La semaine dernière, Airbnb a formalisé sa demande d’introduction en bourse. C’est la dernière en date parmi les nombreuses sociétés ayant procédé à une introduction confidentielle en bourse. Selon les experts, cela permet plus de souplesse et peut être plus avantageux que la voie traditionnelle, qui consiste à déposer les documents nécessaires plusieurs mois à l’avance.

L’introduction en bourse confidentielle trouve son origine dans le JOBS Act de 2012 promulgué par Barack Obama, qui permet dès lors aux entreprises ayant un chiffre d’affaires annuel inférieur à un milliard de dollars de déposer les documents d’introduction en bourse en toute confidentialité.

En juin 2017, ce plafond d’un milliard de dollars a été levé, permettant ainsi à toutes les entreprises de tirer parti de l’introduction en bourse confidentielle, une option qui s’est révélée très populaire depuis.

Uber et Lyft sont notamment les deux figures emblématiques de cette stratégie, tout comme Spotify, Slack ou encore Palantir. C’est ce qu’explique Sandeep Dahiya, professeur d’entrepreneuriat à la McDonough School of Business de l’université de Georgetown.

Jay Ritter, professeur de finance à l’université de Floride et célèbre pour ses travaux sur les introductions en bourse, explique : « Le plus grand avantage des dossiers confidentiels est la rétention d’informations pour les concurrents pendant quelques mois, par rapport à un dépôt traditionnel qui serait accessible à tous ».

Sandeep Dahiya poursuit : « La flexibilité du calendrier et la fluidité de la fourchette de prix en sont des éléments importants, et plus encore compte tenu de la volatilité sous-jacente du marché boursier aujourd’hui. C’est comme jouer au poker avec le marché financier : si les entreprises font une introduction en bourse traditionnelle, le marché peut leur offrir une main très différente dans les 90 à 120 jours précédant leur entrée en bourse ».

Si une société décide de procéder à une introduction en bourse après un dépôt confidentiel, elle est tenue de déposer un formulaire S-1 public seulement trois semaines avant la date d’entrée en bourse (au lieu de plusieurs mois selon la méthode traditionnelle), mais selon Jay Ritter, cela laisse largement de temps aux investisseurs pour évaluer les données financières.

Sandeep Dahiya précise : « Avec une introduction en bourse traditionnelle, une fois que vous avez rempli les papiers, c’est immuable. Voilà où se trouve la beauté d’une introduction en bourse confidentielle : il n’y a pas de date fixe, et plus de flexibilité ».

Depuis le début de l’année, le rendement moyen du premier jour d’une introduction en bourse est de 36 %, ce que Jay Ritter estime être le niveau le plus élevé depuis 2000 : « Nous sommes en passe d’atteindre le rendement moyen le plus élevé lors du premier jour, mais aussi de voir le prix augmenter plus vite que n’importe quelle année depuis 1999 et 2000 ».

Le géant de la location de vacances Airbnb est l’un des exemples les plus récents d’introduction en bourse confidentielle. La société n’a pas eu besoin de divulguer des informations financières ni de préciser combien d’actions seraient offertes lors de son introduction en bourse, ce qui lui confère beaucoup plus de souplesse que dans le cadre d’un dossier traditionnel. Pour Sandeep Dahiya : « Le Covid-19 a été très brutal pour le secteur de l’hôtellerie, ainsi le fait qu’Airbnb pense pouvoir réaliser des performances décentes est très encourageant ». Entre-temps, il se murmure qu’Airbnb pourrait être en pourparlers avec la special-purpose acquisition company (SPAC) de l’investisseur milliardaire Bill Ackman au sujet d’une possible fusion inversée. Jay Ritter explique : « C’est certainement un scénario plausible. Il est logique qu’Airbnb adopte une double approche pour renforcer sa position de négociation, à la fois avec Bill Ackman et avec les banques Goldman Sachs et Morgan Stanley (les assureurs de son introduction en bourse), pour les opposer l’un à l’autre ».

Pour rappel, les introductions en bourse étaient pratiquement au point mort pendant une grande partie du premier semestre 2020, en raison de la pandémie de coronavirus. Airbnb est la dernière société en date à rejoindre de nombreuses autres récemment introduites en bourse, alors que le marché financier profite d’un rebond après avoir traversé une récession difficile au mois de mars. Parmi les entreprises qui ont adopté la même stratégie, on retrouve le label de musique Warner Music Group et la startup d’assurances Lemonade.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Sergei Klebnikov

 

<<< À traduire également : Pourquoi Airbnb Multiplie Les Signes de Bonne Conduite >>>