Le classement Forbes 2021 des milliardaires compte 328 femmes, soit une augmentation de plus de 36 % par rapport à 2020. Withney Wolfe Herd, la cofondatrice de Bumble, fait son entrée dans le classement en tant que plus jeune self-made-woman milliardaire au monde.

 

En février dernier, les actions de l’application de rencontre Bumble ont grimpé en flèche lors de son introduction en bourse, faisant de sa PDG et cofondatrice de 31 ans, Whitney Wolfe Herd, la plus jeune self-made-woman milliardaire au monde. La fortune de la jeune entrepreneuse s’élève à 1,3 milliard de dollars, ce qui lui permet de rejoindre pour la première fois le classement annuel Forbes des milliardaires.

Cette année, 328 femmes font partie du classement Forbes 2021 des milliardaires, contre 234 en 2020. La fortune totale des femmes de ce classement s’élève à 1000,53 milliards de dollars, soit une augmentation de près de 60 % par rapport à l’année dernière. Dans l’ensemble, les 328 femmes du classement ont ajouté 570,7 milliards de dollars à leur fortune personnelle, en grande partie grâce au rebond des marchés boursiers dans le monde entier. Parmi ces femmes milliardaires, 12 partagent leur fortune avec leur mari, un enfant, un frère ou une sœur, contre sept l’année dernière. Ainsi, l’Allemande Beate Heister, héritière de la chaîne de supermarchés Aldi, partage sa fortune avec son frère, Karl Albrecht Jr. Autre exemple, la Japonaise Keiko Erikawa partage sa fortune avec son mari, Yoichi Erikawa, avec qui elle a fondé, il y a 40 ans, la société de développement de jeux vidéo Koei Tecmo.

Keiko Erikawa est également l’une des 108 self-made-women du classement Forbes 2021 des milliardaires (le classement n’en comptait que 67 l’année dernière). De plus en plus d’entrepreneuses entrent donc dans le classement des milliardaires. Toujours dans ce classement, 66 femmes, bien qu’ayant hérité de leur fortune, ont continué à la faire fructifier. C’est le cas notamment de Miuccia Prada qui, avec son co-PDG et mari, Patrizio Bertelli, a fait de l’entreprise familiale Prada une marque de 2,9 milliards de dollars (chiffre d’affaires en 2020). En outre, 154 femmes ont hérité de leur fortune mais ne participent pas activement à son expansion, comme Dagmar Dolby, qui détient environ 36 % de la société Dolby Laboratories, fondée par son défunt mari, Ray Dolby (décédé en 2013), et spécialisée dans la réduction du bruit de fond, l’encodage et la compression audio AC-3.

L’héritière de L’Oréal, Françoise Bettencourt Meyers, est la femme la plus riche au monde. Elle a enregistré le plus gros gain en dollars parmi les femmes dont la fortune est liée à des actions publiques. Le cours de l’action L’Oréal, dont elle et sa famille détiennent 33 %, a augmenté de près de 40 % depuis mars 2020, contribuant ainsi à ajouter 24,7 milliards de dollars à la fortune nette de Françoise Bettencourt Meyers. MacKenzie Scott, l’ex-femme de Jeff Bezos, s’est également enrichie cette année, malgré ses nombreux investissements philanthropiques durant la pandémie. MacKenzie Scott, qui s’est engagée à donner sa fortune « jusqu’à ce que les caisses soient vides », a fait don de près de six milliards de dollars à des organisations caritatives américaines en 2020. Pourtant, grâce à la montée en flèche des actions Amazon qu’elle a obtenues après son divorce, sa fortune est actuellement plus élevée (53 milliards de dollars selon le classement 2021) qu’à ses débuts (36 milliards de dollars selon le classement 2020).

Néanmoins, tout le monde ne sort pas gagnant cette année. La fortune de 24 femmes a diminué au cours de l’année écoulée en raison de la chute des actions, de la baisse de la valeur de leurs avoirs, ou en raison de la cession de leurs parts. Ainsi, en octobre dernier, la milliardaire allemande, Firede Springer, a donné 15 % de sa société (d’une valeur d’environ 1,2 milliard de dollars) au directeur général d’Axel Springer, la société d’édition allemande fondée par son défunt mari. Dans le but de favoriser une transition en douceur, elle lui a également vendu 4,1 % supplémentaires de la société, dont elle ne détient plus que 22 %.

 

Voici le classement des dix femmes les plus riches au monde. Leur fortune est calculée au 5 mars 2021.

 

#1 | Françoise Bettencourt Meyers & sa famille


FORTUNE NETTE : 73,6 milliards de dollars

ÂGE : 67

PAYS : FRANCE

SOURCE DE RICHESSE : L’ORÉAL

Françoise Bettencourt Meyers a hérité sa fortune de sa mère, Liliane Bettencourt (décédée en 2017), dont le père, Eugène Schueller, a fondé le géant des cosmétiques L’Oréal. Les bénéfices de l’entreprise ont chuté de 6 % en 2020 (chiffre d’affaires en 2020 : 33,6 milliards de dollars), en partie à cause du désintérêt des consommateurs pour le maquillage pendant les périodes de confinement. Pourtant, l’action du groupe a tout de même augmenté de 38 % grâce à la reprise de la demande de cosmétiques, en particulier de produits de soins pour la peau. Françoise Bettencourt Meyers siège au conseil d’administration de L’Oréal depuis 1997.

 

Alice Walton. | Source : Getty Images

#2 | Alice Walton


FORTUNE NETTE : 61,8 milliards de dollars

ÂGE : 71

PAYS : ÉTATS-UNIS

SOURCE DE RICHESSE : WALMART

La fille unique du fondateur de Walmart, Sam Walton, a perdu sa place de femme la plus riche au monde au profit de Françoise Bettencourt Meyers. Alice Walton a tout de même gagné 7,4 milliards de dollars au cours de l’année écoulée, notamment grâce à la hausse de plus de 5 % de l’action Walmart depuis la mi-mars 2020. Le géant de la distribution a introduit la livraison gratuite dans le cadre d’un programme d’adhésion similaire à Amazon Prime, ce qui a contribué à augmenter les ventes en ligne de 69 % jusqu’en janvier 2021.

 

#3 | MacKenzie Scott


FORTUNE NETTE : 53 milliards de dollars

ÂGE : 50

PAYS : ÉTATS-UNIS

SOURCE DE RICHESSE : AMAZON

MacKenzie Scott, dont le mariage avec le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, a pris fin en 2019, est devenue la plus grande philanthrope américaine durant la pandémie, faisant don de 5,8 milliards de dollars en subventions à 500 organisations à but non lucratif aux États-Unis. Ces organisations soutiennent des causes telles que l’équité raciale, les droits LGBTQ+ et la santé publique. Récemment, MacKenzie Scott s’est remariée. Son nouveau conjoint, Dan Jewett, est professeur de sciences et tout comme elle, il a signé le Giving Pledge, promettant de donner au moins de la moitié de sa fortune.

 

Julia Koch. | Source : Getty Images

#4 | Julia Koch & sa famille


FORTUNE NETTE : 46,4 milliards de dollars

ÂGE : 58

PAYS : ÉTATS-UNIS

SOURCE DE RICHESSE : KOCH INDUSTRIES

Depuis le décès de son mari, David Koch, en 2019, Julia Koch détient avec ses enfants 42 % des parts de l’entreprise familiale, Koch Industries. L’an dernier, l’entreprise est devenue la plus grande société privée américaine en termes de chiffre d’affaires. Julia Koch siège au conseil d’administration du conglomérat dont le chiffre d’affaires en 2020 s’élevait à 115 milliards de dollars. Charles, le frère aîné de David Koch, en est le président et possède également une participation de 42 %.

 

Miriam Adelson. | Source : Getty Images

#5 | Miriam Adelson 


FORTUNE NETTE : 38,2 milliards de dollars

ÂGE : 75

PAYS : ÉTATS-UNIS

SOURCE DE RICHESSE : CASINOS

Miriam Adelson détient désormais 56 % des parts de la compagnie de casinos Las Vegas Sands, qui appartenait auparavant à son mari, Sheldon Adelson, décédé à 87 ans en janvier dernier. La société a perdu 985 millions de dollars au deuxième trimestre 2020, ses deux casinos et resorts à Las Vegas ayant été fermés en raison des mesures de confinement prises par l’État. Les casinos ont rouvert en juin 2020, mais la société a terminé l’année 2020 avec 1,69 milliard de dollars de perte nette, alors qu’elle avait réalisé 2,7 milliards de dollars de bénéfices l’année précédente. La compagnie Las Vegas Sand a annoncé en mars qu’elle vendait ses propriétés de Las Vegas pour 6,25 milliards de dollars afin de se concentrer sur l’Asie, l’activité du groupe étant beaucoup plus importante à Macao.

 

#6 | Jacqueline Mars


FORTUNE NETTE : 31,3 milliards de dollars

ÂGE : 81

PAYS : ÉTATS-UNIS

SOURCE DE RICHESSE : BONBONS, NOURRITURES POUR ANIMAUX

Jacqueline Mars et son frère, John, possèdent chacun environ un tiers de Mars Incorporated, la société de bonbons, d’aliments pour animaux de compagnie et de soins vétérinaires, célèbre notamment pour les M&M’s et les Skittles et dont le chiffre d’affaires s’élève à 40 milliards de dollars. La société a été fondée par le grand-père de Jacqueline Mars, Frank C. Mars, en 1911. En novembre 2020, Mars Incorporated a fait l’acquisition du fabricant de barres-snacks, KIND North America, pour un montant non divulgué, trois ans après avoir pris une participation minoritaire dans cette même société.

 

#7 | Yang Huiyan & sa famille


FORTUNE NETTE : 29,6 milliards de dollars

ÂGE : 39

PAYS : CHINE

SOURCE DE RICHESSE : IMMOBILIER

Yang Huiyan possède environ 58 % du promoteur immobilier chinois, Country Garden Holdings. Son père, qui en est le fondateur, lui a transféré sa participation dans l’entreprise en 2007. Avec la pandémie, les actions du groupe ont chuté de près de 14 %. Yang Huiyan est également à la tête de la société d’éducation cotée en bourse, Bright Scholar Education Holdings.

 

Susanne Klatten. | Source : Getty Images

#8 | Susanne Klatten


FORTUNE NETTE : 27,7 milliards de dollars

ÂGE : 58

PAYS : ALLEMAGNE

SOURCE DE RICHESSE : BMW, PRODUITS PHARMACEUTIQUES

Après un effondrement au début de la pandémie, les ventes de voitures ont repris, entraînant une hausse de 10,9 milliards de dollars de la fortune de l’héritière de BMW. Le chiffre d’affaires du constructeur automobile allemand pour l’année 2020 s’élève à près de 119 milliards de dollars, et le cours de son action a augmenté de plus de 93 % depuis la mi-mars 2020. Susanne Klatten a hérité de ses parts dans BMW (19,1 % de participation) de sa défunte mère, Johana Quandt, qui était mariée à Herbert Quandt, lequel a mené BMW au succès sur le marché des véhicules de luxe. Titulaire d’un MBA, Susanne Klatten réalise de nombreux investissements et a contribué à transformer la société de son grand-père, Altana AG, dont elle détient la totalité des parts, en une entreprise pharmaceutique de produits chimiques spécialisés de classe mondiale.

 

Classement des dix femmes les plus riches au monde
Gina Rinehart. | Source : Getty Images

#9 | Gina Rinehart


FORTUNE NETTE : 23,6 milliards de dollars

ÂGE : 67

PAYS : AUSTRALIE

SOURCE DE RICHESSE : EXPLOITATION MINIÈRE

Gina Rinehard est la personne la plus riche d’Australie. Elle est la présidente de la société d’exploitation minière et agricole, Hancock Prospecting Group, fondée par son père, le célèbre explorateur de minerai de fer, Lang Hancock(décédé en 1992). L’industrie du minerai de fer a été touchée par la pandémie début 2020, mais le marché s’est redressé depuis, ce qui a contribué à augmenter la valeur la participation de Gina Rinehard.

 

#10 | Iris Fontbona & sa famille


FORTUNE NETTE : 23,3 milliards de dollars

ÂGE : 78

PAYS : CHILI

SOURCE DE RICHESSE : EXPLOITATION MINIÈRE

Iris Fontbona fait son grand retour dans le classement des dix femmes les plus riches au monde après la chute de sa fortune nette début 2020. Elle est la veuve d’Andrónico Luksic (décédé en 2005), qui a bâti sa fortune dans le secteur des mines et des boissons. Avec ses enfants, elle contrôle la société d’exploitation minière chilienne, Antofagasta, qui a enregistré un chiffre d’affaires de 5,1 milliards de dollars pour l’année 2020. Iris Fontbona détient également une participation majoritaire dans Quiñenco, un conglomérat chilien coté en bourse qui investit dans des sociétés actives dans les secteurs industriel et financier.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Deniz Çam

<<< À lire également : Classement Forbes des Milliardaires 2021 : Les 42 Français au top >>>