« Notre travail commence par la mise sous contrôle du Covid ». Tels ont été les premiers mots de Joe Biden au sujet de la pandémie juste après son élection. « Nous ne pourrons pas redresser l’économie, restaurer notre vitalité ou savourer les moments les plus précieux de notre vie (embrasser un petit-enfant, fêter les anniversaires, les mariages, les remises de diplômes, tous les moments qui comptent le plus pour nous) tant que nous n’aurons pas maîtrisé ce virus », a-t-il affirmé samedi.

Le nouveau président des États-Unis a fait cette déclaration au moment où la pandémie a atteint l’une de ses pires phases dans le pays. Selon le projet Covid Tracking, le nombre de cas et d’hospitalisations atteint des sommets historiques, et les décès quotidiens dus à la maladie augmentent drastiquement depuis la mi-octobre. Samedi, Joe Biden a également promis de ne pas voir « pas des États rouges et des États bleus, mais les États-Unis », un appel qui sera mis à l’épreuve, puisque les États les plus touchés par la pandémie ont voté en grande majorité pour le candidat sortant. 

Lundi, l’ancien vice-président de Barack Obama a annoncé la création d’un groupe de travail visant à mettre en œuvre son plan Covid-19. Ce groupe serait coprésidé par David Kessler, ancien commissaire de la FDA, et par Marcella Nunez-Smith, doyenne associée à Yale, et Vivek Murthy, ancien chirurgien général américain. Le site web du président élu a également publié les projets du futur gouvernement, qui s’articule autour du mantra « Écoutez la science ». 


Il est important de noter que le groupe de travail de Joe Biden n’aura pas d’autorité avant le 20 janvier et que d’ici là, les États-Unis feront face à un hiver très dur. De nombreux responsables de la santé publique ont exprimé leur inquiétude, estimant que le nombre de cas pourrait dépasser 200 000 par jour, et le nombre de décès pourrait passer à plus de 1 000 par jour.

Cependant, une fois que Joe Biden aura prêté serment et le nouveau gouvernement sera au pouvoir, le groupe de travail de transition lui permettra de repartir sur les chapeaux de roue. Voici ses priorités : 

 

Port du masque obligatoire dans tout le pays

Le gouvernement fédéral américain n’a pas le pouvoir d’imposer le port de masques aux citoyens, mais il exerce une grande influence. L’un des piliers du plan de Joe Biden est de travailler avec les gouverneurs et les responsables locaux afin d’exiger que les Américains portent des masques à l’échelle nationale lorsqu’ils « sont avec des personnes extérieures à leur foyer ». 

À elle seule, cette mesure pourrait faire une grande différence, tant pour la vie des Américains que pour l’économie. Une récente étude menée par des chercheurs de l’université Vanderbilt a révélé que les États où les masques sont obligatoires ont un taux d’hospitalisation lié au Covid-19 plus faible que les autres États. Par ailleurs, une estimation de Goldman Sachs de cet été suggère qu’un port du masque obligatoire permettrait à l’économie d’économiser plus de 1 000 milliards de dollars. 

« Les Américains nous ont demandé de mobiliser les forces de la décence et les forces de l’équité. De rassembler les forces de la science et les forces de l’espoir dans les grandes batailles de notre temps. » 

Joe Biden

 

Des tests plus accessibles et gratuits

Le gouvernement Biden a proposé que le gouvernement fédéral aide à doubler le nombre de lieux de tests drive-in, et veille à ce que les tests soient gratuits. Il souhaite également étendre les efforts du gouvernement précédent, pour financer plus de tests à domicile et des tests plus rapides. En outre, il propose d’appliquer à la production de tests les politiques de la Seconde Guerre mondiale utilisées pour augmenter la production de guerre, et d’engager 100 000 personnes dans tout le pays pour aider à la recherche de cas contacts et aux efforts de protection. 

Bien que les tests ne soient pas une solution miracle pour contenir la pandémie de Covid-19, ils jouent un rôle essentiel en fournissant les informations dont les autorités sanitaires ont besoin pour prendre des décisions cruciales en matière de santé publique. Rahul Dhanda, cofondateur et PDG de Sherlock Biosciences, avait déclaré à Forbes début novembre : « Ce qu’ils sont, c’est un moyen d’obtenir des données qui éclairent une décision. Au début de la pandémie, par exemple, le manque de tests distribués a entravé notre capacité à réagir rapidement face au virus.

 

Une communication plus claire

Le futur gouvernement Biden propose que les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies jouent un rôle plus actif dans la communication d’informations sur le Covid-19. Sur son site web, le nouveau président élu indique que le ces derniers seront chargés de fournir des conseils clairs sur la manière dont les collectivités peuvent réagir à la propagation du Covid-19 dans leurs communautés, notamment « en précisant quand ouvrir ou fermer certains commerces, bars, restaurants et autres espaces ; quand ouvrir ou fermer des écoles et quelles mesures elles doivent prendre pour rendre les salles de classe et les installations sûres ; les restrictions appropriées sur la taille des rassemblements ; quand émettre des restrictions de quarantaine ».

En outre, Joe Biden a également appelé à la création d’un « tableau de bord national sur la pandémie », un site web qui permettrait aux citoyens de vérifier l’activité du virus dans leur communauté en temps réel. Le site fournirait également des conseils aux particuliers pour les aider à comprendre les précautions à prendre dans leur région. 

 

Un soutien financier aux collectivités et aux entreprises

Joe Biden a demandé au Congrès d’adopter un plan d’aide d’urgence pour garantir que les écoles, les entreprises locales et les gouvernements fédéraux et locaux disposent tous d’un financement suffisant face au Covid-19. Étant donnés les allers-retours constants entre la Chambre des représentants et le Sénat à propos d’un deuxième plan de relance, il est difficile de savoir exactement à quoi cela pourrait ressembler, malgré ce que le nouveau président préconise. Une réponse plus claire pourrait venir de la Géorgie, où les résultats pour les sièges au Sénat détermineront par quel parti ce dernier sera contrôlé.

En outre, le nouveau président promet de « régler définitivement les problèmes liés aux équipements de protection individuelle (EPI) » en utilisant la loi sur la production de défense pour constituer un stock d’EPI pour les services de santé. En outre, le futur gouvernement déclare qu’il a l’intention de développer des politiques visant à encourager l’augmentation d’une capacité de fabrication d’EPI américains en cas de futures crises sanitaires, bien qu’il y ait eu très peu de détails sur cet aspect du projet. 

 

Une distribution équitable du vaccin

Même si des pays comme Taïwan, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud (et même des États comme le Vermont) ont montré qu’il était possible de contenir le Covid-19 par des mesures de santé publique, la résurgence du virus aux États-Unis et en Europe laisse penser que la vie ne reviendra pas à la normale dans la plupart des pays du monde tant qu’un vaccin n’aura pas été approuvé. 

À cette fin, Joe Biden prévoit d’investir dans un plan de fabrication et de distribution de 25 milliards de dollars pour fournir des vaccins gratuits aux Américains, bien que les détails de ce plan soient vagues pour le moment. On ne sait pas non plus si la promesse de garantir la gratuité des vaccins sera maintenue à l’avenir au cas, comme pour la grippe, les vaccins contre le Covid-19 devaient être régulièrement re-administrés. 

 

Promouvoir la coopération internationale

Il s’agit peut-être de la rupture la plus nette avec le gouvernement Trump, puisque Joe Biden promet de « rétablir immédiatement nos relations avec l’Organisation mondiale de la santé ». Il prévoit également de rétablir d’autres initiatives de santé publique axées sur la coopération internationale qui ont été éliminées ou diminuées sous Donald Trump, notamment la White House National Security Council Directorate for Global Health Security (direction de la sécurité sanitaire mondiale et de la biodéfense du Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche) et le programme PREDICT de l’Agence des États-Unis pour le développement international, qui aide à suivre la propagation des épidémies.

Note : Cet article a été mis à jour depuis sa publication afin de refléter l’annonce du groupe de travail du président élu.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Alex Knapp

 

<<< À lire également : Joe Biden : Les Premiers Chantiers Du Nouveau Président Américain >>>