Les premiers avis sur le MacBook Pro 13″ M1 sont déjà là et il semblerait qu’ils soient positifs. En dépit de quelques plaintes sur iOS, le dernier MacBook a essentiellement été décrit comme étant le saint-graal des ordinateurs portables.

Cependant, même si le nouveau processeur M1 est impressionnant, il est loin d’être parfait. En effet, il présente de nombreux petits défauts, dont on ne parle que très rarement. Je pense que le nouveau MacBook Pro 13″ M1 conviendra sans doute aux utilisateurs qui n’utilisent que des logiciels Apple, qui ne se connectent pas à plusieurs périphériques, et qui ont beaucoup d’argent à investir dans des logiciels.

Je voulais apporter un certain équilibre à ces premiers commentaires et de désigner les utilisateurs qui, selon moi, ne devraient pas envisager d’acheter le nouveau MacBook Pro 13″ M1. J’ai utilisé mon appareil pendant près de cinq jours et voici, selon moi, les utilisateurs qui devraient l’éviter.


Vous voulez une compatibilité logicielle assurée :

Le nouveau MacBook M1 n’exécutera pas les applications MacOS créées au cours des dix dernières années. Cela est dû au fait que le processeur M1 d’Apple n’utilise pas le même langage logiciel que les Macs à base d’Intel. Le nouveau MacBook Pro 13″ M1 doit utiliser une traduction binaire pour convertir les instructions Intel par le biais d’une application appelée Rosetta 2. Si vous avez vécu la transition cauchemardesque entre le PowerPC et le logiciel Rosetta 1 d’Intel, vous avez une idée de ce qui vous attend.

Jusqu’à présent, j’ai connu des plantages d’applications dans Microsoft Edge, Outlook, WinZip et Logitech Camera Control. J’ai eu des erreurs d’installation avec Adobe Reader XI, Adobe Acrobat Reader DC, une application de sauvegarde SSD de Samsung, et Xbox 360 Controller pour Mac. En effet, je n’ai même pas pu installer Adobe Reader XI 11.0.10. L’installateur est resté figé, et j’ai dû redémarrer tout le système. De même, Acrobat DC ne s’installait pas non plus, et était accompagné de ce message d’erreur : « Acrobat DC n’est pas encore disponible pour les appareils équipés de silicium Apple (Code d’erreur : 405) ». De plus, WinZip 8.0 ne s’ouvrait pas non plus après l’installation.

D’autres utilisateurs constatent également des problèmes généralisés de compatibilité avec le silicium M1. Étant donné le nombre d’incompatibilités que présente la puce M1, un samaritain a créé un site appelé « Is Apple Silicon Ready » qui documente les applications incompatibles avec le système. Jusqu’à présent, ce site indique que les applications suivantes sont incompatibles avec Rosetta 2 :

  • Autodesk Revit
  • Studio OBS
  • Google Drive File Stream (un outil d’entreprise)
  • Haskell
  • Plugin pour l’outil LFO
  • Matlab
  • Native Istruments
  • Plugin nectar
  • Plugin neutron
  • Parallels
  • Les outils Pro
  • Le flux d’écran
  • La Virtualbox

Ce même site répertorie les problèmes de compatibilité de Rosetta 2 avec :

  • Adobe Photoshop 2020
  • Adobe Indesign
  • Adobe After Effects
  • Adobe Illustrator
  • Adobe Premier Pro
  • Adobe Lightroom
  • Airfoil
  • Audio Hijack
  • Android Studio
  • Brave Browser
  • Docker
  • Loopback
  • Microsoft Teams
  • Soundsource

J’ai également fait l’expérience d’un étrange changement entre la caméra de mon Mac et celle de mon ordinateur externe Logitech C922 lors d’appels Skype for Business.

C’est pourquoi si vous êtes une entreprise et que vous avez des MacBooks dans votre liste de clients approuvés, vous pouvez commencer à les tester dès que possible pour voir si les nouveaux MacBooks peuvent exécuter vos applications et vos logiciels de gestion et de sécurité. Assurez-vous également de vérifier la compatibilité des imprimantes, car je n’ai pas réussi à installer les pilotes HP Printer v5.1.

Vous voulez des performances assurées :

Notez que la plupart des performances annoncées par les premiers experts concernaient des applications ou des benchmarks Apple. AnandTech a signalé que Rosetta 2 peut ajouter jusqu’à 50 % de pénalité de performance CPU sur des applications en code natif non-Apple, non-Arm. (voir ci-dessous) Cela me paraît très logique car la traduction binaire est très difficile à réaliser. C’est pourquoi j’ai eu des expériences très différentes d’une application à l’autre : le navigateur Edge était très, très lent et révélait un code complexe ; Outlook était meilleur, mais j’ai connu quelques retards et OneNote était extrêmement lent. Et alors que je n’ai fait l’expérience d’aucun problème avec Word ou PowerPoint, j’ai constaté des retards dans Chrome, Skype for Business, Webex, Zoom et Teams.

En outre, selon The Register : « Le compilateur GCC n’a pas encore reçu le support du Silicium d’Apple, ce qui a conduit certains à affirmer que toute personne sérieuse en matière de calcul scientifique devrait éviter les modèles Mac basés sur le processeur M1 ». C’est pourquoi, avant de vous lancer, vérifiez que vos applications fonctionnent bien avec la nouvelle architecture du M1.

Vous voulez une batterie qui dure plus longtemps :

La puce M1 est un dérivé de la puce de l’iPhone et de l’iPad et est overclockée, vous pouvez donc vous attendre à une bonne durée de vie.  Sur les applications Apple, les applications natives d’Arm et Safari, je pense que les utilisateurs devraient bénéficier d’une bonne autonomie. Cependant, mon expérience a été assez différente. En effet, j’ai eu 4,5 heures d’autonomie à 10 % de batterie pour faire fonctionner Outlook, OneNote, Chrome WhatsApp, Word, et j’ai passé un appel Skype for Business, un appel Zoom et un appel Webex. C’est environ la moitié de l’autonomie de la batterie dont bénéficiaient Apple et les premiers utilisateurs.

Comme je l’ai dit dans tous mes articles de la dernière décennie, l’autonomie de la batterie dépend des applications que vous utilisez et de la façon dont vous les utilisez.

Vous voulez jouer à des jeux AAA :

Je crois qu’il y a une raison pour laquelle Apple et les premiers experts parlent toujours de Tomb Raider pour Mac : c’est l’un des rares jeux AAA qui fonctionne relativement bien avec une émulation de plus de 30 images par seconde, qui se trouve sur l’App Store d’Apple et qui exploite l’API Metal propriétaire d’Apple par rapport à une API graphique ouverte.

C-Net a rapporté que Steam fonctionnait à peine sur le MacBook Pro 13″ M1 et que sans Steam, il était impossible de lancer des jeux AAA.  Je vais donc tester de nombreux jeux AAA au cours des prochaines semaines et encore plus quand je pourrai obtenir la version 16 Go du MacBook Pro.

Vous voulez connecter plus d’un périphérique USB externe :

 Le MacBook Pro 13″ M1 possède deux ports USB, ce qui signifie que lorsque vous branchez votre Mac, il ne vous en reste plus qu’un. Il s’agit d’un port pour un écran externe ou un pour charger votre iPhone, ou encore un port pour un disque externe ou pour un clavier ou une souris. Je pense que les professionnels ont besoin de plus d’un port USB libre. Même le nouveau Surface Laptop Go, à partir de 549 dollars, dispose de deux ports USB libres pendant le chargement. Néanmoins, Apple se fera un plaisir de vous vendre un adaptateur à 69 dollars qui vous permet d’ajouter de nombreux ports USB.

Vous voulez un écran tactile :

Même les premiers experts ont dit que l’expérience de l’application iOS était horrible et disjointe.  Par conséquent, je dirais que l’exécution d’applications iOS n’ajoute aucune valeur jusqu’à ce qu’Apple ajoute un écran complètement tactile.

D’ailleurs, ce que je n’ai jamais compris, c’est pourquoi Apple supporte les écrans tactiles sur les iPhones, Apple Watch et iPad, mais pas sur le MacBook. Et non, la TouchBar ne compte pas. Même les plus fervents supporteurs d’Apple la détestent, à l’exception des touches rapides qui, sur la plupart des autres ordinateurs portables, constituent une rangée de vraies touches.

Vous voulez une connexion LTE ou 5G :

Tout comme les écrans tactiles, ce qui est bon pour l’iPhone, l’Apple Watch et l’iPad, n’est apparemment pas bon pour le MacBook Pro 13″ M1. Par conséquent, vous ne pouvez pas être toujours connecté sans fil via les réseaux LTE ou 5G et devez donc faire un partage de connexion à partir de votre téléphone.

Vous voulez plus d’un écran externe :

Indépendamment du manque de ports USB, le MacBook Pro M1 atteint son maximum sur un seul écran externe. C’est un exemple où la puce M1, inspirée de l’iPhone et de l’iPad, montre des signes de faiblesse. Je suis certain que cela sera réparé sur M1X ou M2, mais pour l’instant, ce n’est pas le cas. Certes, tout le monde n’a pas besoin de plusieurs écrans, mais je dirais que c’est le cas de nombreux professionnels. Je me considère comme un professionnel et j’utilise actuellement quatre écrans externes à la fois au bureau.

Vous voulez un système de refroidissement silencieux :

Les experts ont noté l’absence de bruit des ventilateurs, même dans le cas d’applications très exigeantes. Apple aurait apparemment créé un nouveau design de ventilateur avec le nouveau MacBook Pros que l’entreprise n’appelle même plus « un ventilateur », donc je me demande si le nouveau design du ventilateur ou le design du M1 contribue le plus à la diminution du bruit.

Cependant, le MacBook Pro M1 va ventiler et j’en ai déjà fait l’experience. J’ai participé à des appels Webex, Teams ou Zoom et mon système s’est mis à chauffer et les ventilateurs se sont mis à tourner.

Pourquoi ne pas parler du Surface Pro X ?

Vous vous demandez peut-être pourquoi je n’ai pas abordé le sujet du Surface Pro X. C’est très simple : Microsoft n’a pas promis l’ordinateur parfait avec le Surface Pro X comme Apple l’a fait avec le MacBook Pro 13″ M1.

En effet, j’ai méticuleusement parcouru les transcriptions du WWDC d’Apple et de l’événement Mac et l’entreprise a promis la meilleure performance et compatibilité. Microsoft, en revanche, a été très réservée, mesurée et concentrée, en évitant de promettre une compatibilité parfaite du Surface Pro X avec toutes les applications. Microsoft cible Surface Pro X sur des cas d’utilisation et des publics spécifiques, car le système ne convient pas à tout le monde.

D’ailleurs, voici comment Microsoft décrit le Surface Pro X : « Il est conçu pour rester connecté à la LTE. Il est très bien alimenté par une batterie d’une autonomie de 15 heures. Il dispose également de plus d’espace sur l’écran avec un écran tactile de 13″ ».

Microsoft a ensuite ajouté : « REMARQUE : Si vous passez du temps sur des applications 64 bits comme Solidworks, ou si vous jouez à certains jeux à forte intensité graphique, alors les performances et la polyvalence de Surface Pro 7 sont l’option idéale pour vous ».

Voici comment Apple décrit le MacBook Pro 13″ M1 : « Le processeur M1 d’Apple donne au MacBook Pro 13″ une vitesse et une puissance incroyables. Avec une performance CPU jusqu’à 2,8x et jusqu’à 5x la vitesse graphique. En plus de 20 heures d’autonomie de batterie, la meilleure de tous les Macbooks. C’est pourquoi c’est notre meilleur ordinateur portable professionnel le plus populaire ».

Apple a ensuite ajouté : « Toutes vos applications fonctionneront de façon normale grâce à Rosetta 2 ». Ce n’est pas vrai, toutes vos applications ne fonctionneront pas grâce à Rosetta 2. Dans un esprit d’honnêteté et de transparence, j’aimerais qu’Apple mette à jour sa déscription pour représenter la réalité avec exactitude et honnêteté.

Conclusion :

Je suis impressionné par les performances du processeur M1 d’Apple, mais je suis déçu que l’entreprise ait fait des promesses qu’elle ne puisse pas tenir, qu’elle ait fait des déclarations sans explications, et que les premiers experts n’aient pas relevé tous les problèmes que j’ai trouvé au cours des deux premières heures d’essai.

Il fallait donc que quelqu’un donne son avis honnête sur le MacBook Pro 13″ M1. Le nouveau MacBook Pro 13″ M1 sera parfait pour les utilisateurs qui n’utilisent que des logiciels Apple, mais pour ceux qui en veulent plus, je recommande d’opter pour la version Intel pour 100 dollars de plus ou d’examiner les diverses options Windows, beaucoup plus compétitives, qui existent sur le marché. En effet, dans l’écosystème Windows, vous pouvez obtenir des designs plus légers et plus variés, des écrans à plus haute résolution, des écrans tactiles, une connexion LTE et 5G, la compatibilité des logiciels et des périphériques, et tout cela à un prix moins élevé.

Article traduit de Forbes US – Auteur : Patrick Moorhead

<<< À lire également : Apple Dévoile Le MacBook Air, Le MacBook Pro Et Le Mac Mini Avec Sa Propre Puce M1 >>>