Kasa Living, une start-up qui propose des locations à court terme dans des hôtels et des immeubles collectifs, a levé 30 millions de dollars en financement  pour améliorer son logiciel et rationaliser ses opérations.

 


“Ce que voient les clients de Kasa n’est que la partie émergée de l’iceberg. L’énorme complexité opérationnelle en coulisses est prise en charge par la plateforme technologique de Kasa”, a déclaré Nick Shalek, associé général de Ribbit Capital, qui a dirigé la dernière levée de fonds.

Parmi les autres investisseurs figurent RET Ventures, Zigg Capital, FirstMark Capital, Allegion Ventures et BoxGroup.

Kasa Living a été fondée en 2016 par Roman Pedan, un ancien du groupe immobilier KKR, alors qu’il était étudiant à l’école de commerce de Stanford. À l’époque, dit-il, la popularité d’Airbnb était en plein essor, mais les voyageurs “avaient parfois une expérience formidable et parfois une mauvaise expérience… Il leur manquait cet élément de confiance”.

Il a décidé de créer des locations à court terme plus standardisées, mais toujours moins chères que de nombreux hôtels, en tirant parti des unités vacantes à l’intérieur des hôtels et des appartements. Aujourd’hui, la location typique de Kasa coûte environ 130 dollars par nuit.

Kasa Living a conclu son premier partenariat avec un immeuble d’appartements à Santa Clara, dont le propriétaire a proposé quatre unités à titre de projet pilote. Ils avaient moins d’une semaine pour convertir l’espace. “Nous dormions sur le sol des appartements parce que les lits n’étaient pas encore construits”, dit Roman Pedan.

Le projet pilote s’est bien déroulé et, fin 2018, Kasa Living disposait de 100 chambres sur sa plateforme, réparties dans six villes. L’entreprise rapporte qu’elle dispose maintenant de près de 1000 chambres dans 35 villes, générant 100 000 réservations par an et des ventes annualisées d’environ 30 millions de dollars. L’entreprise n’est pas encore rentable.

Pendant la pandémie, Roman Pedan affirme que l’entreprise a en fait augmenté ses ventes de 50%, car les gens cherchent des logements à court terme en dehors des centres-villes. La plupart de ses réservations proviennent de voyageurs d’affaires et de familles.

Alors que Kasa Living s’efforce de prendre une part dans les affaires d’Airbnb, elle a un énorme marché à conquérir. “[Les locations à court terme] représentent désormais une industrie de 115 milliards de dollars par an”, a déclaré le directeur général de CBRE, Mark VanStekelenburg, dans un rapport de février. “En conséquence, les évaluations traditionnelles des hôtels… ne sont plus appropriées”. Le rapport note que les locations à court terme commencent à atteindre la saturation dans les grands marchés urbains. Mais Kasa Living a encore beaucoup de place pour se développer.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Noah Kirsch

 

<<< À lire également : Pourquoi Airbnb A Choisi Une Introduction En Bourse “Confidentielle” >>>