Après vingt-sept années à la tête du géant d’Internet, Jeff Bezos a déclaré mardi 2 février qu’il quittait son poste de PDG. D’une petite société créée dans un garage, Amazon est devenue l’une des entreprises les plus importantes au monde grâce à son fondateur. Nombreux ont été les articles de Forbes sur l’entrepreneur américain depuis ses débuts à la tête d’Amazon, alors même que l’entreprise était en difficulté et suscitait l’intérêt de Barnes & Noble.

 

En 1999, dans une interview pour Forbes, Jeff Bezos déclarait : « Il y a quelques années, le public observait le projet de Barnes & Noble de se lancer sur Internet et nous surnommait Amazon.grillé, et je pensais sincèrement qu’il avait raison ! Mais les consommateurs n’avaient pas compris qu’Internet leur donnait le pouvoir ». Forbes vous propose une rétrospective des moments charnières de la carrière de Jeff Bezos à la tête d’Amazon, l’entreprise qui a remodelé à jamais le secteur de la vente au détail.

Consultez une rétrospective en photos de la carrière de Jeff Bezos ici.

 

Des livres pour se lancer, mais ce n’est que le début

Quand il commence à vendre des livres en ligne en 1994, Jeff Bezos doit faire face aux grandes librairies comme Borders ou Barnes & Noble. Lorsque le futur géant d’Internet entre en bourse trois ans plus tard, il propose un catalogue de 2,5 millions d’ouvrages et génère un chiffre d’affaires annuel de 148 millions de dollars. Cette année-là, la société multiplie par 42 sa capitalisation, tandis que Barnes & Noble ne la multiplie que par 2,1. « Amazon.com ne saurait exister dans le monde réel. Aucune zone métropolitaine ne pourrait être compatible avec une librairie proposant un catalogue d’un million d’ouvrages », déclare Jeff Bezos à Forbes en 1996.

Toutefois, l’entrepreneur n’a nullement l’intention de s’arrêter en si bon chemin. En 1998, Amazon élargit son offre pour proposer à la vente d’autres produits : CD, DVD, vêtements, jouets ou articles de bureau. Jeff Bezos commence également à faire allusion à ses grandes ambitions pour l’entreprise. Désormais, Amazon n’est plus « la plus grande librairie au monde », mais un distributeur en ligne offrant « la plus grande sélection de produits au monde ».

Les tiers vendeurs entrent dans la partie

En 1999, l’entreprise de Jeff Bezos invite les tiers vendeurs à commencer à répertorier leurs marchandises sur la plateforme, et à entrer ainsi en concurrence directe avec les produits de la marque distributeur Amazon. Ces tiers vendeurs (principalement des petites et moyennes entreprises) forment aujourd’hui l’épine dorsale du géant du commerce en ligne, représentant environ 60 % des ventes de produits, soit le double par rapport à il y a dix ans.

La livraison sous 48 H : la nouvelle norme

En 2005, Jeff Bezos met en place un nouveau programme de fidélité appelé Amazon Prime. Pour 79 $ par an (soit 65 €, aujourd’hui 49 €), les clients peuvent recevoir sans frais de livraison et sous 48 H leur commande. Rapidement, les attentes des consommateurs en matière d’achats en ligne augmentent, mettant le reste du secteur en difficulté pour faire face à la concurrence. Amazon garde une longueur d’avance grâce à sa centaine de centres de distribution où les articles sont conditionnés puis envoyés aux clients. Le géant d’Internet possède également sa propre flotte de transport qui rivalise avec celle de la poste américaine. En 2019, Amazon déclare vouloir investir davantage pour offrir à ses membres Prime une livraison sous 24 H.

La création d’une vache à lait pour financer le commerce de détail

En 2006, Amazon propose à d’autres entreprises des services cloud. Après avoir mis au point cette technologie, Amazon souhaite en tirer profit en la vendant à d’autres. Appelée Amazon Web Services (AWS), cette solution attire rapidement des clients tels que la NASA ou Netflix. AWS a également servi de vache à lait au géant d’Internet, générant 35 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2019 et aidant à compenser les pertes du commerce de détail.

Dans une interview pour Forbes en 2018, Warren Buffett a déclaré à propos de Jeff Bezos et de son succès dans le secteur du commerce de détail et dans celui des services cloud que le PDG d’Amazon « a pris les deux principales industries, et simultanément, et en quelque sorte au nez et à la barbe des concurrents, il en est devenu le leader tout en les transformant. »

Il est l’heure d’investir les points de vente physiques

Le géant d’Internet réalise sa première grande incursion dans les points de vente physiques en 2017. Cette année-là, l’entreprise annonce acquérir la chaîne Whole Foods pour 13,4 milliards de dollars. Depuis, Amazon a baissé les prix de centaines de produits et a offert des avantages aux membres Prime, tels que la livraison gratuite des produits de tous les magasins de la chaîne de distribution alimentaire.

L’innovation avec les magasins sans caisses

Amazon ouvre son premier magasin Amazon Go en 2018. Dans ces points de vente, les clients peuvent acheter des produits sans faire la queue en caisse. La technologie « Just Walk Out », qui utilise à la fois les caméras et l’intelligence artificielle, suit automatiquement les articles que les acheteurs mettent dans leur chariot. Cette technologie a depuis été déployée dans plus d’une vingtaine de points de vente. Elle est également mise à la disposition d’autres détaillants. En effet, Hudson et OTG expérimentent cette solution dans une poignée de magasins sans caisses dans les aéroports.

En cours de route, devenir la personne la plus riche au monde

En 1998, Jeff Bezos apparaît pour la première fois dans la liste Forbes : Les 400 Américains les plus riches, après l’entrée en bourse de sa société et avec une valeur nette de 1,6 milliard de dollars (il se classe à la 102e place du classement et obtient sa première couverture de Forbes). Près de deux décennies plus tard, en 2017, il dépasse Bill Gates et sa valeur nette franchit les 100 milliards de dollars. Aujourd’hui, Jeff Bezos est la personne la plus riche au monde avec une valeur nette de 196 milliards de dollars, et cela alors qu’il a cédé 19,7 millions d’actions d’Amazon.com (soit une participation de 4 % dans la compagnie) à son ex-femme dans le cadre de leur divorce. En août 2020, il devient la première personne à dépasser les 200 milliards de dollars de valeur nette.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Lauren Debter

 

<<< À lire également : Google amasse | Amazon surperforme et Jeff Bezos préside | Pfizer voit la vie en rose