Dans un contexte où les États-Unis surveillent les applications chinoises comme TikTok, Zoom a décidé de suspendre toute transaction commerciale avec la Chine à compter du 23 août afin de prendre ses distances avec le pays.

Le 3 août, l’entreprise de vidéoconférences a déclaré à Reuteurs qu’elle souhaitait passer à un modèle de partenariat exclusif en Chine avec des entreprises telles que : Bizconf Communications, Suiri Zhumu Video Conference, et Systec Umeet qui pourraient offrir les services de Zoom aux clients chinois.

Zoom songeait déjà à se retirer de Chine à partir du mois de mai, lorsqu’elle a confirmé qu’il n’y aurait pas de nouvelles inscriptions gratuites d’utilisateurs dans le pays et que les entreprises clientes seraient limitées à celles qui s’inscriraient par l’intermédiaire de représentants commerciaux autorisés.


Les problèmes de Zoom en Chine

  • En juin, Zoom a été critiqué après avoir bloqué trois utilisateurs ayant organisé une commémoration du massacre de la place Tiananmen, à l’initiative de Pékin. L’entreprise a finalement annulé sa décision, mais Thomas Brewster, journaliste pour Forbes US, a rapporté que Zoom allait continuer à aider la Chine à bloquer les comptes de certains utilisateurs dans le pays.
  • L’entreprise est également passée par une période de crise lorsque des chercheurs ont découvert que Zoom faisait transiter des données de ses utilisateurs par la Chine. Fort heureusement, l’entreprise de vidéoconférence a rapidement apporté les modifications nécessaires pour remédier à ce problème.
  • Toujours en juin, les sénateurs américains, Josh Hawley et Richard Blumenthal ont adressé une lettre à John Demers, l’adjoint du procureur général du ministère de la Justice, déclarant qu’ils étaient extrêmement préoccupés par la possibilité que Zoom et TikTok aient divulgué des informations confidentielles des États-Unis au Parti communiste chinois (PCC). À ce sujet, les sénateurs ont écrit : « Alors que des millions d’Américains se tournent vers Zoom et TikTok, peu d’entre eux savent que la confidentialité de leurs données ainsi que leur liberté d’expression sont menacées en raison des relations de ces entreprises avec le gouvernement chinois. En effet, il est particulièrement inquiétant de constater que Zoom et TikTok ont toutes deux cherché à dissimuler leurs liens étroits avec la Chine, en s’affichant comme des entreprises américaines ».
  • Cependant, les deux entreprises sont très différentes : d’une part, TikTok (qui risque d’être rachetée par Microsoft) est actuellement détenue par ByteDance, une société chinoise dont le siège est à Pékin ; d’autre part, Zoom, est basée dans la Silicon Valley, et son PDG, Eric Yuan qui est né en Chine, est aujourd’hui citoyen américain.
  • Zoom a également déclaré : « Notre modèle de commercialisation en Chine continentale a toujours inclus la vente directe, l’abonnement en ligne et la vente par l’intermédiaire de partenaires. Nous passons désormais à un modèle de partenariat exclusif avec la technologie Zoom intégrée dans les offres de ces derniers, ce qui permettra d’offrir un meilleur service après-vente aux utilisateurs chinois. De même, nous avons informé nos clients que ce modèle prendra effet le 23 août 2020 et nous leur avons recommandé plusieurs partenaires autorisés. Ainsi, les utilisateurs en Chine continentale pourront continuer à participer aux réunions Zoom ».

La menace chinoise : Une question politique

La question est évidemment politique, comme le confirme Ian Thornton-Trump, ancien opérateur de renseignement canadien et CISO de la société de renseignement sur les menaces Cyjax : « Selon moi, ces problèmes de sécurité sont en partie liés à la détérioration des relations politiques entre la Chine et les États-Unis ».

Par la suite, M. Thornton-Trump a expliqué que les partenariats, comme celui que Microsoft a conclu avec Azure (en Chine), font partie d’un mécanisme qui permet aux entreprises de se détacher de la politique en Chine. Il a ensuite ajouté : « Le gouvernement chinois est très ferme en ce qui concerne les exigences d’accès aux données personnelles des utilisateurs chinois, c’est pourquoi de nombreuses entreprises sont contraintes à passer par des partenariats afin d’être présentes dans le pays ».

Il s’agit donc d’une mesure réfléchie de la part de Zoom, mais contribuera-t-elle vraiment à éviter à l’entreprise une surveillance accrue aux États-Unis, un pays où toutes les entreprises ayant un lien quelconque avec la Chine font l’objet de multiples enquêtes de sécurité ?

Article traduit de Forbes US – Auteure : Kate O’Flaherty

<<< À lire également : Comment Facebook Veut Concurrencer Zoom ? >>>