Vous voulez des nouvelles positives sur la pandémie du Covid-19 ? Et pas seulement des hypothèses ? Selon deux études récemment publiées, les mesures massives de distanciation sociale de la Chine ont eu un effet substantiellement positif. Une voie à suivre pour les autres pays confrontés à la pandémie.

Ce n’était pas juste une victoire pour Wuhan, en Chine, mais également pour le reste du monde. Après tout, sans vaccin ni traitement spécifique disponible contre le SRAS-CoV2, la distanciation sociale est à peu près la seule chose dont on dispose pour ralentir la propagation de ce virus mortel. La distanciation sociale comprend les différentes manières de maintenir les personnes physiquement séparées les unes des autres, comme la fermeture des lieux « à forte fréquentation », tels que les écoles et les lieux de travail, et le confinement des personnes à la maison. Il est logique que le maintien d’une séparation physique empêche le virus de se transmettre d’une personne à l’autre, puisque le virus ne peut pas circuler sans porteurs humains. Néanmoins, voir des preuves scientifiques que la distanciation sociale fonctionne peut être encourageant, surtout lorsque vous êtes seul à la maison à attendre que le temps passe.


Certaines de ces preuves proviennent d’une étude qui vient d’être publiée dans le journal Science. Pour cette étude, une équipe de chercheurs a analysé les données sur la circulation des personnes et les cas de Covid-19 signalés au fil du temps. Les données sur la mobilité humaine proviennent de Baidu Inc, une entreprise technologique basée à Pékin qui propose toutes sortes de services et de produits liés à Internet, le genre de dispositif qui permet de suivre les déplacements des personnes. Si vous vous souvenez bien, la nouvelle épidémie de coronavirus a débuté à Wuhan, en Chine, en plein mois de décembre 2019, ce qui semble maintenant si lointain.

Le tweet suivant montre une série de chiffres tirés de la publication :

 

 

Le graphique intitulé « a » indique les niveaux de mobilité humaine pour janvier 2019 (la ligne grise) et janvier 2020 (la ligne rouge). Comme vous pouvez le voir, les mouvements humains ont commencé à chuter après le 23 janvier 2020, jour où le cordon sanitaire a été établi pour Wuhan. Le cordon sanitaire est une mesure de santé publique qui vise à contrôler la propagation d’une maladie infectieuse. Il s’agit d’établir une zone interdisant les voyages et de restreindre les déplacements à l’intérieur et à l’extérieur de cette zone. Cette mesure et d’autres mesures de distanciation sociale telles que les fermetures d’écoles et de lieux de travail et les consignes de rester à la maison ont été associées à une chute précipitée des mouvements jusqu’à ce qu’un nouveau plateau bas soit établi après le 26 janvier.

L’équipe de chercheurs a ensuite estimé où de nouvelles infections du SRAS-CoV2 en Chine se sont produites au fil du temps, comme le montre la figure « c » du tweet. Étant donné que seules les données sur les cas signalés étaient disponibles et que les trompettes ne jouent pas à chaque fois qu’une personne est nouvellement infectée, les chercheurs ont dû réestimer le moment où l’infection pour chaque cas signalé s’était réellement produite. Il a fallu pour cela intégrer l’observation selon laquelle il faut en moyenne 5,1 jours à une personne pour développer des symptômes après l’infection initiale. Ils ont également utilisé des estimations du temps nécessaire pour qu’une personne présentant des symptômes soit finalement diagnostiquée et déclarée comme étant porteuse du Covid-19. Cela représente une moyenne de 6,5 jours avant le 23 janvier et de 4,8 jours après cette date. La date à laquelle la Chine a mis en place une surveillance plus active.

La surveillance active signifie la mise en œuvre de tests plus répandus pour trouver « activement » les infections plutôt que d’attendre « passivement » que les gens développent des symptômes et se rendent dans des cliniques et des hôpitaux pour se faire tester. Naturellement, une surveillance plus active va permettre de détecter un plus grand nombre de cas et de les trouver plus rapidement qu’une surveillance plus passive.  La surveillance passive est ce qui se déroule actuellement aux États-Unis. Certains diront qu’il s’agit même d’une surveillance très passive.

La diminution des mouvements humains a-t-elle été liée à une diminution des nouvelles infections ? En en mot, oui. En quelques mots, oui, bien sûr. Les auteurs de l’étude ont rapporté que jusqu’a février, le nombre total de cas en dehors de Wuhan était « remarquablement bon », corrélé avec le mouvement des personnes en dehors de Wuhan. Cela signifie que les provinces qui ont connu les plus grandes épidémies ont également accueilli le plus grand nombre de personnes en provenance de Wuhan. La forte association entre les nouvelles infections et la circulation des personnes s’est maintenue même lorsque les chercheurs ont pris en compte l’augmentation des tests.

La mobilité humaine a diminué après la mise en place du cordon sanitaire et d’autres mesures de distanciation sociale, tout comme les nouvelles infections. Cette corrélation s’est poursuivie jusqu’au 1er février. Après cette date, les mesures de santé publique locales semblent avoir contribué à faire augmenter le taux de nouvelles infections au-delà des simples déplacements humains.

Êtes-vous déjà convaincu que la distanciation sociale fonctionne ? Si vous avez besoin de plus de preuves, jetez un coup d’œil à une deuxième étude publiée dans Lancet Public Health. Pour cette étude, une autre équipe de chercheurs a utilisé des données sur la population de Wuhan, en Chine, et le nombre de cas de Covid-19 signalés dans la ville au fil du temps pour créer un modèle mathématique. Ils ont ensuite utilisé ce modèle pour simuler les fermetures d’écoles et de lieux de travail qui ont eu lieu dans la ville vers la mi-janvier 2020, initialement en raison du Nouvel An lunaire, et ce qui se passerait si ces fermetures étaient maintenues pendant des périodes différentes.

Les expériences de simulation ont suggéré que si les fermetures n’avaient duré que pendant les vacances du Nouvel An lunaire, il y aurait eu peu d’effet sur la propagation du coronavirus. Mais les fermetures prolongées qui ont été maintenues depuis, ont contribué à réduire considérablement le nombre de nouvelles infections. Ils ont également constaté que si ces mesures de distanciation sociale restaient pleinement en place jusqu’en avril, elles pourraient réduire le nombre médian d’infections de 92 % à partir de la mi-2020 et de 24 % à partir de la fin 2020. En revanche, la réouverture des écoles et des lieux de travail plus tôt en mars pourrait alors entraîner une nouvelle augmentation du nombre de cas.

Ce qui est encourageant dans les résultats de ces deux études, c’est que l’on peut faire quelque chose pour arrêter la propagation du SRAS-CoV2. La Chine n’est pas le seul pays qui a été capable de modifier le cours du coronavirus avec une mise à distance sociale agressive. La Corée du Sud et Singapour ont également pu « aplatir la courbe ». C’est à dire, modifier la forme de la courbe épidémique qui trace le nombre de cas par jour. Il suffit de comparer ce qui s’est passé dans ces pays avec ce qui s’est passé en Italie.

Ces expériences constituent un modèle à suivre pour les États-Unis et d’autres pays. Cependant, la grande question est de savoir si les américains vont effectivement suivre ce modèle de la même manière et mettre en œuvre la distanciation sociale de manière plus agressive.

Cela peut ne pas sembler prometteur avec des scènes comme celle-ci :

Et les personnes appellent déjà à la « réouverture des États-Unis », alors que les mesures de distanciation sociale n’ont même pas été mises en place dans tout le pays depuis longtemps. Les États-Unis sont certainement en retard dans leur tentative « d’aplatir la courbe », puisque les mesures de distanciation sociale n’ont pas été mises en œuvre aussi tôt et aussi agressivement qu’en Corée du Sud et à Singapour. Néanmoins, la Chine était en retard le 23 janvier, mais a réussi à se hisser au sommet de la courbe en quelques semaines grâce à une distanciation sociale très agressive. Cela suggère que les États-Unis ont encore une marge de manoeuvre. Mais gardez à l’esprit que la fenêtre d’opportunités se referme rapidement.

 

<<< À lire également : Coronavirus : Point De Bascule De Nos Libertés Individuelles >>>