Emirates se lance sur le marché des assurances santé en proposant un forfait Covid-19 pour ses voyageurs.

L’année dernière, les dépenses publicitaires dans le secteur des assurances ont atteint 7 milliards de dollars, qui représentent environ 2,7 % de toutes les dépenses publicitaires américaines. Au total, le coût d’acquisition est d’environ 20 dollars par personne aux États-Unis, soit environ 60 dollars pour un couple ou une famille qui achète une assurance.

Comment les assureurs peuvent-ils se permettre des dépenses publicitaires aussi exorbitantes ? Les compagnies d’assurance disposent de beaucoup de liquidités. De plus, l’assurance est un produit à faible participation, qui est continuellement payé sans grande considération de la part du consommateur. C’est pourquoi les taux restent élevés.

En 2000, la GEICO a lancé une campagne publicitaire loufoque que le secteur conservateur de l’assurance n’avait jamais vue auparavant. La stratégie de GEICO qui consistait à introduire de l’humour dans le monde des assurances a été fructueuse. Ce qui a poussé ses concurrents tels que Mayhem, Flo, Professor Burke et Emu and Stakeouts à innover, et même à engager des célébrités comme Aaron Rodgers ou Payton Manning, stars du Football.

Le but de ces compagnes publicitaires est d’attirer l’attention des consommateurs qui préfèrent ne pas penser à l’assurance, surtout pas à l’âge de 25 ou 30 ans.

Désormais, Emirates Airlines propose pour la première fois une assurance à ses voyageurs. En effet, les compagnies aériennes essaient à tout prix d’attirer la clientèle dans ce contexte de pandémie mondiale : laisser les sièges du milieu vides, imposer le port du masque à tous les passagers, procéder à des contrôles de santé dans les aéroports.

L’assurance des voyageurs d’Emirates stipule que si l’un de ses passagers est atteint du COVID-19 au cours de son voyage, la compagnie aérienne basée à Dubaï couvrira ses frais médicaux, à hauteur de 150 000 euros. Elle lui versera 100 € par jour pour l’isolement dans une chambre d’hôtel et pour une durée maximale de deux semaines. Et si le pire venait à se produire, Emirates offrira 1 500 € pour les funérailles d’un passager. L’assurance est automatique avec l’émission des billets, elle prend effet immédiatement et ne comporte aucun frais pour les voyageurs. Cette démarche démontre l’intégrité de l’entreprise, son empathie pour ses clients et sa compréhension du contexte actuel.

Le principe de l’assurance médicale (l’isolement) est courageux, audacieux et va droit au cœur des voyageurs. Cependant, le fait que l’assurance comporte une couverture décès pourrait être problématique, car cela pourrait associer la compagnie aérienne à une image de pompes funèbres.

Ce type d’assurance n’est pas testé et comporte un risque d’atteinte à la réputation d’Emirates. Il n’y a effectivement pas de précédent où une marque offre des services d’enterrement à ses passagers. Néanmoins, Emirates mérite d’être félicité pour avoir assumé ce risque. Lorsque les compagnies aériennes font voler des avions à 20 ou 30 % de leur capacité et annulent même entièrement leurs vols vers certains aéroports, cette offre d’assurance peut être très utile. En effet, la valeur choc de l’offre de funérailles gratuites pourrait être une stratégie intelligente pour inciter les voyageurs à reprendre l’avion, ou du moins à y réfléchir.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Avi Dan

<<< À lire également : Pourquoi Emirates Réduit Sa Flotte d’A380 >>>