A l’ère du digital, le nombre de salles de sport a explosé ces dernières années. De plus en plus d’adhérents se précipitent aux portes de leur établissement favori à proximité, contribuant ainsi à l’émergence de nouveaux modèles économiques.

On peut dire que le marché européen est en forme. En effet, les flux d’information et de communication ont amené à une prise de conscience des bienfaits du sport. Le sport est pour beaucoup une pratique vitale. Aller en salle de fitness est devenu monnaie courante. Il n’est pas étonnant que nous ayons au moins une personne abonnée à l’un des 4 200 clubs présents en France parmi notre entourage ou même au sein de notre famille. Comment expliquer cette embellie ? Quelles conséquences tirer du marché du fitness ?


Le sport est un facteur clé du bien-être de l’Homme. Même si la plupart des sports peuvent se pratiquer à l’extérieur, la pratique d’activités en salle est aujourd’hui privilégiée par les Français.  Au début des années 2000, les salles de sport ont connu une période morose et incertaine. Grâce aux technologies de l’information et de la communication, les ménages se dépensent davantage par souci de santé, pour se sentir mieux, pour se socialiser ou encore par loisir. De plus, l’essor des plateformes de réseaux sociaux tels que Instagram ou Snapchat a fait naître des influenceurs toujours plus nombreux. Ces derniers prônent un mode de vie sain et n’hésitent pas, pour la plupart, à montrer les fruits de leur entraînement afin de servir de modèle aux yeux de leurs followers.

L’émergence de nouveaux modèles économiques et d’offres et services afin de répondre à une clientèle exigeante et résolument moderne

Selon la dernière étude sur le marché du fitness en Europe réalisée par Europe Active, le nombre total de membres de clubs de santé et de fitness atteint 60 millions de personnes, avec en tête l’Allemagne comptant le plus grand nombre d’abonnés (plus de 10 millions d’adhérents), suivi par le Royaume-Uni (9,7 millions), puis la France en troisième position (5,7 millions). En France, le nombre de clubs continue de progresser année après année, on dénombre ainsi une hausse de 5% de clubs par an. Ces dernières années, le prix de l’abonnement a chuté de 60 à 40€ en moyenne par mois. En parallèle, les salles de sport sont montées en qualité, en propreté et en confort, bien que les offres low-cost se démocratisent davantage.

 

La révolution numérique n’épargne pas le secteur du fitness. Les clubs de sport sont alors dans la nécessité de se renouveler en permanence, sous peine de voir une partie de ses adhérents se tourner vers d’autres solutions disponibles gratuitement en ligne, que ce soit des applications ou tutoriels de coaching. Par ailleurs, tous les coachs ainsi que le personnel doivent se former aux nouvelles pratiques à l’ère digitale. Selon le directeur de Fitness Challenges Magazine, Pierre-Jacques Datcharry, l’intelligence artificielle aura envahi le secteur du fitness. « Nous aurons des cours donnés par des hologrammes », « la robotisation et l’être humain virtuel changeront notre métier ». Or, le futur est déjà présent dans notre vie quotidienne. Des tapis de courses Technogym sont équipés de larges écrans où défilent les images d’un parcours mythique, comme le circuit d’un marathon. Ou encore, la start-up française Fit Immersion propose un vélo de salon équipé d’un masque de réalité virtuelle, offrant à son utilisateur une immersion totale à 360 degrés. Et pour les personnes ne souhaitant toujours pas s’abonner à une salle de sport, le numérique les rattrape même avec de nombreux sites aidant à bien acheter un banc de musculation ou même des compléments alimentaires sportifs.

Quels sont les acteurs principaux de l’industrie du fitness ?

Aujourd’hui, les clubs de fitness européens leaders sont respectivement McFit (1,5 million d’adhérents), Basic Fit (1,21 million d’adhérents) et Pure Gym (0,85 million d’adhérents). Selon Deloitte, pas moins de 20 opérations de fusions-acquisitions sont à signaler, ce qui démontre un intérêt des investisseurs sur le marché du fitness, avec une entrée en bourse récente de Basic Fit.

Quelles perspectives pour le marché du fitness et de la santé ?

Selon des experts, le marché du fitness européen continuera de croître jusqu’à atteindre 80 millions de membres en 2025. Ensuite, le business model des clubs se tournera vers l’offre low-cost qui sera le principal moteur de croissance du marché du fitness. A l’instar du lancement de l’offre mobile initiée par Free il y a plusieurs années, le prix des abonnements à la salle va être tiré vers le bas tout en maintenant un équipement de qualité. Cependant, il est important de noter qu’un tassement du nombre d’adhérents est à prévoir. En effet, le marché des salles de sport arrivant quasiment à maturité, une saturation de l’offre est proche, à la fois dans les grandes agglomérations où le nombre d’abonnés est déjà conséquent mais aussi sur des zones moins denses où la demande est satisfaite. Par conséquent, l’institut d’études Xerfi chiffre un repli d’activité de 3%, ce qui devrait impacter négativement les marges des établissements. D’autant plus que l’explosion des offres low-cost devraient baisser les tarifs des abonnements sur le moyen terme. Un réel casse-tête pour les acteurs du marché donc, qui doivent sans cesse chercher à innover dans leurs offres et services, au risque de devoir mettre la clé sous la porte.