Ces mardi et mercredi se tiendra la troisième édition du salon SME online, version numérique du de ce même salon des micro-entreprises créé en 1999 par Alain Bosetti. 45 exposants répondront en direct aux entrepreneurs désireux de trouver des réponses à des problématiques telles que le financement et la création d’une entreprise, les conseils pour prendre le meilleur statut, le portage salarial ou les astuces pour développer sa présence sur Internet.

« Pas de risque d’être bloqué par la neige ou par une grève des transports en commun », s’amuse Alain Bosetti. Après le salon SME, organisé « en dur » depuis 1999 et qui se tient chaque rentrée Porte Maillot, Alain Bosetti a eu l’idée de proposer un salon virtuel, notamment pour les non franciliens.

« En France, il y a environ 4,5 millions d’entrepreneurs et 500 000 personnes qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure. Parmi ces 5 millions d’entrepreneurs, seulement 100 000 se déplacent dans un salon organisé partout en France », explique-t-il. Manque de temps, éloignement géographique dudit salon, ou une seule petite question à poser, les raisons sont multiples pour ne pas faire le déplacement.

Le salon SME online compte palier à ces écueils en proposant deux journées de rencontres et d’échanges sur une plate-forme numérique créée à cet effet. L’an passé, 5 100 visiteurs uniques se sont rendus sur le site. Pour cette troisième édition, au regard des pré-inscriptions, Alain Bosetti espère en accueillir entre 8 et 10 000 sur les deux journées. Et notamment des provinciaux. Ces derniers représentaient 50% des visiteurs sur le salon en ligne contre 82% de franciliens sur le salon Porte Maillot. 

45 exposants

De 9 à 18 heures, les entrepreneurs munis de leur identifiant pourront se rendre gratuitement en ligne sur ce salon virtuel organisé exactement comme un salon physique avec des halls, des salles de conférences, des échanges en tête à tête ou des webinar. Un moteur de recherche fonctionnant par mots clés, thématiques ou noms des exposants permet au visiteur de repérer les intervenants à contacter ou les conférences à suivre.

45 exposants, de la Banque de France à Google, en passant par de plus petites structures répondront en direct aux questions, par messagerie instantanée ou par Skype. Pour les exposants, les avantages d’un salon en ligne sont multiples : ne pas payer de déplacement et de logement, réduire le coût du stand, et pouvoir travailler en parallèle. « Ils sont à leur bureau et peuvent facilement continuer leur activité s’il n’y a personne sur leur stand. Mais peuvent aussi participer à plusieurs discussions en simultané. »

Au programme : « Consultants, comment trouver vos premiers clients ? » ; « entreprendre seul : quel statut juridique choisir ? » ; « comprendre le portage salarial » ; « être visible », etc.

« Comme dans tout salon, il s’agit d’établir un premier contact avec un expert », indique Alain Bosetti. Libre aux exposants et visiteurs de se voir ensuite.