[Article publié le 1er mars 2018 et mis à jour le 11 juillet] Le fondateur de Xooloo, Grégory Véret, a été repéré par l’équipe de Google Play. Sous le mot-dièse #ImakeApps, Google souhaite mettre en lumière la communauté Android. Le fondateur de cette entreprise française a été le plus jeune employé de TF1, à 19ans, avant de monter Xooloo avec sa sœur Aurore. En 2011, il se lance en parallèle dans l’agriculture et alimente aujourd’hui des cantines scolaires en légumes bio. Son histoire en vidéo à voir ici

Xooloo se présente comme un « coach » numérique. Cette application permet aux enfants et aux parents de visualiser le temps passé sur les écrans et de les accompagner à mieux le gérer. D’un côté, les enfants sont responsabilisés, de l’autre, les parents sont rassurés par la présence d’un tiers numérique faisant office d’arbitre bienveillant. L’offre est notamment disponible chez trois opérateurs téléphoniques.


Terminées les négociations sans fin des bambins, chaque soir, pour pouvoir grappiller quelques minutes supplémentaires sur le téléphone portable ou la tablette. L’application Xooloo se présente comme un « coach digital » et a pour vocation de responsabiliser les enfants et soulager les parents. Installée simultanément sur le portable des parents et celui des enfants, l’application permet de mesurer le temps passé par ces derniers sur les écrans.

« L’âge moyen d’accès au smartphone est de 10,3 ans, dès l’entrée en classe de 6ème », indique Grégory Veret, président cofondateur, avec sa sœur, de Xooloo. Problème, a constaté l’entrepreneur, la majorité des parents ne savent pas ce que font leurs enfants sur leur téléphone portable. Et quand ils croient le savoir, ils se trompent. « Les parents surestiment toujours, et de beaucoup, le temps passé par leur enfant sur l’écran. » Une surévaluation qui conduit bien souvent les parents à imposer des règles, enlever le portable, et provoquer des crises du côté d’adolescents considérant la sanction comme injuste. De là est née l’idée d’un tiers accompagnateur et arbitre, le « coach digital », une application installée à la fois sur le portable de l’enfant et sur celui des parents.

Accompagner plutôt que restreindre

A sa création en 2000, Xooloo se positionne sur la protection des enfants. « Je travaillais chez TF1 dans les programmes pour enfants, et avec le numérique, commençaient à circuler des histoires d’enfants confrontés à des contenus inappropriés », raconte Grégory Veret. Son entreprise aura donc la double mission de protéger les enfants et de faire en sorte que le numérique soit un plus. Xooloo invente alors une solution d’analyse des contenus visualisés par l’enfant en temps réel. Ainsi, sur une page, une image violente pouvait être bloquée. « L’idée était de faciliter la navigation de l’enfant, sans jamais le bloquer totalement, sauf si vraiment le contenu représente un danger pour lui », précise l’entrepreneur. Mais cette technologie a essentiellement été installée sur du contrôle parental, ce qui ne plaît pas à l’entreprise qui souhaite accompagner plutôt que restreindre.

Depuis un peu plus d’un an, la société propose sa solution de coach qui comptabilise plus de 160 000 abonnés. Lauréat du programme d’investissement d’avenir, le produit responsabilise l’enfant en ne le limitant jamais, mais en lui indiquant à la fois sa consommation appli par appli, ainsi que celle des enfants de son âge. « Si un enfant passe habituellement une heure par jour sur Youtube et qu’à 10 heures du matin il en est déjà à 35 minutes, le coach va lui indiquer qu’il devrait ralentir », explique Grégory Veret.

Responsabiliser

Au vu des pratiques de l’enfant et de sa tranche d’âge, les parents et l’enfant vont établir ensemble des règles. Ceux-ci ont tendance à en instaurer beaucoup au début, puis de moins en moins, a constaté l’entrepreneur. « Le coach explique et donne des conseils. Quand une règle est ajoutée, l’enfant est toujours prévenu. » Pour Xooloo, l’élément essentiel est de rendre l’enfant acteur de sa responsabilisation. « Si pendant un temps l’enfant consomme peu, il peut négocier avec ses parents plus de souplesse. » Quand il n’y a pas de règle, il est indiqué à l’enfant qu’il est « en mode confiance ». A lui de s’auto-réguler. Au moindre dérapage, il sera rappelé à l’ordre.

Car la technologie du coach fonctionne avec ce principe de l’analyse en temps réel. Quid alors des données personnelles ? Aucune publicité, aucune donnée revendue, assure Grégory Veret. Les données sont uniquement utilisées pour l’usage et pour le reporting de l’application qui fonctionne sur abonnement. « Nous sommes rentables », indique le président. L’entreprise, qui n’a jamais effectué de levée de fonds, fonctionne également en partenariat avec les opérateurs téléphoniques qui incluent la solution dans leur offre. Dans ce cas, c’est l’opérateur qui subventionne.

Xooloo, qui a également reçu un Best innovation award au CES de Las Vegas en 2017, souhaiterait se développer à l’international et proposer d’autres services aux adolescents. Car en grandissant, leurs usages s’affinent, évoluent. « Leurs pratiques sont différentes en période scolaire et en période de vacances par exemple. » Plus les garçons grandissent, plus ils se tournent vers les jeux vidéos. Plus les filles grandissent, plus elles se tournent vers les réseaux sociaux. Point commun, tous sont accros à Youtube. Mais que les parents se rassurent, Grégory Veret a constaté que « la majorité des enfants est réglo quant à ses usages. »