Premier fournisseur de données sur les marchés de commodités, Kpler développe depuis 2014 une méthodologie unique pour venir en aide à de nombreux professionnels du secteur. Une technologie qui leur permet d’accéder à des informations extrêmement précises sur les flux, les stocks, ou encore le fret de ces produits, et ce en temps réel. Interview avec Arthur Chevreul, Directeur Communication du groupe. 

 

Quelle est l’activité de Kpler ? 

Arthur Chevreul : Depuis sa création en 2014 par François Cazor et Jean Maynier, Kpler a pour vocation de combler le manque d’information dans les marchés de matières premières, ou « commodités », qui sont traditionnellement très opaques. Notre solution permet de savoir, en temps réel, quelles sont les cargaisons qui circulent entre pays et régions, où ont-elles été chargées, où vont-elles, quel est leur volume dans les navires qui les transportent ou dans les installations de stockage, qui sont les acheteurs et vendeurs. 

Le premier marché couvert par Kpler a été celui du GNL, le gaz naturel liquéfié. Après seulement quelques mois d’activité et grâce au succès de ce premier produit, l’entreprise a pu élargir son savoir-faire à de nouveaux marchés. Nous couvrons désormais plus d’une quarantaine de commodités, parmi lesquelles toutes les commodités énergétiques telles que le pétrole brut ou les produits raffinés.

Notre société n’a jamais levé de fonds, nous avons une croissance organique. Tout a commencé il y a sept ans avec les deux fondateurs, et nous sommes désormais 150 dans une douzaine de pays. Notre capital est détenu par les fondateurs et les employés de l’entreprise, ce qui nous laisse une totale liberté dans notre développement. Nous y sommes très attachés.

 

 

Installations pétrolières et tankers dans les Golfes Arabo-Persique et d’Oman

 

Qui sont les clients à qui vous venez en aide quotidiennement ? 

Nous proposons nos solutions aussi bien aux traders qu’aux analystes, aux opérateurs de marché, aux affréteurs de navires ou à des financiers qui investissent dans les commodités. Nous leur fournissons des informations détaillées sur la réalité physique du marché. Grâce à toutes les données que nous collectons et traitons, nous leur permettons d’avoir une vue complète et en temps réel du marché pour qu’ils puissent prendre des décisions commerciales en connaissance de cause, avec moins d’incertitudes et de risques. Cette information a donc une forte valeur ajoutée pour eux.

 

Pouvez-vous nous parler de la technologie mise en œuvre par Kpler ?

À partir de technologies d’intelligence artificielle, nous avons mis au point et optimisé une méthodologie unique en son genre qui permet de collecter des millions d’informations primaires, émises par des centaines de sources de marché, de les traiter et de les agréger de manière intelligible pour nos clients. Nous aimons dire que nous sommes une « raffinerie de données ». La réelle innovation de Kpler, c’est cette méthodologie et l’automatisation de l’ensemble de ces procédés qui, auparavant, devaient être effectuées par le client lui-même, essentiellement de manière manuelle. C’est un gain de temps et de précision inestimables pour nos clients.

 

Quelles sont les autres plus-values pour vos clients ? 

Hormis le gain de temps, c’est surtout l’accès à une information d’une grande richesse et précision que nous offrons à nos différents partenaires. Il faut bien comprendre qu’avant l’arrivée de Kpler sur le marché, l’obtention de l’information était l’un des nœuds gordiens du commerce de commodités, traditionnellement très opaque, car non régulé. Avoir l’exclusivité de certaines informations était un véritable avantage compétitif et y accéder était difficile. Cela mobilisait des armées entières d’analystes s’efforçant de faire concorder des informations datées, partielles, souvent incomplètes et dissonantes entre elles. Nos solutions ont contribué à réduire significativement l’incertitude ayant régné pendant des décennies sur ces marchés. Nous facilitons donc le travail de nos clients qui peuvent se concentrer davantage sur leur cœur de métier, tout en réduisant leur exposition au risque. En rendant les marchés de commodités plus transparents, nous les rendons plus efficaces. 

 

Kpler
Citernes de stockage de pétrole brut à Cushing, en Oklahoma

 

Comment souhaitez-vous faire évoluer vos solutions de transparence ? 

Nous voulons continuer à développer nos solutions existantes en allant toujours plus loin dans la précision de l’information fournie à nos clients. Quant aux nouvelles solutions, nous souhaitons les orienter vers de nouvelles commodités, mais aussi vers de nouveaux segments de la chaîne de valeur, comme nous l’avons fait pour le stockage du pétrole après avoir dans un premier temps couvert son transport. 

Concernant le stockage de pétrole, justement, il y a plusieurs manières de savoir ce que contiennent les cuves de stockage, notamment l’imagerie satellite. Le problème est que cette technique ne nous permet pas de savoir le volume stocké dans certains types de cuves à toits fixes. Pour cela, nous allons donc utiliser de l’imagerie infrarouge produite par des drones. La qualité de nos données, déjà très haute, en deviendra inégalée ! 

 

L’actualité récente avec le blocage du canal de Suez démontre bien l’utilité d’un tel outil digital ? 

En effet ! Typiquement, dans l’incident du canal de Suez, nous avons été capables d’informer nos clients en temps réel sur les volumes de commodités impactés, le nombre de navires bloqués, ou encore le nombre de navires déroutés par le Cap de Bonne-Espérance. C’est particulièrement dans ce genre de situations que notre outil devient indispensable pour tous les acteurs de marché. Il y a quelques années seulement, une telle couverture de l’événement aurait été impensable.