Une nouvelle étude britannique a révélé que plus de 95 % des Britanniques vaccinés avec une seule dose du vaccin Pfizer ou AstraZeneca développent des anticorps contre le covid-19, un chiffre qui atteint presque 100 % après la seconde dose. Cette étude vient donc à son tour montrer que les vaccins sont des outils efficaces et utiles pour maîtriser la pandémie.

 

Cette étude, réalisée par la University College de Londres (UCL), porte sur plus de 8500 patients en Angleterre et au Pays de Galles. Ces patients ne présentaient pas d’anticorps contre le covid-19 avant leur première injection. Entre 28 à 34 jours après leur première dose du vaccin, 96 % de ces patients ont développé des anticorps.

L’étude, actuellement en cours de préparation pour un examen par les pairs, a montré que ce chiffre atteignait 99 % dans les sept à 14 jours suivant la seconde injection pour les personnes ayant reçu les deux doses du vaccin, ce qui prouve que les vaccins offrent une protection contre le covid-19.

Si les patients ayant reçu le vaccin Pfizer-BioNTech ont développé des anticorps plus rapidement que ceux ayant reçu le vaccin AstraZeneca, les taux étaient pratiquement identiques après une période de quatre semaines.

De nombreux groupes plus à risque de contracter le covid-19, notamment les patients souffrant de comorbidités, les patients prenant un traitement immunosuppresseur ou les patients plus âgés, ont développé moins d’anticorps après une seule dose. Cela peut poser un problème dans des pays comme le Royaume-Uni, où la seconde dose est retardée de plusieurs semaines afin de vacciner davantage de patients. Néanmoins, l’injection d’une seconde dose a permis de faire remonter les taux d’anticorps aux niveaux élevés habituels, ce qui, selon le professeur Rob Aldridge, chercheur en chef de l’étude, souligne « l’importance de recevoir la seconde dose. »

Le professeur Rob Aldridge a qualifié les résultats de « rassurants : les vaccins sont notre moyen pour sortir de la pandémie. »

La Dre Maddie Shrotri, auteure principale de l’article, a déclaré que les résultats proviennent de certaines des premières « études sur les vaccins dans le monde réel au Royaume-Uni. » Selon elle, ces résultats sont « des nouvelles fantastiques », ajoutant qu’il est remarquable de voir à quel point les vaccins fonctionnent bien compte tenu de la vitesse à laquelle ils ont été développés : « c’est un véritable exploit scientifique face à la pandémie la plus dévastatrice depuis un siècle ».

Au Royaume-Uni, 57 millions de doses de vaccin ont été administrées, la grande majorité étant des vaccins Pfizer-BioNTech ou AstraZeneca. Un peu plus de 20 millions de patients ont reçu leur seconde dose.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Robert Hart

<<< À lire également : Pfizer : une seule injection serait inefficace contre les variants de la Covid-19 >>>