La pression incessante sur TikTok s’est accentuée cette semaine en raison de la déclaration du secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, qui a affirmé une fois de plus que les données des utilisateurs sont envoyées en Chine.

À ce sujet, Mike Pompeo a déclaré : « Il n’est pas acceptable de faire circuler vos informations personnelles sur un serveur chinois », laissant entendre que les données finiraient dans les mains du Parti communiste chinois, qu’il a qualifié d’« empire du mal ». En effet, TikTok est dans la ligne de mire du gouvernement Trump, et ils ne relâchent pas la pression à ce sujet.


De plus, alors que TikTok continue de nier les accusations américaines de mauvaise gestion des données et de céder aux pressions de Pékin, un nouveau rapport des cyber-experts de ProtonMail a remis en question ces dénégations. Ils ont déclaré : « Attention, le géant des médias sociaux ne se contente pas de collecter des tonnes de données personnelles sur vous, mais coopère également avec le PCC, étendant la surveillance et la censure de la Chine au-delà de ses frontières physiques ».

Le monde de TikTok est désormais dominé par les spéculations sur la possibilité que les États-Unis trouvent un moyen d’interdire l’application, en suspendant l’accès à des dizaines de millions d’utilisateurs américains et en mettant un terme à la croissance fulgurante de TikTok. La semaine a commencé par la confirmation de l’interdiction faite aux employés fédéraux d’installer l’application sur les appareils émis par le gouvernement, considérée par beaucoup comme le précurseur d’une forme d’action plus large du gouvernement Trump contre l’application. Nous savons également  comment une telle interdiction fonctionnerait : TikTok serait ajouté à la liste des entités du Département du Commerce, de la même manière que l’entreprise Huawei a été sanctionné.
Avec chaque semaine qui passe, il devient de plus en plus essentiel de se rappeler ce que nous savons et ce que nous ignorons. TikTok est une menace potentielle pour l’Occident, dans la mesure où il s’agit d’une application chinoise désormais installée sur des centaines de millions d’appareils. Dans un monde où les données de Facebook auraient causé des dommages aux processus politique aux USA, tant de manipulation et de désinformation, il serait naïf de supposer que TikTok ne représente pas une menace sérieuse.

Néanmoins, les allégations d’exfiltration de données et d’espionnage peuvent être prouvées d’une manière ou d’une autre. En effet, c’est là que la rhétorique rencontre la réalité, car malgré tous les discours, il n’y a pas de preuve solide que TikTok envoie des données à la Chine, il n’y a pas de preuve solide que des informations sont extraites des appareils des utilisateurs au-delà des saisies de données indiscrètes typiques de toutes les plateformes de réseaux sociaux.
Lorsque TikTok a été interrogé sur le sujet, l’entreprise s’en est tenue à l’absence de preuve : « Il n’y a pas de preuve, ce n’est rien de plus qu’une campagne politique en raison de l’impasse entre Washington et Pékin. Cependant, Il y a beaucoup de désinformation sur TikTok. Néanmoins, avec des décennies d’expérience militaire et policière américaine, et une équipe américaine qui travaille avec diligence pour développer une infrastructure de sécurité de premier ordre, nous pouvons affirmer que les données des citoyens américains ne voyagent jamais en Chine.

L’avertissement lancé cette semaine par les analystes de la cybersécurité de ProtonMail n’est clairement pas un point de vue politique : ce sont d’anciens ingénieurs en sécurité du CERN. En effet, l’entreprise met en garde contre le zèle avec lequel TikTok collecte des données, son utilisation des infrastructures chinoises et les liens étroits de sa société mère avec le Parti communiste chinois. Ces 3 aspects en font un outil parfait pour la surveillance et la collecte massive de données par le gouvernement chinois.
De plus, ProtonMail déclare avoir examiné les politiques de collecte de données, les poursuites judiciaires, les livres blancs sur la cybersécurité, les vulnérabilités de sécurité passées ainsi que la politique de confidentialité de TikTok et a conclu en déclarant : « nous estimons que TikTok représente une grave menace pour la vie privée et que l’entreprise partage probablement des données avec le gouvernement chinois. Nous recommandons également à chacun d’approcher TikTok avec beaucoup de prudence, surtout si vous considérez comme menace l’utilisation douteuse de vos données personnelles sous la surveillance du gouvernement chinois ».

ProtonMail a également cité un livre blanc publié par Penetrum au début de cette année, qui avertissait que « 37,70 % des adresses IP connues liées à TikTok sont chinoises », et qui décrivait la quantité excessive de collecte de données, les vulnérabilités dans le code de TikTok, ainsi que quelques éléments qui peuvent vous mettre assez mal à l’aise en utilisant l’application.
TikTok s’en tient à sa défense, en déclarant que « des millions de familles américaines utilisent TikTok pour le divertissement et l’expression créative, ce qui n’est pas le but des appareils du gouvernement fédéral. Notre PDG américain, notre CISO ainsi que toute notre équipe américaine en pleine expansion – qui a triplé depuis le début de l’année – n’a pas de plus grande priorité que de promouvoir une application sûre qui protège la vie privée de nos utilisateurs. C’est notre objectif ultime ! ».

La conclusion de ProtonMail sur TikTok est assez dure : « Le fait que TikTok appartienne à une société chinoise, qui a explicitement déclaré qu’elle approfondirait sa coopération avec le Parti communiste chinois, rend cette collecte excessive de données encore plus inquiétante. En effet, le gouvernement chinois a l’habitude de forcer et de coopter les entreprises technologiques chinoises pour qu’elles partagent leurs données, puis il utilise ces données dans le but d’intimider, menacer, censurer ou commettre des violations des droits de l’homme ».

La société suisse poursuit en avertissant les utilisateurs de TikTok : « Du point de vue de la sécurité et de la vie privée, TikTok est une plateforme de réseaux sociaux extrêmement dangereuse. Son potentiel de collecte massive de données auprès de centaines de millions d’adultes, d’adolescents et d’enfants constitue un risque grave pour la vie privée de ces derniers ». De même, son conseil à ces utilisateurs est de procéder avec une grande prudence. Si ce n’est d’envisager sérieusement de supprimer TikTok ainsi que les données qui y sont associées ».

Ainsi, un autre week-end se termine, et TikTok reste pris dans ce maelström de controverses sécuritaires et de politique sino-américaine. Une interdiction ou des sanctions de quelque sorte semblent de plus en plus probables chaque semaine, et le problème risque de se répondre dans le monde entier.

Enfin, en quelques semaines seulement et dans l’état actuel des choses, le propriétaire de TikTok, ByeDance, est passé du statut de leader dans le monde des réseaux sociaux à celui d’investisseur américain. Cela ne change rien au véritable problème de Tiktok, car il n’est pas nécessaire d’avoir une preuve irréfutable de sécurité pour que les États-Unis et leurs alliés aient une excuse crédible pour sanctionner et restreindre la plate-forme sur leurs territoires. Étant donné que la Chine est un État qui s’oppose aux États-Unis, au Royaume-Uni ainsi qu’à leurs alliés, il y a de fortes raisons de croire que Pékin pourrait exercer une influence sur la société mère de TikTok, ByteDance afin de récolter un maximum d’informations. Cela devrait être une raison suffisante pour agir contre cette menace.

Article traduit de Forbes US – Auteur : Zak Doffman


<<< À lire également : TikTok Investit 200 Millions De Dollars Pour Financer Les Stars De Son Réseau Social >>>