Pascal Legros est CEO chez Atlantic M&A et Atlantic Entrepreneur Fund, deux pôles d’expertise d’Atlantic Financial Group. En tant qu’expert des fusions acquisitions et du Private Equity,  il conseille des dirigeants qui veulent investir dans les entreprises et en prendre le contrôle en termes managérial et opérationnel. À travers le fonds d’investissement Atlantic Entrepreneur Fund, il participe financièrement aux opérations de ses clients.  Il revient aujourd’hui sur la réussite du fonds d’investissement AEF 1 et nous présente le positionnement du fonds AEF 2, lancé le mois dernier. 

 

Pascal Legros annonce la finalisation de la levée du fonds AEF 1

Le fonds d’investissement AEF 1 a connu son premier deal le 31 juillet 2020. Il finalise actuellement sa 6ème opération qui lui permettra d’atteindre un montant total d’une quinzaine de millions d’euros. Retour sur le modèle d’Atlantic Entrepreneur Fund et ses atouts.


Un modèle unique pour Pascal Legros

À la différence de ceux qui font uniquement du conseil à l’achat, le cabinet Atlantic M&A va investir avec le fonds AEF dans le projet en question : “Nous agissons en tant que conseiller à l’achat. Nous accompagnons les dirigeants de A à Z , en totale exclusivité”. À ce titre, Pascal Legros et son équipe s’occupent de la fiche de cadrage du projet jusqu’au closing de l’opération, en passant par le screening de sociétés. Ils se chargent également du montage et de la levée de la dette. 


Un business model à 6 avantages

Pascal Legros définit son business model comme unique et nous fait part des 6 avantages qu’offre celui-ci, à savoir : 

  • Effacer les risques liés au choix du dirigeant  
  • Aligner les intérêts et éliminer un potentiel conflit d’intérêt sur la valorisation
  • Faciliter la levée de la dette
  • Simplifier la levée de fonds complémentaires auprès de partenaires investisseurs
  • Permettre de faire du majoritaire comme du minoritaire
  • Proposer un management package avantageux 

Pour le directeur général d’Atlantic M&A et Atlantic Entrepreneur Fund, il est primordial que la greffe prenne au niveau de la culture d’entreprise entre l’ancien dirigeant et le nouveau dirigeant, mais aussi avec les anciens salariés qui ont été habitués à une certaine culture. Il aime insister sur la proximité qu’il entretient avec le dirigeant : À la différence des fonds qui rencontrent une fois ou deux les managers, nous les côtoyons pendant 6 à 7 mois,  ce qui nous permet de connaître leurs qualités comme leurs défauts. Nous allons valider l’adéquation homme-projet d’une bien meilleure manière que peuvent le faire les autres acteurs du marché aujourd’hui.” Il y a quelques mois Pascal Legros se confiait déjà sur la relation de confiance mutuelle qu’il entretient avec ses potentiels clients  et partenaires. 

Pascal Legros propose aux dirigeants un management package avantageux.  À ce titre, ils ont un intérêt financier additionnel par rapport à l’organisation et la structure de l’opération financière. Les dirigeants bénéficient d’un effet de levier financier lié au montage qui a un impact puissant sur la gouvernance ce qui évidemment change radicalement leur rapport à la direction et aux relations avec les fonds d’investissement. 

 

Pascal Legros se confie sur les objectifs du fonds AEF 2  

À l’heure de notre entretien, Pascal Legros est en train de lever le fonds AEF 2. Il nous précise les modalités de ce nouveau fonds d’investissement. 

 

Une levée de fonds de 100 millions d’euros

À la différence du fonds AEF 1 qui était basé au Luxembourg,  le fonds AEF 2 sera basé en France et réglementé AMF. La commercialisation de ce dernier a commencé au mois de mars 2021.  Autre point de différenciation : la valeur du fonds AEF 2 . En effet, si le fonds AEF 1 représente une quinzaine de millions d’euros , AEF 2 vise les 100 millions. Ce second fonds sera financé à 75% par des investisseurs institutionnels à la différence du premier qui avait été à 100% abondé par des entrepreneurs. 

Si les fonds classiques montent la taille de leur ticket d’investissement en fonction de la taille de leur levée de fonds, Pascal Legros explique qu’il ne compte pas suivre cette stratégie : “Nous passons de 15 à 100 millions mais nous ne changeons pas notre positionnement. Nous restons sur des tickets inférieurs à 4 millions d’euros et sur des entreprises valorisées moins de 25 millions d’euros.” Il ne s’agira donc pas d’augmenter les tickets d’investissement mais bien d’investir dans davantage d’entreprises.

L’objectif du fonds AEF 2 est double. Il doit permettre de financer des croissances externes du portefeuille de AEF 1 et continuer à développer de nouveaux investissements dans de nouveaux domaines d’activité. 


De nouveaux secteurs d’investissement pour AEF 2

Pour ce deuxième fonds d’investissement, Pascal Legros souhaite s’orienter vers de nouvelles opérations dans les secteurs de la transition énergétique, du luxe,  de la technologie et du bien-être. Il cite également le digital, l’environnement et la santé. Des secteurs porteurs et qui vont dans le sens de l’histoire, selon lui. Des choix justifiés notamment par la réallocation des dépenses suite au Covid.  

Certains secteurs d’activité ont en effet été écartés comme la restauration, l’événementiel, le tourisme ou encore l’aviation. Des secteurs actuellement à l’arrêt que Pascal Legros considérait comme très porteurs avant la crise. Il précise : “Ils repartiront et c’est peut-être faire preuve d’opportunité que de regarder des secteurs qui repartiront demain mais nous ne sommes pas sur de la spéculation pure. Nous nous focalisons sur des sociétés qui sont rentables. Il explique en effet ne miser que  sur des sociétés qui ont un potentiel de croissance endogène ou des croissances externes suffisamment importantes afin de pouvoir créer par la suite une valeur importante à la revente.

Pascal Legros évoque les perspectives de recrutement chez Atlantic M&A

Malgré la crise sanitaire qui gèle la croissance de certains secteurs d’activité, Pascal Legros reste confiant sur la croissance d’Atlantic Financial Group. Le 1er décembre 2020, Marjolaine Pham a ainsi fait son entrée chez Atlantic M&A en tant que chargée d’affaires. Un nouveau stagiaire a intégré l’équipe au sein des bureaux parisiens du 60 rue de Prony dans le 17ème arrondissement il y a quelques semaines, avec la perspective de rejoindre le fonds AEF 2.

Le spécialiste M&A et private Equity espère encore agrandir l’équipe parisienne afin que celle-ci passe à 4 personnes opérationnelles d’ici l’été 2021, une période qui devrait correspondre à un premier closing du fonds AEF 2 à hauteur de 50 millions d’euros. Un second recrutement est également en cours de discussion dans les bureaux de Genève pour le second semestre. Celui-ci dépendra des opportunités d’investissement qui aboutiront ou non sur cette deuxième partie d’année.

Pascal Legros songe également à un recrutement additionnel d’un spécialiste de la stratégie d’entreprise pour travailler leur portefeuille sur les croissances externes, les positionnements et la création de valeur. Il s’agirait pour lui d’un choix leur permettant d’accentuer leur positionnement différenciant, d’être à la fois conseil en amont et de pouvoir accompagner financièrement les opérations de développement endogène ou mise en place des croissances externes.  

Quel bilan Pascal Legros tire-t-il de ces derniers mois ? : “On reste vigilants, on sent tout de même une certaine nervosité, une certaine tension. Pour lever des fonds, il faut que les gens nous fassent encore plus confiance. Tout le monde se méfie de l’évolution et des conséquences de la crise, pas seulement sur le constat d’aujourd’hui, mais aussi en ce qui concerne l’avenir de demain. Nous sommes très prudents et très surveillés au vu de nos performances et nos agissements”, confie-t-il. Le spécialiste en Private Equity ajoute également redoubler de vigilance envers lui-même et ses équipes pour anticiper le plus possible les conséquences qu’il ne verrait pas aujourd’hui, mais qui pourraient arriver demain.