Après la France, c’est au tour d’Israël et de l’Italie de mettre en place le pass sanitaire à l’échelle nationale, face à la recrudescence de cas de covid-19. Le pass sanitaire atteste qu’une personne est immunisée contre le coronavirus ou qu’elle a récemment été testée négative. Ces pass seront exigés dans les salles des bars et restaurants, dans les salles de sports ainsi que dans d’autres lieux ont annoncé jeudi 22 juillet les autorités israéliennes et italiennes.

 

Israël a été l’un des premiers pays à vacciner sa population. Le pass sanitaire proposé par le bureau du nouveau Premier ministre, Naftali Bennett, constitue un rétablissement partiel du système que le pays avait mis en place au début de la pandémie, avant d’assouplir les restrictions à mesure que les taux d’infection et le nombre de décès chutaient et que la campagne de vaccination avançait.
Après l’apparition de nouveaux cas à la fin du mois dernier, Israël a commencé à réintroduire des restrictions dans l’espoir d’éviter une nouvelle vague de covid-19, notamment le port du masque à l’intérieur, des conditions d’entrée plus restrictives pour les voyageurs internationaux et désormais le pass sanitaire qui entrera en vigueur la semaine prochaine (en cas d’approbation par le gouvernement).
L’Italie va déployer son pass sanitaire à partir du 6 août, a déclaré jeudi 22 juillet le Premier ministre, Mario Draghi, précisant que les Italiens devront présenter le pass sanitaire pour entrer dans plusieurs espaces intérieurs, notamment les musées, les cinémas, les piscines, les salles de sports et les restaurants couverts.
Mario Draghi a déclaré qu’il espérait que le pass sanitaire pousserait davantage d’Italiens à se faire vacciner « immédiatement », affirmant jeudi que « sans vaccination, nous devrions tout fermer à nouveau. »

En France, ce système semble fonctionner. Les autorités ont annoncé la semaine dernière que les Français devaient désormais présenter une preuve de vaccination pour se rendre dans les centres commerciaux, les cinémas et les musées. Depuis les annonces d’Emmanuel Macron, plus d’un million de personnes ont pris rendez-vous pour se faire vacciner.
Des systèmes similaires sont utilisés dans toute l’Europe depuis plusieurs semaines. En Autriche, à Chypre, au Danemark, en Lettonie, en Lituanie et au Luxembourg il faut présenter un pass sanitaire pour dîner au restaurant à l’intérieur.
Aux États-Unis, si des États comme New York proposent une application mobile que les salles de sport, les bars et d’autres lieux accueillant du public peuvent utiliser sur la base du volontariat pour s’assurer que leurs clients sont vaccinés ou qu’ils ont un test négatif. D’autres États ont adopté des lois interdisant aux autorités locales (et parfois aux entreprises) d’exiger une preuve de vaccination comme condition d’obtention de biens ou de services.
Le variant Delta, dont les experts estiment qu’il est plus contagieux que les variants antérieurs du covid-19, est à l’origine de nouvelles infections dans les pays du monde entier. Aux États-Unis, le variant Delta représente 83 % des nouveaux cas enregistrés par le Centers for Disease Control. Des villes comme Los Angeles et Las Vegas ont réintroduit le port obligatoire du masque dans les lieux publics afin de prévenir l’arrivée d’une nouvelle vague de covid-19, alors que les infections se multiplient. Une étude britannique publiée mercredi 21 juillet suggère que les vaccins AstraZeneca et Pfizer sont efficaces contre les formes symptomatiques du variant Delta, à condition que les patients reçoivent les deux doses.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Carlie Porterfield

 

<<< À lire également : Pfizer et Moderna : une protection de plusieurs années contre la Covid-19 ? >>>