Jeudi, Verizon a conclu un accord pour acheter BlueJeans, une société de vidéoconférence rivale de Zoom. Elle vise à être compétitive dans un secteur qui bénéficie d’un nombre sans précédent d’Américains travaillant de chez eux.

Verizon paiera moins de 500 millions de dollars pour acquérir la société. L’accord devrait être conclu au cours du deuxième trimestre 2020, selon des sources du journal de Wall Street.


Puisque les employés à distance comptent sur les outils Web pour travailler pendant la pandémie, les services comme Zoom, Slack et Microsoft ont été très demandés. La dernière acquisition de Verizon montre qu’elle aussi tente de tirer profit de cette tendance.

L’opérateur de téléphone mobile a déclaré vouloir utiliser BlueJeans, qui compte plus de 15 000 clients, pour aider les entreprises à développer des services tels que la télésanté, les plateformes d’éducation en ligne ou les outils de formation à distance.

BlueJeans s’adresse davantage aux entreprises qu’aux consommateurs, en proposant des vidéoconférences cryptées payantes, alors que les services concurrents, comme Zoom et Skype, sont gratuits.

L’entreprise, avec laquelle Verizon a entamé ses premières discussions l’année dernière, compte parmi ses clients Facebook, LinkedIn et Zillow.

BlueJeans sera « profondément ancré » dans l’offre 5G de Verizon. En tant que concurrent de Zoom, l’entreprise a également vu le nombre de ses utilisateurs augmenter depuis le début de la pandémie de coronavirus. 

« Alors que notre manière de travailler continue d’évoluer, il est absolument essentiel que les entreprises et les clients du secteur public aient accès à une gamme complète d’offres qui soient prêtes à être utilisées par les entreprises, sécurisées et sans friction et qui s’intègrent aux outils existants », a déclaré Tami Erwin, PDG de Verizon Business, dans un communiqué de presse. 

L’action de Verizon a augmenté de 1,3 % depuis l’annonce de la nouvelle. Les actions de Zoom ont chuté de plus de 1,2 %. Comme Zoom est rapidement devenu l’un des outils de vidéoconférence les plus populaires auprès des employés travaillant à la maison, l’entreprise a dû faire face à des problèmes apparents de confidentialité et de sécurité avec sa plateforme. Certaines organisations, telles que le département de l’éducation de la ville de New York, ont ainsi interdit aux employés d’utiliser le service. « Nous voyons une opportunité avec notre réseau de distribution », a déclaré Hans Vestberg, PDG de Verizon, sur CNBC, lorsqu’on l’interroge sur la concurrence avec des plateformes comme Zoom. 

 

<<< À lire également : Livestorm : L’Alternance Française A Zoom >>>