Ce n’est un secret pour personne qu’en matière de cyclisme, l’Europe se positionne en championne toutes catégories, y compris lorsqu’il s’agit de sécurité routière. Dernier exemple en date, la mise en place d’un nouveau crash test permettant d’apprécier comment une voiture repère les cyclistes.

Mercredi, le programme européen d’évaluation des nouveaux véhicules (Euro NCAP), a annoncé que la Nissan LEAF, une voiture électrique, était la première à avoir subi ce test.

Ce programme européen dédié à la sécurité routière teste des véhicules selon les normes fixées par les Nations Unies et donne aux consommateurs des informations sur les modèles vendus sur le marché européen. Il a qualifié ce test de « première mondiale », car en effet, c’est la première fois que les tests de systèmes anti-collision (AEB) présentent des scénarios de collisions avec des cyclistes.

Les piétons, les cyclistes et les motards représentent la moitié des décès sur les routes européennes, et les morts de cyclistes sont en augmentation dans de nombreux pays, selon le programme.

« Nos nouvelles évaluations démontrent le niveau de sophistication croissant qui peut être atteint en connectant différents systèmes de capteurs installés sur le véhicule », explique Michiel van Ratingen, le secrétaire général d’Euro NCAP, dans un communiqué. « Alors que le coût de ces systèmes diminue et que leurs capacités informatiques augmentent, les véhicules standard seront bientôt capables d’éviter de nombreux accidents survenant dans un contexte complexe ». Avant d’ajouter que le groupe continuera de demander aux constructeurs automobiles de fournir les meilleures performances en matière de sécurité pour tous les usagers de la route.

Les systèmes anti-collision permettent de stopper un véhicule avant de heurter un cycliste, ou tout du moins, de réduire la violence de l’impact, selon Euro NCAP. Grâce à l’intégration des tests de détection de piétons dans sa notation, il peut évaluer les performances de la technologie en matière d’évitement de collisions fatales pouvant survenir entre les voitures et les cyclistes.

Il est assez difficile, techniquement parlant, de détecter la présence de cyclistes par rapport à celle de piétons, selon le groupe, car leur vitesse de déplacement est différente. Les constructeurs automobiles doivent donc utiliser des capteurs disposant d’un angle de vue plus large. De plus, le système a moins de temps avant de prendre la décision de freiner ou non.

La détection de cyclistes fait partie de la catégorie des tests de détection de piétons et la Nissan LEAF à reçu la note de 71 %.

D’ailleurs, la nouvelle LEAF a obtenu cinq étoiles « aux tests les plus difficiles à ce jour », précise Euro NCAP. Ce test a également subi quelques modifications, avec l’amélioration de certains tests, et l’introduction d’une série d’autres, y compris la détection de piétons dans la pénombre et dans de mauvaises conditions de luminosité, ainsi que le système d’assistance de trajectoire intelligent qui prend la décision de manière autonome de reprendre le contrôle du véhicule s’il est susceptible de quitter la route ou d’entrer en collision avec un autre véhicule.

« C’est la nécessité exprimée par le gouvernement néerlandais d’assurer la sécurité de ses cyclistes, qui l’a amené à financer un projet essentiel, ayant conduit au développement de protocoles permettant de détecter les cyclistes », explique Robbert Verweij, un membre du conseil d’Euro NCAP et conseiller du ministère du transport néerlandais, dans un communiqué. Ce nouveau test « montre ce qu’il est possible d’obtenir en unissant les efforts des gouvernements et des associations de cyclistes, en collaboration avec Euro NCAP ».