Le gouvernement américain est sur le point d’entrer en guerre contre une nouvelle classe de crypto-monnaies en plein essor : le stablecoin. Si le bitcoin et les crypto-monnaies similaires font les gros titres, c’est le stablecoin que les gouvernements et les banques centrales craignent réellement. 

 

Contrairement au bitcoin et à ses acolytes, qui fluctuent comme des montagnes russes, la crypto-monnaie stable est liée à des actifs réels, comme le dollar ou l’or. Cela signifie qu’elle peut être facilement utilisée pour les transactions commerciales quotidiennes ainsi que pour les contrats à long terme. Aucune personne saine d’esprit ne contracterait un prêt hypothécaire libellé en bitcoins, où vous pourriez vous retrouver à devoir dix fois le prix nominal de votre maison.
Cette nouvelle catégorie de crypto-monnaies a explosé, passant d’une valeur totale de 28 milliards de dollars au début de l’année à 110 milliards de dollars en juillet. Son utilisation dans les transactions commerciales est également en plein essor. Ce n’est pas étonnant : bien utilisé, le stablecoin est l’équivalent de l’argent liquide.
On remarque que le stablecoin peut constituer une menace mortelle pour les systèmes actuels de traitement des paiements, qui sont complexes, lourds et coûteux. Grâce aux blockchains, les stablecoins suppriment les intermédiaires. Par exemple, les transactions par carte de crédit coûtent généralement 2 à 3 % de frais aux commerçants. Avec les stablecoins, ces frais disparaîtront.
Les stablecoins faciliteront également grandement le commerce transfrontalier et les transferts de fonds, tout en éliminant les frais habituels.

Au final, les économies réalisées par les consommateurs et les entreprises pourraient s’élever à des centaines de milliards, voire des milliers de milliards, de dollars par an.
Cela permettrait de libérer d’énormes sommes de capital pour financer de nouvelles entreprises et d’augmenter considérablement les investissements productifs dans les entreprises existantes. En conséquence, le niveau de vie augmentera de manière significative.
L’objectif apparent de la réunion de juillet de la secrétaire au Trésor Janet Yellen avec le groupe de travail du président sur les marchés financiers semblait bénin et approprié. Pour citer Janet Yellen : « Réunir les régulateurs nous permettra d’évaluer les avantages potentiels des stablecoins tout en atténuant les risques qu’ils pourraient poser aux utilisateurs, aux marchés ou au système financier ».
Certaines réglementations de bon sens sont de mise, notamment pour s’assurer qu’un émetteur de crypto-monnaies stables dispose réellement d’actifs pour garantir sa monnaie, tout comme les investisseurs sont assurés qu’un fonds monétaire dispose réellement des actifs qu’il prétend avoir.
Mais ne vous méprenez pas sur les intentions réelles. Les régulateurs se rendent compte que les crypto-monnaies stables menacent non seulement les systèmes de paiement existants, mais aussi, et plus fondamentalement, le monopole que les gouvernements détiennent sur l’émission de monnaie. Les gouvernements ne veulent pas remettre en cause ce monopole. Ce n’est que le début d’un long combat. 

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Steve Forbes

<<< À lire également : Le bitcoin chute en-dessous de 30 000 dollars alors que le marché des crypto-monnaies s&#8217;effondre en raison de la propagation du variant Delta >>>