Véritable sujet de société, internet a bouleversé nos habitudes, nos mœurs et, pire, nos réflexes. Tous les pans de notre vie sont touchés, ou « optimisés » dans le meilleur des cas. 

Je ne reviendrai pas sur tous les bienfaits d’internet sur notre quotidien (gain de temps, meilleure productivité, puits d’informations,…), mais son impact est particulièrement intense sur notre vie de famille, et plus précisément, sur notre vie de couple (voir ma chronique sur le dating en ligne).


Quelques chiffres clés sur « nous » et « internet »

Afin de mieux appréhender les éléments cités ci-dessous, voici quelques chiffres clés à garder en tête afin de bien comprendre l’omniprésence d’internet dans notre quotidien (chiffres relatifs à la France) :

  • Plus de 85% des Français ont accès à internet (sans compter les spots Wi-Fi qui nous poussent à être toujours plus connectés)
  • 74% accèdent à internet tous les jours (95% chez les 18-24 ans)
  • Nous passons en moyenne plus de 18 heures par semaine sur internet, soit plus de 72 heures par mois (3 jours complets…)
  • En moyenne, chacun d’entre nous passe 58 minutes par jour sur l’internet mobile (depuis un smartphone ou une tablette tactile)
  • En moyenne, chacun d’entre nous passe 76 minutes par jour sur un ou plusieurs réseaux sociaux
  • Chaque jour, nous passons en moyenne 20 minutes à regarder des vidéos sur internet
  • 1 personne sur 2 passe plus de 70 minutes sur internet avant de dormir

Autrement dit, chiffres à l’appui, internet est accessible en permanence depuis un ordinateur ou dans le creux de sa main. Cela implique des connexions lorsque nous sommes dans les transports en commun, dans la queue du supermarché, aux toilettes ou encore… au lit! En somme, nous sommes connectés en permanence… Besoin d’une detox digitale?

Internet est la source de conflits récurrents chez 10% des couples

De nombreuses études ont été réalisées par le Pew research Center. Il en ressort que 21% estiment que les nouvelles technologies « rapprochent » le couple, alors que 79% pensent que l’impact est inverse ou en statu quo. 

Je souligne également que 25% estiment que leur « moitié » passent trop de temps sur internet lors des instants dédiés au couple. Pire, cette sur-consommation 2.0 est un sujet de conflit récurrent pour près de 10% d’entre eux. Sans surprise, il est clairement mis en avant que plus le couple est jeune et plus l’impact des nouvelles technologies est profond.

Quel que soit notre avis, il faut vivre avec son temps : la vie de couple s’étale désormais beaucoup plus sur internet ! Entre les blogs et les réseaux sociaux, ce n’est pas l’espace numérique qui manque. Dans ce cadre, il arrive même que les couples partagent leurs mots de passe (67%), leur boîte e-mails (27%), et, de façon plus surprenante leurs comptes sociaux (11%).

Quid de la communication au sein du couple ?

Être en couple est déjà, en soi, un petit miracle quotidien où les consensus sont omniprésents. Concernant la communication, elle est, selon moi, devenue incomplète à cause d’internet. En effet, la communication est devenue, en partie, non verbale, et ce, à coup de smileys et de phrases sommaires (voire en langage texto…). 

Clairement, cela génère des quiproquos, des incompréhensions et des insatisfactions. Ces échanges par « écran interposé » ne sont pas des plus pertinents, mais quoi de plus normal pour des couples s’étant de plus en plus rencontrés sur… internet !

Internet : un catalyseur à infidélités ?

Internet est souvent dépeint comme un « environnement » idéal propice aux infidélités. Au-delà des valeurs et de la conception de l’amour de chacun, je pense, en effet, que les nouvelles technologies peuvent permettre de multiplier les infidélités « physiques », mais surtout les infidélités « virtuelles ». Entre les « Ajoute moi sur Facebook » non dénués d’objectifs, et, le retour en force de veilles connaissances qui réapparaissent sur les réseaux sociaux, les possibilités sont… nombreuses !

La rencontre physique est l’infidélité « suprême », mais les rencontres virtuelles ne peuvent pas être passées sous silence, car internet permet d’entretenir des relations fictives. Par volonté de continuer à plaire ou par souhait d’échapper à une certaine routine, les membres du couple peuvent continuer à jauger leur sex appeal via ces relations 2.0 entretenues par des messages WhatsApp, Facebook et bien d’autres. 

D’ailleurs, cette étude apporte de l’eau à mon moulin : 4 personnes sur 10 avouent surveiller leur conjoint concernant ses échanges numériques, et, 3 personnes sur 10 avouent avoir eu un comportement de séduction sur les réseaux sociaux… Heureusement, il est désormais possible de divorcer par internet !

En somme, internet est devenu un moteur à chaque étape de notre vie amoureuse, de la rencontre à la rupture souvent devenue plus douloureuse qu’auparavant à cause des « traces » laissées. Une fois de plus, tout est une question de dosage et de savoir-être…

Cela étant, la fuite d’un des membres du couple vers internet n’est-elle pas le premier signal d’une relation qui bat de l’aile ?