La société de lancement néo-zélandaise Rocket Lab a réussi à récupérer une fusée de classe orbitale après l’avoir parachutée sur Terre depuis un espace proche – c’est la deuxième entreprise de l’histoire à le faire.

 

Jeudi 19 novembre à 21h20, heure de l’Est, la fusée Electron à deux étages de la société a décollé du site de lancement de la société sur la péninsule de Mahia, dans l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande.

Baptisée « Return to Sender », la mission a place 30 satellites sur une orbite héliosynchrone à 500 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre – le plus grand nombre de satellites jamais embarqués dans une fusée Electron.

Parmi les satellites lancés, 24 étaient de petits satellites de communication appelés « SpaceBees » de la société californienne Swarm Technologies. Les autres comprenaient un test d’élimination de débris spatiaux, un satellite d’observation maritime et un satellite d’étude des tremblements de terre – tandis qu’un petit gnome a également fait son chemin dans l’espace pour des raisons caritatives.

Le lancement a été particulièrement remarquable, cependant, pour les efforts de récupération de Rocket Lab. Peu après le lancement, le premier étage de la fusée est redescendu sur Terre sous parachute, tombant dans l’océan où il a ensuite été récupéré par un navire en attente plusieurs heures plus tard.

« Welcome back to Earth Electron! » a déclaré Peter Beck, le PDG de Rocket Lab, sur Twitter.

Environ deux minutes et demie après le lancement, les premier et deuxième étages de la fusée se sont séparés à une altitude de 80 kilomètres, alors que cette dernière poursuivait son voyage vers l’espace.

Le premier étage, cependant, a basculé de 180 degrés grâce aux propulseurs embarqués, avant d’entamer un voyage de retour dans l’atmosphère terrestre – subissant une chaleur et une température élevées en passant devant ce que Rocket Lab a appelé « le mur ».

Cette rentrée a ralenti la fusée à moins de Mach 2, alors qu’un parachute de freinage s’est déployé pour ralentir sa descente de façon beaucoup plus importante. À quelques kilomètres au-dessus de la Terre, un parachute principal plus grand s’est déployé, réduisant sa vitesse à seulement 30 kilomètres par heure.

Le premier étage a touché l’océan à cette vitesse, avec une image de la compagnie montrant que la fusée avait clairement survécu à son incroyable voyage vers et depuis les confins de l’espace.

Ce lancement et cet atterrissage réunis marquent un moment majeur pour Rocket Lab. L’année dernière, ils ont annoncé qu’à l’instar de la société SpaceX d’Elon Musk, ils avaient l’intention de rendre leurs fusées (qui coûtent environ 5 millions de dollars) réutilisables, plutôt que de les jeter après chaque lancement.

Cependant, contrairement à SpaceX, qui effectue des atterrissages propulsifs sur des drones et au sol, le plan de Rocket Lab était de rattraper ses plus petites fusées – un quart de la taille des fusées Falcon 9 de SpaceX – lorsqu’elles tombaient de l’espace sous un parachute.

Alors que le premier étage de la fusée Electron retombe sur Terre, un parachute ralentirait sa descente. Un hélicoptère saisissait alors le parachute pendant la descente de la fusée, permettant à la fusée de revenir au sol en toute sécurité, prête à voler à nouveau.

« Notre souhait est d’avoir une flotte aussi petite que possible avec le moins de rénovation possible », a déclaré Peter Beck aux journalistes au début du mois. « Mais même une seule réutilisation est un énorme avantage ».

Lors de ce lancement de « Return to Sender », une récupération par hélicoptère n’a pas été tentée. Au lieu de cela, la fusée a été laissée pour être parachutée dans l’océan, où elle a été récupérée par un navire.

Mais à un moment donné, peut-être l’année prochaine, cette première récupération par hélicoptère sera tentée. Tout d’abord, la compagnie dit qu’elle souhaite effectuer quelques tests supplémentaires de projection dans l’océan comme celui-ci, pour vérifier que tout est nominal.

Si tout se passe bien, cependant, SpaceX pourrait ne pas être la seule entreprise privée capable de lancer, récupérer et relancer ses propres fusées.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jonathan O’Callaghan

 

<<< À lire également : Pourquoi La NASA A-t-elle Investi 90 Millions De Dollars Dans Une Fusée Russe ? >>>