Deux perchistes ont dû quitter les JO de Tokyo 2020 après avoir été testés positifs au covid-19 jeudi 29 juillet, dont le champion américain, Sam Kendricks. Ce sont les deux derniers athlètes en date à devoir se retirer de la compétition à cause du virus, alors que les Jeux se déroulent en pleine pandémie.

 

Le champion américain de saut à la perche, Sam Kendricks, largement considéré comme un prétendant sérieux au podium olympique, s’est retiré des JO de Tokyo 2020 après avoir été contrôlé positif au covid-19, jeudi 29 juillet. Par conséquent, toute l’équipe australienne d’athlétisme a été mise à l’isolement par mesure de précaution.
Le perchiste argentin, German Chiaraviglio, a également confirmé son retrait de la compétition après avoir été contrôlé positif au covid-19 jeudi 29 juillet. Le tennisman néerlandais, Jean-Julien Rojer, et son partenaire, Wesley Koolhof, ont quitté les JO de Tokyo 2020 après avoir été testés positifs au covid-19 le 26 juillet.
Les golfeurs John Rahm (Espagne) et Bryson DeChambeau (États-Unis), respectivement no 1 et no 8 mondial, ont également été contrôlés positifs aux covid-19 avant leur départ pour Tokyo, ont annoncé l’équipe américaine de golf et le Comité olympique espagnol le 25 juillet.

Quatre athlètes tchèques, les joueurs de beach-volley Ondřej Perušič et Markéta Sluková-Nausch, le joueur de tennis de table Pavel Sirucek et le cycliste Michal Schlegel, ont été testés positifs au covid-19, ce qui a entraîné une enquête sur le vol affrété par la délégation tchèque.
Le joueur de beach-volley américain, Taylor Crabb, a lui aussi été testé positif au covid-19 au Japon, bien qu’il ait été vacciné et que les tests soient revenus négatifs avant son départ pour Tokyo. Concernant la remplaçante de l’équipe américaine de gymnastique féminine, Kara Eaker, elle a été contrôlée positive le 20 juillet, et cela malgré avoir été entièrement vaccinée avant son départ. Il en va de même pour la basketteuse américaine Katie Lou Samuelson, qui a été testée positive le 20 juillet, bien qu’elle ait déclaré être entièrement vaccinée et avoir « pris toutes les précautions. »
La joueuse de tennis américaine, Coco Gauff, a annoncé dimanche 25 juillet qu’elle ne participerait pas aux JO de Tokyo 2020, ses premiers Jeux, après avoir été contrôlée positive au covid-19 le 18 juillet.

Le joueur de basket américain, Bradley Beal, ne participera pas aux JO de Tokyo 2020. Le basketteur a été placé sous « protocole de santé et de sécurité. » ESPN rapporte que trois autres basketteurs américains ont également quitté l’équipe olympique, l’un parce qu’il a été contrôlé positif au covid-19 et les deux autres en raison de « mesures de recherche de contacts. »
La skateuse Candy Jacobs et la taekwendoïste Reshmie Oogink, qui devaient toutes deux représenter les Pays-Bas, ont dû quitter la compétition après avoir été testées positives au covid-19. La tireuse britannique, Amber Hill, classée no 1 mondial au skeet féminin, s’est retirée des JO le 21 juillet après avoir été testée positive au covid-19. La taekwendoïste chilienne, Fernanda Aguirre, a été contrôlée positive à son arrivée à Tokyo en provenance d’Ouzbékistan, où elle s’était entraînée.
Le nageur russe, Ilya Borodin, un sérieux prétendant au podium olympique dans l’épreuve du 400 mètres quatre nages chez les hommes, manquera également les Jeux après avoir été contrôlé positif au covid-19. Le meilleur tennisman australien, Alex de Minaur, s’est lui aussi retiré de la compétition après avoir été contrôlé positif avant son départ pour Tokyo. Quelques jours avant le coup d’envoi des JO de Tokyo 2020, les joueurs de football sud-africains, Thabiso Monyane et Kamohelo Mahltasi, ont été contrôlés positifs le 18 juillet.

La joueuse de tennis britannique, Johanna Konta, s’est retirée de la compétition le 13 juillet, invoquant son incapacité à s’entraîner pendant une pandémie. La basketteuse serbe et porte-drapeau à l’origine, Sonja Vasic, a été contrôlée positive au covid-19 deux semaines avant le début des Jeux, ce qui laisse planer le doute sur sa participation. Miloš Vasic, rameur de l’équipe serbe et mari de Sonja Vasic, a été contrôlé positif à son arrivée à Tokyo début juillet.
En avril, la Corée du Nord est devenue le premier pays à se retirer des JO en raison des inquiétudes suscitées par la pandémie de covid-19. C’est la première fois que cette nation isolée ne participe pas aux JO depuis que Séoul les a accueillis en 1988.
En juin, le Comité international olympique prévoyait que plus de 80 % des athlètes olympiques et paralympiques seraient vaccinés contre le covid-19. La vaccination a été encouragée, mais elle n’a pas été rendue obligatoire pour les athlètes. Au moins 100 athlètes olympiques américains ne sont pas vaccinés et de nombreux athlètes ont été testés positifs malgré une vaccination complète.
« Je pense qu’avant les Jeux, nous pensions que la situation était vraiment sous contrôle et je me sentais vraiment confiante, et puis chaque fois que vous entendez parler d’une autre personne testée positive, vous êtes un peu plus inquiet à ce sujet », a déclaré April Ross, une joueuse de beach-volley de l’équipe olympique américaine, ajoutant prenait désormais « de plus en plus de précautions pour garder [ses] distances et essayer de rester en sécurité. »

La pandémie de covid-19 est depuis longtemps un sujet de préoccupations pour les JO de Tokyo 2020, qui se déroulent après une année de report et des doutes de longue date sur l’annulation totale des Jeux d’été. De nombreux experts de la santé publique ont critiqué le maintien des Jeux et ont mis en garde contre les dangers qu’ils pourraient représenter, notamment la création potentielle d’un nouveau variant avec la convergence d’athlètes du monde entier.
Des protocoles stricts de santé et de sécurité ont été mis en place pour les Jeux, notamment l’interdiction totale de spectateurs. Cependant, les athlètes ne sont pas obligés de se faire vacciner, ils y sont seulement encouragés. Malgré les mesures mises en place, les craintes sont toujours présentes tandis que le variant Delta, hautement contagieux, s’installe dans le monde entier et que la ville de Tokyo reste en état d’urgence en raison d’un pic de contamination.
Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanson Ghebreyesus, a déclaré mercredi 28 juillet que la « marque du succès » des JO ne sera pas « zéro cas », reconnaissant que les contaminations seront inévitables, mais « la garantie que tous les cas soient identifiés, isolés, retracés et soignés aussi rapidement que possible et que la chaîne de transmission ultérieure soit interrompue. »

Les athlètes qui sont cas contacts des personnes testées positives au covid-19 peuvent encore participer à la compétition, malgré les protocoles qui leur imposent de s’isoler. Selon le manuel du Comité international olympique, les cas contacts étroits, c’est-à-dire ceux qui ont passé au moins 15 minutes avec l’athlète infecté et se sont trouvés à moins d’un mètre de lui sans un masque, sont soumis à des exigences supplémentaires pour concourir. Ils doivent notamment effectuer des tests PCR quotidiens, s’isoler dans une pièce séparée et utiliser des véhicules et des installations spécifiques, à l’écart des autres athlètes.
La Guinée a brièvement retiré l’équipe olympique du pays, composée de cinq athlètes, des JO de Tokyo 2020, avant de revenir sur sa décision. Le ministre guinéen des Sports, Sanoussy Bantama Sow, a déclaré à BBC Afrique que les responsables du pays « ont parlé avec les organisateurs et ils nous ont affirmé qu’ils feraient tout pour assurer la sécurité de nos athlètes. »

 

Article traduit de Forbes US – Auteurs : Alison Durkee et Robert Hart

<<< À lire également : JO de Tokyo 2020 | Androdias et Boucheron meilleurs rameurs du monde, les tennismen en forme, les basketteuses pleurent >>>