Que vous aimiez ou non le tennis, il est difficile de ne pas savoir que l’été est la saison de Wimbledon. La ville de Londres est connue pour ses grands bâtiments, sa bière chaude et l’attitude abrupte parfois mal comprise de ses habitants natifs (les londoniens sont en fait des gens chaleureux et sympathiques). Londres est aussi une ville connue pour Wimbledon – une banlieue tranquille et feuillue qui est calme et modeste cinquante semaines par an, jusqu’à ce que l’élite sportive du monde se joigne à la royauté et aux célébrités pour voir deux joueurs s’envoyer une balle de caoutchouc par-dessus un filet pendant cinq heures d’affilée. Et quand la technologie et IBM s’en mêle, voici ce que cela donne ! 

Cela fait près de trente ans maintenant qu’IBM met sa technologie à la disposition de Wimbledon. Ce qui a commencé par des chronomètres et des systèmes électroniques pour filets à “bip” a finalement progressé avec l’équipement en caméra des juges de ligne (un atout du système Hawkeye) puis est allé encore plus loin avec l’utilisation d’outils d’analyse de données afin de digitaliser les comportements et tactiques des joueurs. Aujourd’hui, tout ce qui importe est de personnaliser l’expérience du spectateur.

“D’après IBM, “les entreprises du secteur du sport et du divertissement se font concurrence sur l’attractivité du contenu qu’elles proposent, mais il y a aujourd’hui plus de contenu créé chaque jour que ce que chacun de nous peut consommer. Avec plus de chaînes, plus d’appareils connectés et plus de contenu vidéos, les consommateurs peuvent à présent avoir accès à du contenu personnalisé partout, à n’importe quel moment. C’est pourquoi personnaliser l’expérience du fan est une priorité essentielle pour tant d’entreprises de télécom, de divertissement et de médias.

Pour les fans, pas seulement pour les entraîneurs

Chaque année IBM tente d’apporter de nouvelles formes de technologie dans les championnats de Wimbledon. De récentes améliorations ont consisté à l’apport par IBM d’informations conçues non seulement pour informer les entraîneurs et les joueurs, mais aussi pour les fans souhaitant savoir ce que vaut le fait de remporter un jeu où les marges entre victoire et défaite deviennent de plus en plus exigeantes.

La caractéristique du “SlamTracker”, qui consiste en des “fonctions cognitives ajoutées au match”, a été créée avec la technologie d’analytique prédictive d’IBM. Ce procédé exploite plus de huit ans de données du Grand Chelem afin de déterminer des suites et des styles pour les joueurs qui gagnent. Joueurs comme fans ont un aperçu de ce que des joueurs de niveaux comparables et possédant des styles comparables peuvent faire d’un point de vue tactique pour gagner un match.

Au All England Club (le nom officiel de Wimbledon), IBM met en place une armada de scientifiques des données dont le travail est de faire leur chemin à travers chaque mouvement capturé digitalement, chaque rebond de balle et à travers les juges de ligne, tout le long de chaque jeu. Curieusement, ces hommes et femmes sont pour la plupart avant tout des professionnels du tennis. Comme expliqué précédemment par Forbes, il en est ainsi car il est plus simple d’enseigner l’analytique des données à un professionnel du tennis que d’enseigner la mécanique spécifique du tennis professionnel à un analyste des données.

Le premier sur le marché de l’information

Ce qui est intéressant dans tout cela, c’est que bien que Wimbledon fasse son entrée dans la communauté de la presse internationale, c’est l’organisation elle-même qui cherche à présent à être la “première sur le marché”, avec de l’actualité et des analyses du tournoi en plus de sa production de données IBM. De toute évidence, IBM s’est largement focalisé sur sa production de l’analytique en temps réel requise par ce niveau d’analyse de match.

“Pour reprendre les mots d’IBM, “l’utilisation d’une nouvelle métrique de compétition aidera l’équipe éditoriale de Wimbledon à raconter les matchs d’une manière nouvelle alors qu’elle permet une plus grande appréciation du jeu par les fans, créant ainsi non seulement un contexte, mais aussi une connexion.”

L’IBM SlamTracker avec fonctions cognitives ajoutées au match est maintenant mis à jour: il s’agit à la fois d’une plateforme et d’une application (également pour mobiles), communiquant des scores en temps réel, des statistiques et des aperçus pour chaque match en cours. Le logiciel se sert des interfaces de programmation de l’IBM Watson API pour affiner et mettre à jour le style du joueur en fonction des données du match.

La communication de données en temps réel proviendra de multiples sources parmi lesquelles on trouve les statisticiens, les arbitres de chaise, les radars, la position de la balle, la localisation du joueur et Twitter, pour mesurer le sentiment social.

Une autre nouveauté vient s’ajouter au tableau, ou plutôt au court: un nouveau logiciel robot développé par Watson, nommé Ask Fred, conçu pour amener l’Intelligence Artificielle (IA) à un nouveau niveau. Ce guide virtuel sera capable de répondre à une variété de questions interactives posées par les fans assistant à l’événement. L’application mobile présente une interface de langue et une carte interactive du lieu.

“Au cœur de la technologie Wimbledon se trouvent les solutions cognitives d’IBM, offrant les meilleurs aperçus et analyses possibles afin de motiver un grand engagement des fans,” observe Sam Seddon, client de Wimbledon et directeur des programmes IBM. “L’informatique cognitive est la prochaine révolution dans la technologie des sports et en travaillant avec nous, Wimbledon est propulsé sur l’avant-scène des possibilités de la technologie, tandis que nous travaillons ensemble afin d’obtenir le meilleur résultat possible pour la marque comme pour l’événement. Les solutions cognitives sont aujourd’hui répandues, de l’amélioration de l’expérience du fan à la mise en place d’un contexte idéal pour les éditeurs numériques et les opérations informatiques.”

Une sélection en vidéo des moments clés du jeu, d’après les applaudissements de la foule

Une autre nouveauté voit le jour en 2017: une présentation des moments clés du jeu dans des vidéos automatisées (créées au moyen de la technologie IBM Watson), et l’utilisation de la réalité mixte immergée. Avec des matchs ayant lieu sur 18 courts simultanément et une moyenne de trois matchs par jour et par court, les vidéos des matchs peuvent rapidement s’ajouter à des milliers d’heures d’enregistrement, ce qui peut être très long à rassembler.

IMB explique que le système développé par l’entreprise sélectionnera automatiquement les moments clés, selon l’animation du public et les mouvements des joueurs. Il fera également coïncider les données pour simplifier la procédure de création des vidéos et mettre l’accent sur les meilleurs moments du match. Cela permet à l’équipe vidéo de Wimbledon d’amplifier et d’accélérer la production vidéo pour proposer des sélections de moments clés.

Jeu, set et match ?

Aussi numérique le tennis soit-il devenu (et tout autre sport), il apparaît (tout du moins à un fan de tennis et spécialiste de la programmation et des données) que le sport lui-même n’a pas été malmené par un excès d’ingénierie et de digitalisation. Les joueurs doivent toujours travailler dur et s’entraîner avec acharnement s’ils veulent avoir la moindre chance de remporter Wimbledon.

La façon dont IBM utilise l’analytique de données en temps réel développée par Watson change la façon dont nous visionnons un événement en direct. Les applaudissements enregistrés de la foule influençant la retransmission TV et la composition des moments clés en est certainement le meilleur exemple.

Dans le futur il est possible que nous pensions qu’une meilleure expérience des fans conduit à un enthousiasme plus grand chez ces derniers, et donc à une augmentation du nombre d’amateurs souhaitant mieux jouer…en conséquence, le tennis (ou n’importe quel jeu) deviendrait un spectacle sportif plus développé que jamais. Ou alors, nous pourrions simplement dire qu’il ne s’agit que de deux joueurs se balançant une balle en caoutchouc par-dessus un filet, mais qu’ils font cela terriblement bien, sous les applaudissements d’une audience interactive connectée.

Wimbledon est plus que cela, et l’était avant même la technologie.