Ou après 12 000 ans d’inégalités et de discriminations, qui peut encore espérer qu’on peut en finir ? Car les inégalités, c’est un peu comme les interminables guerres entre les hommes et, sans remonter à la première mort violente au pré-néandertalien, il y a 430 000 ans, on a retrouvé les ossements de dizaines d’hommes morts de violences interpersonnelles au Jebel Sahaba il y a déjà 13 000 ans, juste avant notre ère ou période holocène. C’est simple, les inégalités ont vraiment débuté avec le néolithique et le début de l’agriculture, c’est-à-dire il y a près de 12 000 ans.

Début de l’Holocène, il y a un peu moins de 12 000 ans

Alors qu’on parle beaucoup en ce moment de changement climatique, peu d’experts rappellent qu’il y a eu un basculement climatique il y a approximativement 11 700 ans. Basculement qui a vu la fin d’une ère glaciaire et l’apparition d’un redoux. Ce réchauffement de la planète incita les humains qui étaient alors nomades à se sédentariser. Ce qui permit dans ces nouveaux empires ou khalifas de développer l’agriculture et de créer des hiérarchies entre les humains et entre les hommes et les femmes.
A cela vint s’ajouter la domestication des animaux. Ces trois éléments, sédentarisation, agriculture et élevage, permirent aussi aux humains de se reproduire plus facilement. Bien évidemment, les entrepreneurs, ou les plus hardis, ou encore les plus courageux, formèrent alors une classe dirigeante qui commença à stocker, et dont les revenus furent alors bien supérieurs à la majorité de leurs congénères.

Augmentation des inégalités au Néolithique

Époque ou âge de la pierre polie qui débuta au proche Orient dans le croissant fertile (Mésopotamie) au IX millénaire av. J.-C. pour se retrouver en Grèce au VII millénaire av. J.-C. avant d’atteindre la Chine au VIe millénaire av. J.-C.
C’est lors de ce néolithique qu’on est passé d’une période de prédation, de cueillette, de chasse à une économie de production, d’élevage et d’agriculture. Cela débuta par une agriculture de subsistance pour aller vers une agriculture de production, de stockage et de négoce. Cette période fut marquée par de nombreuses évolutions, dont l’essor des résidences sédentaires, une architecture réfléchie, des outillages et aussi l’apparition de l’art.
Oubliée aussi la pénurie de main-d’œuvre dans le croissant d’or. La Mésopotamie, ou berceau de l’humanité, ou de la civilisation, mais aussi berceau des inégalités. Une Mésopotamie qui initia l’esclavage (slave en anglais ) le mot venant du peuple Slave qui fut les premiers esclaves sur Terre.  

Entre 4 000 et 6 000 ans avant notre ère, les dés de l’inégalité étaient jetés.

Dans ces sociétés déjà avancées, une élite de l’élite va alors s’imposer, et la société va se hiérarchiser. C’est durant cette époque qu’on verra apparaître des artistes. Ces maîtres de l’art dans les grottes qui étaient alors hébergés, nourris et rémunérés par la caste des plus fortunés qui disposaient alors de stocks alimentaires, de troupeaux et bien sûr d’esclaves. L’art servant alors comme aujourd’hui à se différencier de ses semblables.
La richesse de cette élite de l’élite leur amena l’autorité sur leurs congénères, sur les femmes, une autorité pouvant disparaître avec la perte de troupeaux ou de récoltes.

Évolution des inégalités

Si on revient à une époque plus récente, celle de l’Empire romain, les plus fortunés avaient annuellement déjà des revenus 1,5 million de fois supérieur à ce qu’on appellerait aujourd’hui les revenus annuels moyens.
Mais, depuis ce début de la période holocène, ce qui a un peu brisé ces évolutions, ce sont les guerres bien sûr, les pandémies. Oublié aussi le petit âge glaciaire du 14e au 19e siècle, période avec une activité plus faible du Soleil et de fortes éruptions volcaniques qui ont affecté le climat global de façon durable, notamment par un refroidissement qui a eu un effet dévastateur sur l’agriculture. Ce petit âge glaciaire incita une migration de l’Est vers l’Ouest aux Etats-Unis.
Cette baisse d’activité solaire, par vagues successives aux XIVe, XVe, XVIIe et XVIIIe siècles, à laquelle se sont ajoutées des éruptions volcaniques, ont totalement chamboulé la répartition des richesses qui étaient essentiellement agricoles.
Enfin et encore plus récemment, les 2 révolutions communistes en Union soviétique et dans la Chine de Mao ont toutes les deux fortement réduit les inégalités. Mais si aujourd’hui on regarde ces deux épiphénomènes, cette réduction des inégalités n’a été que temporaire.
Pour conclure, rappelons cette phrase de Tocqueville toujours d’actualité elle aussi,  « Les Français préfèrent l’égalité dans la misère à la prospérité dans l’inégalité. » Néanmoins lutter pour une baisse des inégalités et la fin des discriminations doit toujours être notre objectif.

 

<<< À lire également : Le Creusement Des Inégalités De Revenus, Ce Poison Mortel Pour Notre Démocratie >>>