Un nouveau sondage mené à la fois sur des Républicains et des Démocrates par SurveyMonkey et le New York Times révèle des changements majeurs dans les attentes économiques des partis politiques américains après l’élection présidentielle. Pour la première fois depuis l’élection de Donald Trump en 2016, les Démocrates et les Indépendants ont désormais une vision plus optimiste de l’économie que les Républicains.

Selon l’enquête, seuls 21 % des Républicains interrogés ont déclaré qu’ils s’attendaient à être dans une meilleure position financière dans un an (soit une baisse de 41 % par rapport au mois précédent), tandis que c’est le cas pour 41 % des Démocrates (soit une hausse de 25 % par rapport au mois précédent). 

La part des Républicains qui s’attendent à de bonnes conditions commerciales aux États-Unis au cours de l’année prochaine a chuté, passant de 56 % à 19 % entre octobre et novembre.

En revanche, 73 % des Républicains interrogés ont déclaré qu’ils s’attendaient à des périodes de chômage ou de dépression généralisée au cours des cinq prochaines années (un chiffre en nette augmentation par rapport aux 28 % du mois précédent), alors que ce n’est le cas que pour 51 % des Démocrates (moins que les 76 % du mois précédent).

Jerome Powell, président de la Réserve fédérale des États-Unis a partagé une vision tempérée de la reprise économique lors d’une audition de la commission bancaire du Sénat ce mardi. Il a déclaré : « Les récentes actualités sur le front des vaccins sont très positives pour le moyen terme ». Mais il nuance : « Pour l’instant, il reste encore des défis et des incertitudes considérables ». Alors que le Covid-19 continue à atteindre des niveaux records aux États-Unis, le marché du travail déjà fragile commence à en subir les conséquences de nouveau, et des millions de familles risquent de voir leurs principaux avantages (notamment les programmes de lutte contre la pandémie de chômage) expirer à la fin de l’année, à moins que le Congrès ne prenne des mesures pour les prolonger. 

Ce revirement d’attentes économiques intervient alors que les législateurs à Washington continuent de se battre pour mettre au point le prochain projet de loi sur le coronavirus, secoués par de profonds désaccords sur la forme que devrait prendre cette législation. Les Républicains, menés par le leader de la majorité au Sénat Mitch McConnell, sont en règle générale favorables à un ensemble de mesure plus modeste et plus ciblé, d’une valeur d’environ 500 milliards de dollars. En revanche, les Démocrates, menés par la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, font pression pour une législation de grande envergure d’une valeur d’environ 2 000 milliards de dollars.

Mardi, un groupe bipartisan de législateurs modérés a publié une proposition pour un projet de loi de 900 milliards de dollars (bien que seul un tiers de cette somme serait affecté différemment), mais ce projet n’est pas soutenu par les leaders des deux partis. En début de semaine, le président élu Joe Biden a réaffirmé son engagement à faire passer une loi de relance immédiate au Congrès et a ajouté qu’il estimait qu’une aide fédérale plus importante serait nécessaire après sa prise de fonction, en janvier prochain. 

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Sarah Hansen

 

<<< À lire également : Comment Joe Biden Va Gérer La Crise Du Covid-19 >>>