Aujourd’hui l’utilisation d’Amazon, de Microsoft ou d’un autre géant du cloud est indispensable au commerce en ligne. Dominic Williams, fondateur de Dfinity a pour ambition de basculer la tendance pour se tourner vers plus de sécurité. La blockchain est-elle le gage d’un bel avenir pour les réseaux sociaux ? 

Son organisation blockchain à but non lucratif a créé un protocole internet nommé : The Internet Computer, qui a pour but de décentraliser l’Internet en proposant des services cloud (et toutes leurs données) sur des systèmes indépendants.

Dfinity a dévoilé sa nouvelle technologie blockchain au Forum économique mondial à Davos, en Suisse. Elle y a présenté un réseau social « ouvert » appelé LinkedUp, une alternative décentralisée à LinkedIn, qui n’est pas détenue ou exploitée par une entreprise.

LinkedUp n’a été construit qu’à titre de démonstration pour l’instant, mais le code est open source, ce qui signifie que n’importe quel développeur qui le souhaite peut modifier l’idée et finalement la proposer sur le marché. Étant donné que le logiciel a été construit sur la plateforme internet de Dfinity, un registre public de toutes les modifications sera disponible pour ceux qui voudront le consulter.

« Nous n’avons aucune idée de comment Facebook nourrit son fil d’actualité, ni la façon dont Facebook traite nos données personnelles, et nous n’avons aucun moyen de savoir si l’entreprise transmets ces données à Cambridge Analytica. Voici toute la différence avec un internet ouvert », a déclaré M. Williams, lors d’un entretien téléphonique. « Sur LinkedUp, vous pouvez voir les mises à jour du logiciel passer par le système de gouvernance, afin de comprendre exactement comment le système fonctionne et connaître les modifications qui on été apportées. »

En substance, grâce à la blockchain, les réseaux sociaux ne seraient plus une boîte noire. Chaque utilisateur comprendrait beaucoup mieux le fonctionnement des algorithmes propriétaires et les éléments présents dans le contenu seraient plus clairs. Ils auraient un accès direct au code qui régit ces réseaux. Et ainsi, soutient M. Williams, les gens seraient plus habilités à lutter contre les tendances monopolistiques actuelles de l’infrastructure d’internet.

Les investisseurs prêtent une attention particulière à l’idée de M. Williams. La société basée à Zurich, en Suisse, a levé 190 millions de dollars auprès d’Andreessen Horowitz et des crypto-investisseurs Polychain Capital et Multicoin Capital.

M. Williams espère que son application LinkedUp donnera l’inspiration à d’autres de créer des versions  « ouvertes » d’autres logiciels connus tels que Whatsapp, Facebook, eBay et plus encore. Il souhaite défier les grandes entreprises tech qui contrôlent les logiciels, et donc le sort de toutes les entreprises qui choisissent de s’appuyer sur leurs plateformes.

Dfinity a publié il y a deux mois un kit de développement logiciel pour permettre aux développeurs de créer de nouvelles applications Web sur sa plateforme. La société prévoit de lancer Internet Computer plus tard cette année.

<<< À lire également : La Blockchain Au Service De L’E-Commerce De Demain >>>