Les provinces canadiennes ont suspendu le vaccin contre le coronavirus d’AstraZeneca pour les moins de 55 ans, suite aux recommandations de son comité consultatif sur la vaccination, qui a fait état de nouvelles préoccupations concernant les caillots sanguins signalés chez un petit nombre de personnes ayant reçu le vaccin.

 

Principaux faits

  • Lors d’une conférence de presse, le Comité consultatif national de l’immunisation et d’autres hauts responsables canadiens de la santé ont déclaré qu’ils continueraient à recommander le vaccin AstraZeneca aux personnes âgées présentant une probabilité plus élevée de maladie grave due au Covid-19.
  • Plusieurs provinces, dont l’Alberta, le Québec, le Manitoba et la Colombie-Britannique, ont temporairement suspendu le vaccin AstraZeneca pour les personnes de moins de 55 ans par mesure de précaution suite à la recommandation.
  • Le Dr Joss Reimer, un responsable du Groupe de travail sur la mise en œuvre des vaccins au Manitoba, a déclaré dans un communiqué que malgré les données ne montrant aucun risque de caillots sanguins liés à l’AstraZeneca dans l’ensemble de l’Europe, les responsables ont constaté des effets secondaires « rares » mais graves chez les jeunes femmes.

 

Le contexte

Cette recommandation a été formulée une semaine après que les autorités réglementaires canadiennes ont soutenu le vaccin AstraZeneca face au scepticisme, affirmant que « l’efficacité et l’innocuité du vaccin avaient été démontrées ». Au début du mois, plusieurs pays européens ont interrompu l’utilisation d’urgence du vaccin AstraZeneca après que 30 cas de caillots sanguins ont été signalés parmi les plus de 20 millions de personnes qui avaient reçu le vaccin dans le bloc et au Royaume-Uni. La plupart des pays ont repris la distribution du vaccin AstraZeneca ces dernières semaines après que l’Organisation mondiale de la santé et l’Agence européenne des médicaments ont déclaré qu’il était sans risque et efficace. Mais de nouvelles inquiétudes ont été soulevées au sujet du vaccin AstraZeneca la semaine dernière après que l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses a déclaré que la société avait peut-être utilisé des « informations obsolètes », ce qui a incité la société à fournir des données plus complètes montrant que son vaccin était efficace à 76% contre le Covid-19.

 

Citation importante

Le Dr Supriya Sharma, conseillère médicale en chef au ministère canadien de la santé, a déclaré que le changement de directives concernant les vaccins était un exemple de réglementation de la sécurité en action. « Encore une fois, il s’agit d’une approche de précaution et nous avancerons au fur et à mesure que nous aurons plus d’informations », a-t-elle déclaré aux journalistes. « Vraiment, c’est le système qui fonctionne pour examiner ces événements très rares afin de les évaluer ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Gina Heeb

 

<<< À lire également : Un nombre croissant de pays suspendent le vaccin AstraZeneca en raison de problèmes de caillots sanguins >>>