Cette semaine, le président Trump a émis l’idée d’assouplir les mesures de distanciation sociale en partant du principe que les dommages causés par l’arrêt de l’économie pourraient être plus importants que le coût de laisser le virus suivre son cours – certains modèles suggèrent cependant que la réouverture trop rapide de l’économie pourrait être exponentiellement plus coûteuse.

 


  • Si les États-Unis abandonnaient les mesures de distanciation sociale après 14 jours, plus de 125 millions de personnes contracteraient le virus, quelque 7 millions pourraient être hospitalisées et 1,9 million de personnes mourraient (en tenant compte d’autres facteurs comme l’infectiosité et les taux d’hospitalisation), selon un modèle élaboré par le New York Times.
  • Si la distanciation sociale se poursuit pendant deux mois, le modèle prévoit que 14 millions de personnes contracteront le virus, avec moins de 100 000 décès.
  • Il ne fait aucun doute que l’économie en général va souffrir, même au rythme actuel de la propagation. Morgan Stanley prévoit une chute de 30% du PIB au cours du prochain trimestre. Le PIB des États-Unis est actuellement de 21,43 billions de dollars. Une baisse de 30% signifierait une perte de valeur de plus de 6,4 billions de dollars (pour le contexte, le projet de loi d’aide économique signé par le président Trump vaut environ 2 billions de dollars).
  • Si l’épidémie s’aggrave en raison de l’assouplissement des mesures de distanciation sociale, il n’est pas déraisonnable d’anticiper des pertes économiques encore plus importantes.
  • Les économistes peuvent calculer la valeur moyenne d’une vie sauvée en utilisant un modèle appelé « valeur statistique d’une vie ». Il s’agit d’une mesure floue utilisée par certaines agences gouvernementales qui est basée sur le montant qu’une personne est prête à payer pour réduire le risque de décès. À l’heure actuelle, ce chiffre oscille autour de 10 millions de dollars.
  • « Si nous pouvions éviter un million de décès, comme nous les évaluons habituellement à environ 10 millions de dollars chacun, cela représenterait 10 000 milliards de dollars, soit la moitié du PIB », déclare James Hammitt, professeur d’économie au département de politique de santé de Harvard.
  • Les économistes de l’Université de Chicago sont arrivés à une conclusion similaire : ils ont constaté qu’avec des mesures « modérés » de distanciation sociale, 1,7 million de vies et au moins 7,9 billions de dollars pourraient être sauvés.

 

Un chiffre important : Le coût moyen d’un séjour à l’hôpital pour un cas de pneumonie légère est de 9 763 dollars, selon l’analyse de Peterson-KFF (la pneumonie est couramment associée au COVID-19, la maladie causée par le coronavirus). Le coût total médian s’élève à 88 114 dollars pour les cas les plus graves qui nécessitent plus de quatre jours d’assistance respiratoire. Sept millions d’hospitalisations pour des patients atteints de cas légers coûteraient plus de 68 milliards de dollars. Si 17% de ces patients avaient besoin d’un respirateur, comme c’était le cas dans une étude chinoise, le coût des hospitalisations à elles seules pourrait s’élever à 161 milliards de dollars, et ce, avant même de tenir compte du coût des autres complications liées au virus.

 

Citation essentielle : « Tout ce qui ralentit le rythme du virus est la meilleure chose que vous puissiez faire pour l’économie, même si, par des mesures conventionnelles, c’est mauvais pour l’économie », a déclaré l’économiste de l’Université de Chicago Austan Goolsbee au New York Times.

 

Contexte clé : D’une certaine façon, tout ce discours est vieux de plus d’un siècle. Un nouvel article publié hier a révélé qu’au cours de la pandémie de grippe de 1918 – l’analogue historique le plus proche de l’actuelle épidémie de coronavirus – les villes qui sont intervenues plus tôt et de manière plus « agressive » pour ralentir la propagation du virus par la distanciation sociale et l’isolement des cas n’ont pas subi de dommages économiques plus importants que celles qui ne l’ont pas fait. « Au contraire », écrivent les auteurs, « les villes qui sont intervenues plus tôt et de manière plus agressive connaissent une augmentation relative de l’activité économique réelle après la pandémie ». Seattle, Oakland, Omaha et Los Angeles, par exemple, ont mis en place des mesures de confinement plus strictes que Pittsburgh, Nashville et Philadelphie, et ont toutes connu une croissance de l’emploi beaucoup plus importante après la fin de la crise en 1920.

 

Digression : Le lieutenant-gouverneur du Texas, Dan Patrick, a suggéré que les grands-parents pourraient être prêts à mourir pour sauver l’économie pour leurs petits-enfants. « Personne ne m’a demandé : ‘en tant que personne âgée, êtes-vous prêt à prendre un risque pour votre survie en échange de la préservation de l’Amérique que toute l’Amérique aime, pour vos enfants et petits-enfants ?’ », a-t-il déclaré. « Et si c’est ça l’échange, je suis partant ». Ses commentaires et ceux de Trump ont déclenché une réaction violente des progressistes sur les médias sociaux mardi dernier, lorsque le hashtag #NotDying4WallStreet s’est propagé sur Twitter alors que les utilisateurs exprimaient leurs craintes face à la pandémie et à la réponse du gouvernement. « Je laisserai Wall Street à plat avant ma grand-mère », a écrit un utilisateur de Twitter.

 

 

<<< À lire également : Distanciation Sociale : Des Études Prouvent Son Efficacité >>>