La Colombie compte des centaines d’espèces d’abeilles, mais beaucoup ont été durement touchées par l’utilisation de pesticides. L’entomologiste colombienne Diana Obregon a essayé de découvrir le rôle que jouent les pesticides dans le déclin des abeilles qui pollinisent le lulo, un fruit emblématique de la Colombie.

 


Diana Obregon, qui est maintenant doctorante en entomologie à l’université de Cornell et spécialiste à Fulbright, affirme que sans les abeilles, la production de fruits de Solanum quitoense (connus sous le nom de lulo) serait réduite de 51%. Étant donné la grande popularité de ce fruit en Colombie et dans d’autres pays d’Amérique latine, cela incite fortement à comprendre l’impact de l’utilisation des pesticides et de la perte de forêts sur les abeilles.

« À l’aide de drones, nous avons caractérisé le paysage entourant les champs de culture pour quantifier la quantité de forêt restante et nous avons corrélé ces zones avec la quantité de résidus de pesticides trouvés dans les fleurs de lulo et la diversité et l’abondance des abeilles visitant la culture », a-t-elle déclaré. « Nous avons découvert des pesticides très hautement toxiques pour les abeilles dans les fleurs de lulo, et à mesure que les résidus de pesticides augmentaient dans les fermes, la diversité et l’abondance des abeilles diminuaient considérablement ».

Il est encourageant de constater que Diana Obregon et ses collègues ont également découvert que lorsque les fermes sont entourées d’une grande proportion de zones forestières, cet habitat naturel contribue à compenser les effets négatifs des pesticides.

« Mais cet effet tampon est perdu lorsque les résidus sont très élevés », a-t-elle déclaré, ajoutant que pour protéger les abeilles et maintenir une production durable de lulo, il est nécessaire de protéger les zones naturelles autour des fermes mais aussi de réduire l’utilisation excessive de pesticides.

« Dans les tropiques, il y a une immense diversité d’abeilles indigènes qui doivent être étudiées et préservées », a-t-elle déclaré, « Les résultats de mes recherches fournissent des informations sur les écosystèmes et les systèmes de culture qui ont été moins étudiés, mais qui sont économiquement pertinents pour la région ».

Diana Obregon espère que son travail contribuera au développement d’actions et de politiques qui diminueront l’impact négatif de la déforestation et des insecticides sur les pollinisateurs dans les zones tropicales comme la région montagneuse des Andes en Colombie.

Diana Obregon a grandi dans une famille à revenu moyen dans la capitale colombienne de Bogota, fille d’une couturière et d’un vendeur de pièces automobiles.

« Ni le travail de mes parents ni notre routine quotidienne n’étaient liés à la nature, mais je me souviens qu’ils nous emmenaient souvent rendre visite à de la famille en dehors de la ville », dit-elle. « Pour moi, c’était la période la plus excitante de l’année, et l’occasion d’être à la campagne, de profiter de la rivière, des arbres et des animaux ».

Cette passion pour la nature l’a amenée à postuler à l’Université nationale de Colombie pour étudier l’ingénierie agronomique – la technologie et les techniques impliquées dans la production des cultures.

Au cours de son premier semestre, elle a planté des fraises pour un projet de classe et a appris l’importance des abeilles pour une bonne production de fruits.

« À partir de là, j’ai poursuivi ma carrière en essayant toujours d’en apprendre davantage et de mieux comprendre la relation entre les abeilles et les plantes ».

Après avoir terminé sa maîtrise, Diana Obregon a continué à enseigner des compétences pratiques sur la production de fruits et la gestion des insectes à des étudiants de certaines régions de Casanare, dans l’est de la Colombie, fortement touchées par la guerre civile qui dure depuis des décennies.

« À partir de cette expérience, j’ai compris les dilemmes auxquels les agriculteurs doivent faire face lors de la gestion des cultures. En particulier, je me suis beaucoup intéressée à la difficulté de contrôler les insectes nuisibles sans affecter les pollinisateurs », a-t-elle déclaré, « Ce fut plus tard ma principale motivation pour étudier davantage et essayer de comprendre comment les pesticides affectent les populations d’abeilles ».

Diana Obregon n’est pas la seule chercheuse de Bogota dont les travaux ont été inspirés par la faune sauvage de Colombie. La chercheuse colombienne Bibiana Rojas dit que sa vie a changé à jamais lorsqu’elle a rencontré une grenouille venimeuse dans la vraie vie.

Bibiana Rojas, qui est originaire de Bogota, en Colombie, et qui est aujourd’hui chercheuse à l’Académie de Finlande, à l’Université de Jyväskylä, dans le centre de la Finlande, dit qu’elle a commencé à s’intéresser aux grenouilles à l’université et qu’elle étudie aujourd’hui une gamme de grenouilles et de papillons de nuit aux couleurs vives, et leurs interactions avec les prédateurs.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Andrew Wight

 

 

<<< À lire également : Après-COVID : Comment S’Appuyer Sur Les Données Pour Maintenir Ses Engagements Environnementaux ? >>>