Jeune entrepreneur, Olivier Primeau est la principale tête d’affiche du Beach Club, un centre de divertissement estival branché situé dans la région de Montréal ; c’est également le plus grand club extérieur en Amérique du Nord. Vedette des médias sociaux, l’homme de 32 ans sait utiliser Instagram et Facebook à son avantage et fait partie de cinq influenceurs majeurs du Québec. 

Le Beach Club de Pointe-Calumet, situé à une heure de Montréal, pourrait être décrit comme étant une île paradisiaque du Pacifique enclavée dans une minuscule municipalité d’une contrée nordique. Trois ans après l’acquisition de l’entreprise par la famille Primeau, le Beach Club fait aujourd’hui parti du top 50 des clubs à travers le monde. C’est d’abord comme consommateur qu’Olivier Primeau se présente pour la première fois au Beach Club. « Je ne connaissais pas l’endroit, je suis arrivée un samedi après-midi et j’ai réalisé qu’il y avait 5 000 ou 6 000 personnes en train de faire la fête sur une île de sable, devant un lac privé, avec des palmiers. C’est un paysage rare au Québec ! ».

« Je suis donc allé voir le propriétaire et je lui ai demandé si cet endroit était à vendre. Trois semaines plus tard, la transaction été complétée ». Appuyé par son père Dominique, qui a fait fortune dans les supermarchés, Olivier Primeau se lance dans l’aventure en compagnie de son frère Julien. Ils s’inspirent alors du Nikki Beach de Bali, un établissement de luxe du groupe Sofitel.

Hilton, Jenner, Guetta…

Pour donner de l’élan à son club, Olivier Primeau n’hésite pas à avoir recours à des grands noms des médias sociaux et invite quantité de célébrités. « C’est un mode fascinant. Autant il faut une planification de longue haleine, autant il faut savoir réagir en un clin d’œil lorsque les opportunités se présentent ». Ainsi, Paris Hilton, Dan Bilzerian, Tiesto, Kylie Jenner, David Guetta… se succèdent à titre d’invités vedette du Beach Club.

« Je n’ai pas investi dans des publicités à la télévision ou à la radio. À la place j’ai payé pour faire venir des vedettes qui ont fait la tournée des médias et qui ont fait la promotion pour moi. » Les résultats ont été probants et dans la foulée, les commanditaires majeurs sont venus frapper à sa porte.  

À la merci de Dame Nature

Avec 300 employés dans un établissement de divertissement qui doit générer son chiffre d’affaires sur 16 semaines, du fait de la température, le Beach Club est tributaire de la météo, « on ne peut hélas tout contrôler, si la nature ne collabore pas, ça fait mal. »

La vie de Jet Set

Celui qui, il y a quelques années à peine, travaillait dans le supermarché de son père, vit aujourd’hui la vie de Jet Set. Son entreprise a fait l’objet d’une émission de télévision où on pouvait suivre les aléas quotidiens du Beach Club. Olivier Primeau a également été choisi pour faire l’animation d’une nouvelle télé-réalité « amoureuse » diffusée à l’automne 2018.

Une histoire de famille

Si leur père et sa fortune ont permis à Olivier et Julien Primeau de se lancer dans les affaires, les frères ont tout de même connu de nombreux obstacles. « On travaille beaucoup. Le succès est relatif. Au début, c’était l’illusion de l’entrepreneur millionnaire. Il y a une réalité derrière le quotidien. En tant qu’entrepreneur, ce n’est pas parce qu’on connaît un succès populaire qu’on a automatiquement un succès financier. En réalité, il a fallu trois ans avant de générer des profits. On ne compte pas les heures. Oui, je joue un personnage Jet Set qui se la coule douce mais ma réalité c’est le travail. »

L’importance des médias sociaux

Pour créer l’événement, Olivier Primeau a utilisé à bon escient les médias sociaux. « J’ai fait ce que ne devraient jamais faire les entrepreneurs, j’ai mis tous mes œufs dans le même panier et j’ai tout investi dans les médias sociaux. C’était un pari risqué, mais pertinent. Le média social est une bête difficile à saisir. Ça a l’air si facile, mais si vous saviez combien de tentatives j’ai pu faire avant que ça fonctionne. »

Des mentors

Si Dominique Primeau, le père d’Olivier, est son mentor et son idole, l’influenceur s’inspire beaucoup de Guy Laliberté, fondateur du Cirque du Soleil. « Je ne prétends pas être lui, mais c’est un exemple de vision et de créativité. Il a vu ce que personne ne voyait. Moi, j’aimerais avoir des Beach clubs partout dans le monde, j’ai un rêve qui est à la hauteur de mes ambitions. C’est un modèle, il faudrait être aveugle pour ne pas le voir. »

Pour l’entrepreneur, la réussite tient beaucoup dans la manière de s’entourer. « Ma mentalité, c’est de s’entourer de gens meilleurs que soi dans les domaines que tu ne connais pas. Mieux vaut avoir 50% de quelque chose de gigantesque que 100% de quelque chose de petit. La présence de bons partenaires est plus qu’importante. »