Le premier cas au Canada d’une variante rare de la grippe porcine, la grippe A (H1N2)v, a été détecté chez un patient du centre de l’Alberta, mais les responsables de la santé affirment qu’il s’agit d’un cas isolé, qu’il n’y a « aucune preuve pour le moment que le virus se soit propagé davantage » et qu’il ne présente pas de risque accru pour les Albertains.

 


Principaux faits

  • Le Dr Deena Hinshaw, médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, et le Dr Keith Lehman, vétérinaire en chef de la province, ont publié mercredi une déclaration confirmant qu’une personne avait été testée positive au virus à la mi-octobre.
  • Les Dr Hinshaw et Lehman ont déclaré que c’était la première fois que cette variante particulière de la grippe porcine était trouvée au Canada, mais que c’était le 27ème cas de ce type détecté dans le monde depuis 2005.
  • « Nous prenons cela au sérieux, car toute infection humaine par un virus grippal non saisonnier doit faire l’objet d’un suivi dans le cadre de nos obligations internationales », a déclaré le Dr Hinshaw.
  • Le cas positif a été découvert après que le patient s’est rendu dans un hôpital local et a été testé pour le Covid-19.
  • La personne recherchée présentait des symptômes bénins de type grippal, mais s’est rapidement rétablie.

 

Citation importante

« Les responsables de la santé, en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et des Forêts de l’Alberta, ont lancé une enquête de santé publique pour déterminer la source du virus et vérifier qu’il ne s’est pas propagé », peut-on lire dans la déclaration des Dr Hinshaw et Lehman. « Le gouvernement de l’Alberta continuera à travailler en étroite collaboration avec les services de santé de l’Alberta, l’Agence de la santé publique du Canada et d’autres partenaires dans tout le Canada ».

 

Le contexte

Lors d’une conférence de presse tenue mercredi, le Dr Hinshaw a déclaré que les responsables de la santé avaient lancé une enquête pour déterminer la source du virus, mais qu’il n’y avait aucun lien avec les abattoirs. Les responsables de la santé ont confirmé que le H1N2 n’est pas une maladie d’origine alimentaire et qu’il n’y a aucun risque associé à la consommation de viande de porc. Le Dr Lehman a déclaré que le virus H1N2 chez les porcs n’est « pas rare » et que les animaux peuvent être infectés par le virus sans présenter de symptômes. Le Dr Hinshaw a déclaré qu’il est « assez rare » de voir la transmission du virus H1N2 des humains aux animaux ou des animaux aux humains.

 

Selon les Centers for Disease Control and Prevention, trois principaux sous-types du virus de la grippe A ont été isolés chez les porcs aux États-Unis : H1N1, H1N2 et H3N2. Le virus H1N1 est apparu en 2009, provoquant la première pandémie mondiale de grippe depuis 40 ans. Le CDC a estimé qu’entre 151 700 et 575 400 personnes dans le monde sont décédées des suites d’infections par le H1N1 au cours de la première année de circulation du virus. En août 2010, l’OMS a déclaré la fin de la pandémie mondiale de grippe H1N1 de 2009.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Tommy Beer

 

<<< À lire également : Epidémie : L’Histoire Se Répète Avec Les Images De La Grippe Espagnole >>>