L’Airbus A380 est à ce jour le plus gros avion de transport civil au monde. Il vole depuis moins de 12 ans, mais il semblerait que de plus en plus de compagnies aériennes ont hâte de s’en débarrasser. La semaine dernière, Air France a été le dernier transporteur (rejoignant ainsi Lufthansa et bien d’autres) à annoncer son intention de « retirer » sa flotte d’Airbus A380.

Pure ironie, Air France et Lufthansa sont les compagnies aériennes de France et d’Allemagne, les principaux constructeurs de l’Airbus A380. Tout aussi ironique peut-être, quand Airbus a annoncé la fin de la production de l’A380, il se peut qu’il ait fourni une « couverture » aux compagnies aériennes exploitant l’avion, leur permettant ainsi d’annoncer la fin de leur exploitation de l’appareil non rentable.

À vrai dire Air France a dû moderniser les cabines et les sièges vieillissants (en particulier en classe Affaires) de ses A380 pour être compétitive par rapport aux appareils plus récents. Le coût d’une telle mise à niveau a été estimé à plus de 45 millions de dollars par avion. Selon un porte-parole : « Nous ne renouvellerons pas les cabines de nos A380 en raison du départ prévu de l’avion ». Un A380 d’Air France a perdu un moteur en plein vol au-dessus du Groenland en 2017. Plus récemment, il a été signalé que des A380 d’Air France étaient susceptibles de présenter de potentielles fissures aux ailes, pour la deuxième fois en 7 ans.

Air France a été la première compagnie aérienne européenne à piloter ce jet géant. Pourtant, l’annonce de l’abandon de l’A380 par la compagnie aérienne intervient moins de dix ans après son premier vol sous le drapeau français. Le 23 novembre 2009 : Air France a effectué son premier vol commercial A380 entre Paris-Charles de Gaulle et New York.

Air France-KLM qualifie cette décision « d’évolution » de sa flotte avec « des avions plus modernes, plus performants et ayant une empreinte environnementale sensiblement réduite. »

En pratique, il s’agit d’abandonner l’A380, le plus gros avion d’Airbus, et d’en choisir de plus petits, en l’occurrence l’A220. La compagnie fera l’acquisition de 60 Airbus A220-300 d’une capacité de 149 passagers chacun, et « retirera » les dix A380 de la flotte d’Air France d’ici 2022. La compagnie aérienne indique également qu’elle va « étudier » le remplacement des A380 par des avions de nouvelle génération.

 

Le seul domaine où les compagnies aériennes d’aujourd’hui sont mieux loties est celui de la rentabilité, et l’A220-300 réduirait le coût par siège de plus de 10 % par rapport aux A318 et A319 qu’il remplacera sur le réseau court et moyen courrier d’Air France. Avec la colère croissante des compagnies aériennes face au changement climatique, le fait que le A220-300 génère 20 % moins d’émissions de CO2 que des avions comparables et qu’il soit deux fois plus silencieux peut également contribuer à apaiser quelques tensions.

Le Conseil d’administration d’Air France-KLM a « approuvé le retrait » des sept A380 restants de la flotte d’ici 2022. L’élimination progressive de trois avions loués avait déjà été décidée ; maintenant, les deux autres avions loués et les cinq avions appartenant aux propriétaires sont peut-être destinés à devenir des pièces détachées.

C’est là la triste fin de ce qu’Air France appelle sa participation à une « aventure singulière dans l’histoire de l’aéronautique : la création du plus grand avion civil du monde ». La saga de l’A380, qui va se voir terminée prochainement, a commencé en 1996 avec la « participation active d’Air France aux groupes de travail » avec Airbus : « Air France a cherché à contribuer à la conception d’un avion répondant aux attentes de ses clients. »

Le problème avec l’A380, malheureusement, ne s’est pas avéré être en termes d’attentes des passagers (la plupart aimaient l’avion), mais des compagnies aériennes elles-mêmes.

Air France a été remarquablement transparents quant aux problèmes de l’avion lors de son annonce de départ. « L’environnement concurrentiel actuel limite les marchés sur lesquels l’A380 peut fonctionner de manière rentable. Avec quatre moteurs, l’A380 consomme 20 à 25 % de carburant en plus par siège que les avions long-courriers de nouvelle génération, et émet donc plus de CO2. L’augmentation des coûts de maintenance des avions, ainsi que les aménagements de cabine nécessaires pour répondre aux attentes des clients, réduisent encore davantage l’attractivité économique des A380 d’Air France. Garder cet avion dans la flotte impliquerait des coûts importants. »

Néanmoins, bien que la compagnie aérienne ait annoncé qu’elle vendra, se débarrassera ou retirera sa flotte d’A380 au concessionnaire d’ici 2022, les pilotes potentiels ont encore au moins deux ans pour faire voler le géant.