En 2016, près de 95 millions de véhicules ont été fabriqués et vendus dans le monde, presque tous alimentés par un moteur à combustion interne. Depuis un siècle, ce type de moteur a propulsé des engins et le pétrole a dominé l’industrie automobile. Néanmoins, le vent du changement se lève et nombreux sont ceux qui pensent que ce secteur mondial à 1,7 trillions d’euros est sur le point de subir une transformation importante avec l’émergence des Voiture Electriques qui remplacera ceux à moteur à combustion interne.

L’aube d’une révolution

Alors que les Voitures Electriques et les hybrides rechargeables représentent actuellement moins de 1% des automobiles fabriqués annuellement, beaucoup pensent que nous sommes à l’aube d’une « révolution électrique ». Dans son récent rapport complet et instructif sur ce sujet, Bernstein, une entreprise de recherche majeure de Wall Street, a prédit que la voiture tout électrique pourrait représenter 40% des ventes automobiles et 30% du parc mondial d’ici 20 ans. De même, UBS, une entreprise de services financiers mondiale de premier plan, croit que la croissance mondiale du parc automobile électrique perturbera la demande d’essence d’ici 2031.

La croyance grandissante que le véhicule tout électrique représente l’avenir repose sur différentes raisons. En premier lieu, les coûts technologiques ont fortement chuté, avec des batteries à 20% de leur prix 5 ans auparavant. De plus, les nouvelles innovations technologiques ainsi que la meilleure capacité des batteries se développant en Chine présagent de futures baisses des prix. En second lieu, les infrastructures de charge sont en cours d’installation en Chine, aux Etats-Unis et dans d’autres grands pays à travers le monde. Enfin, le véhicule tout électrique présente des coûts d’exploitation moins élevés que ceux à moteur à combustion interne, même au prix actuel du pétrole. Puisque les coûts technologiques tendent à faire baisser le prix initial des véhicules électriques, l’égalisation des prix avec les véhicules à combustion interne et les coûts d’exploitation font des arguments économiques de poids en faveur du véhicule électrique.

Concernant le développement de son industrie de véhicules électriques, la Chine a à présent devancé d’autres pays, une position de leadership qu’elle n’est pas prête à abandonner. En 2016, 507 000 de véhicules électriques et hybrides rechargeables ont été vendus en Chine, soit une augmentation de 53% depuis 2015. Entre-temps, 222 200 véhicules de ces deux types étaient vendus en Europe, soit 14% de plus, et 157 130 unités aux Etats-Unis, correspondant à une hausse de 36% par rapport à l’année précédente.

La Chine a une longueur d’avance

Pourquoi la Chine est-elle à la pointe en matière de Voitures Electriques ? La réponse peut simplement être qu’elle n’a pas d’autre choix. En tant que pays, trois issues sont possibles pour la Chine. La première est d’accepter le nombre croissant de véhicules à combustion interne sur ses routes, avec tout ce qu’ils impliquent en termes de pollution de l’air et d’indépendance énergétique. La deuxième revient pour le gouvernement à restreindre les modes de transport des citoyens dans un objectif de contrecarrer les préoccupations environnementales. La troisième, quant à elle, signifie pour le pays de développer le secteur des véhicules électriques qui permet aux citoyens de posséder leur propre moyen de locomotion sans dégrader la qualité de l’air au sein des zones urbaines.

Durant l’âge d’or du véhicule à combustion interne, les Etats-Unis, avec leur grande superficie et une faible densité en zones périurbaines, communautés dépendantes de la voiture, étaient le plus grand marché automobile mondial. À présent, c’est la Chine qui représente la majorité des nouvelles commandes de véhicules à travers le monde. La composition respective des marchés et villes chinoises et américaines ne pouvait pas être plus différente.

La réalité chinoise veut que la population de 1,3 milliard de citoyens disposant de revenus par habitant croissants créé une demande en hausse de moyens de transport personnel. Le développement durable et l’utilisation des technologies traditionnelles ne sont alors pas conciliables. La Chine représente déjà le plus grand marché automobile du monde et le nombre de véhicules fabriqués (28 millions en 2016) devrait atteindre 40 millions d’ici 2025. Aux Etats-Unis, on comptabilise un véhicule par personne (hommes, femmes et enfants), alors que le rapport chinois correspond à moins d’une voiture pour six personnes. Bien que le rapport chinois ne soit pas susceptible d’atteindre un jour son homologue américain, l’ancrage de l’automobile dans le pays conduira à sa hausse.

L’Histoire se répète

D’industrie en industrie, le scénario est le même en Chine. En raison du dynamisme généré par sa forte population, il n’existe pas de petites opportunités ou légers problèmes dans ce pays. Dans l’empire du Milieu, cette gigantesque démographie n’implique que de grands enjeux. Dans ce contexte, améliorer la qualité de l’air et, parallèlement, répondre aux besoins en transports publics d’une forte population urbaine riche toujours grandissante devient un réel casse-tête.

En tant que pays, la Chine est bien plus peuplée que les Etats-Unis. Le nombre d’habitants dans le top 10 des villes du pays va de 6 à 22 millions, et plus de 160 villes en possèdent 1 million voire plus. À titre de comparaison, ce nombre dans le top 10 des villes américaines va de 1 à 8,6 millions, et il n’y a que dix villes qui dépassent le million d’habitants.

D’ailleurs, les villes chinoises sont susceptibles d’être encore plus peuplées dans les années à venir. Près de la moitié de la population de 1,3 milliard vit encore en zone rurale mais les zones urbaines ont tendance à se densifier de plus en plus. Dans les prochaines années, près de 240 millions de personnes devraient s’installer dans les villes. Par conséquent, entre aujourd’hui et 2025, la croissance démographique de six villes de Chine devrait correspondre aux 10 villes se développant les plus rapidement à l’échelle planétaire. D’ici 2025, plus d’un tiers des 600 plus grandes mégalopoles et villes moyennes sera en Chine.

Une industrie mondiale façonnée selon les besoins chinois

Au cours des cents dernières années, le moteur à combustion interne a été la technologie de prédilection pour une industrie automobile répondant aux besoins des consommateurs américains, pays disposant de grands espaces et d’une relative faible densité. Avec ses utilisateurs issus de zones très denses représentant une forte demande automobile à l’échelle mondiale, la technologie d’antan ne semblent pas adaptée à la situation actuelle en Chine. Pour cette raison, elle devrait continuer à être à la pointe du développement de l’industrie des véhicules électriques.