigarettes, Premier Délit D’Écocide ? >>>