Depuis des années, Microsoft travaille sur Teams pour en faire un concurrent sérieux à Slack. Aujourd’hui, le groupe fait appel à sa suite logicielle pour remporter un nouveau succès dans le domaine du cloud computing.

Le géant de la tech a annoncé mardi avoir lancé Azure Communication Services, une nouvelle suite d’outils qui est « la première plateforme de communication entièrement gérée à être proposée par un grand fournisseur de cloud ». En bref, ces services permettront aux développeurs d’ajouter une messagerie texte, audio et vidéo à leurs applications. Le mois prochain, Microsoft prévoit même d’ajouter en option la téléphonie fixe à l’ancienne.


Mais les nouveaux outils entreront en concurrence directe avec ceux proposés par Twilio, une société à 34 milliards de dollars qui a bénéficié jusqu’à présent d’une avance relativement confortable sur le marché des services de communication basés sur le cloud (Communications-Platform-as-a-Service). Selon Courtney Munroe, analyste chez IDC, Twilio détient actuellement une part de marché de 25 % dans ce secteur, qui était évalué à 4,2 milliards de dollars en 2019, et augmente de 33 % par an.

Cette nouvelle est un coup dur pour Twilio, qui avait été courtisé par Microsoft en 2012 avant d’accepter de fournir des services de communication aux clients du cloud Azure. Twilio est alors devenue cliente d’Azure pour héberger son logiciel. L’entreprise a refusé de se prononcer sur son maintien en tant que client de Microsoft Azure.

Caitlin Epstein, porte-parole de Twilio, déclare : « Microsoft n’est pas le premier à entrer dans notre espace et ils ne seront pas les derniers. Nous respectons la concurrence, mais nous ne réagissons pas de manière excessive, car il est bien plus important de se concentrer sur les clients que sur le dernier communiqué de presse d’une autre société de la tech ».

Dans une interview, Scott Van Vliet, vice-président de la communication intelligente chez Microsoft, n’a pas souhaité discuter de l’avenir de la relation entre Microsoft et Twilio, si ce n’est pour dire : « Nous espérons que nos clients qui se tournent vers Microsoft verront que nous fournissons l’une des plateformes de cloud computing les plus fiables et les plus évolutives ».

Twilio affirme de son côté compter 200 000 entreprises faisant appel à ses services de communication. Les analystes affirment que la société basée à San Francisco a efficacement contribué à la création du secteur, et soulignent l’envolée de ses revenus, qui ont atteint 400 millions de dollars au deuxième trimestre. Puisque le secteur des communications basées sur le cloud est si récent, et qu’il doit encore être largement adopté dans des secteurs tels que la santé et la vente au détail, la position de leader de Twilio lui permettra de continuer à se développer, ajoute Ryan Koontz, analyste chez Rosenblatt Securities.

Mais Twilio doit faire face à la concurrence acharnée de Microsoft, dont les équipes sont très motivées. La plateforme Teams de Microsoft est utilisée quotidiennement par plus de 75 millions de personnes, ce qui permet à l’entreprise d’attirer une vaste clientèle pour le déploiement de ses nouveaux services de communication. Par ailleurs, l’une des principales menaces qui pèsent sur Twilio sera la capacité de Microsoft à vendre sa suite aux développeurs sur GitHub, un service que le groupe possède et qui est utilisé par plus de 50 millions de développeurs pour créer des applications. Rich Valera, analyste chez Needham & Company, nuance : « Il ne fait presque aucun doute pour moi qu’un grand nombre de ces développeurs utilise Twilio ».

En fonction du succès d’Azure Communications Services, une poussée concurrentielle majeure dans un nouveau secteur du logiciel pourrait mettre en évidence l’effet de Microsoft sur ses petits concurrents. Au cours de l’été, alors que Microsoft évitait les contrôles antitrust dirigés contre ses rivaux Google et Amazon par les autorités américaines, la société a été poursuivie en justice par Slack, qui a affirmé que le produit Teams violait les lois antitrust. Depuis son lancement en 2017, Teams a largement dépassé le nombre d’utilisateurs de Slack, qui compte actuellement 12 millions d’utilisateurs.

Le secteur de la communication cloud étant toujours en croissance, les analystes ne considèrent pas l’offensive de Microsoft comme un jeu à somme nulle, mais certains prennent note de la portée du groupe. Selon Ted Chamberlin, analyste chez Gartner : « Vous commencez à devenir trop gros pour perdre, et je pense que ça devient de plus en plus évident : les plus petits sont traqués. Cette fois-ci, David ne va sûrement pas gagner, mais Goliath oui ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : David Jeans

 

<<< À lire également : Pourquoi Walmart S’Allie A Microsoft Pour Racheter TikTok >>>