L’année 2020 a sévèrement impacté la majorité des secteurs économiques. Pas en reste, le secteur automobile a toutefois vu décoller ses chiffres de l’électromobilité. La palme aux voitures électriques françaises, qui ne cessent de gagner du terrain. Décryptage.

Puisse 2021 être plus favorable au marché automobile français. C’est le credo sur toutes les lèvres des professionnels du secteur, avec un volume de ventes similaire à l’année 1972 : 1 650 118 véhicules vendus sur l’année 2020, soit une baisse de 25% par rapport à 2019. La grande gagnante de cette année compliquée reste l’électromobilité avec des volumes doublés pour l’électrique et même quadruplés pour les hybrides rechargeables. La voiture d’occasion, quant à elle, n’est pas en reste avec 5 570 297 immatriculations sur l’année, soit une petite baisse de 4%.

Un mois de décembre dans la continuité de 2020

Les volumes journaliers moyens sont en recul d’un quart sur le mois de décembre, dans la moyenne de l’année 2020. Avec 186 323 véhicules immatriculés en décembre 2020, contre 211 194 en décembre 2019, la baisse est de 12%. Pour rappel, le mois de décembre 2019 avait été particulièrement dynamique en raison des anticipations d’achat avant l’entrée en vigueur du nouveau barème du malus 2020 ainsi que de la réglementation CO2. L’activité avait été particulièrement intense dans les derniers jours du mois, phénomène qui ne s’est pas reproduit cette année.

Sur l’année 2020, c’est une baisse de 25% qui est donc observée, les ventes de véhicules neufs passent sous la barre symbolique des 2 millions, avec un volume de ventes similaire à l’année 1972.

Le véhicule d’occasion : toujours une valeur sûre

Les véhicules d’occasion ont tenu le cap en 2020, avec 5 570 297 immatriculations, soit une légère baisse de 4% par rapport à 2019. Grâce à la vente de véhicules anciens, le marché de l’occasion entre particuliers a encore gagné des parts de marché en 2020, avec 63% des immatriculations contre 61% en 2019. Après avoir mis en évidence le phénomène émergent des formules locatives sur le marché de l’occasion, l’expert de la donnée augmentée AAA Data note une montée en puissance de ces offres : 3% des ventes pour un volume avoisinant les 155 000 immatriculations en 2020.

Dans l’ensemble cette année, ce sont les acheteurs de voitures « pas chères » qui ont principalement animé le marché des particuliers pour les ventes d’occasions et de voitures neuves, c’est-à-dire surtout les Low Budget et les Primary Need.

Un bilan plus que positif pour l’électromobilité

Une année difficile pour le secteur automobile, mais pas dans son intégralité. En 2020, 110 913 véhicules électriques se sont vendus et 243 666 véhicules hybrides, dont 74 590 hybrides rechargeables – VS 42 764 véhicules électriques et 125 436 hybrides, dont 18 592 rechargeables en 2019. Une croissance spectaculaire donc pour les véhicules verts durant cette année contrastée. AAA Data prévoit une poursuite de cette croissance en raison de la reconduction du bonus écologique jusqu’au mois de juin. Au cours du mois de décembre 2020, 20 731 véhicules électriques ont été immatriculés et 15 113 hybrides rechargeables, contre respectivement 4 803 électriques et 2 349 hybrides rechargeables en décembre 2019.

Dans l’ensemble, les particuliers ont largement dominé le marché des véhicules électriques. Par exemple, Renault dont 60% des ventes ont été réalisées sur le marché des particuliers à l’inverse des nouvelles entrantes sur le marché de la voiture électrique comme Dacia ou Fiat pour lesquelles une grande partie des ventes s’est réalisée au profit des sociétés et professionnels de l’automobile (36% pour Dacia et 28% pour Fiat). Par ailleurs, les véhicules électriques sont davantage loués que les véhicules classiques, s’agissant parfois du deuxième véhicule possédé par un foyer. L’acheteur type de voitures électriques est masculin (71%), plus âgé (52 ans) que la moyenne du marché (51,3 ans) et majoritairement originaire des régions Ile-de-France, Provence-Alpes Côte d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes.

La Renault Zoé gagne le coeur des français en 2020 (Getty)

 

Quels sont les modèles électriques les plus achetés en 2020 ?

Deux marques françaises arrivent en haut du podium cette année. C’est en effet la Renault Zoé qui a raflé la mise avec 37 409 immatriculations sur l’année, suivie par la Peugeot 208 II, écoulée à 16 557 exemplaires. En troisième position, arrive la Tesla Model 3 avec 6 477 immatriculations. 70 modèles d’hybrides rechargeables ont occupé le marché en 2020, avec un engouement fort pour les SUV, contre 48 pour les électriques. Toutes les gammes sont représentées : du véhicule « low cost » avec par exemple la Dacia Spring, au modèle plus luxueux avec les modèles Tesla ou Porsche. Sans surprise, les marques tricolores Renault et Peugeot sont en tête du podium avec respectivement 39 672 et 19 583 immatriculations. Suivent ensuite Volkswagen avec 7 480 immatriculations, puis Tesla (7 372) et Hyundai (5 944).

 

<<< À lire également : Changement climatique : le lourd prix de l’inaction >>>