Machine learning, analyse de la data, développement d’algorithmes… Des start-up exploitent la puissance de l’intelligence artificielle (IA) pour améliorer la recherche d’emploi des salariés et la mise en valeur des compétences au sein des entreprises.  

Du temps où Loïc Michel était consultant, il s’étonnait que tout le pilotage des compétences se faisait à partir de vulgaires tableurs Excel : “On remplissait deux-trois mots-clés par consultants, et ça n’allait pas plus loin. Je me suis dit qu’avec le Big Data on pouvait faire mieux.”

Depuis 2015, Loïc Michel est cofondateur et CEO de 365talents, une startup qui fournit aux entreprises une plateforme SaaS alimentée en temps-réel par l’analyse de l’activité et des compétences grâce au Big Data. En clair, 365talents analyse grâce à des algorithmes toutes les données de l’entreprise en lien avec une possible évaluation des compétences de ses employés. L’intelligence artificielle scrute non seulement les CV, mais aussi les réseaux sociaux internes, les plates-formes de gestion de projet. “Le but est de proposer les postes et les formations les plus adaptées aux employés en interne.”

Le Google des chasseurs de tête

365talents n’est pas la seule à exploiter l’intelligence artificielle pour faire face aux enjeux de la gestion des ressources humaines. Les exemples se multiplient. Parmi eux : Pipler, un produit de Yatedo, une entreprise française spécialisée dans la création de solutions d’intelligence artificielle, créée en 2011. Pipler, c’est un peu le Google du chasseur du tête. Il s’agit d’une solution de sourcing RH de candidats basée sur l’IA qui connecte les recruteurs à 1 milliard de personnes ; c’est à dire 60% de la population mondiale en ligne. Tous les métiers sont représentés. du foreur en eaux profonde, au Data scientist en passant par le boulanger. Il suffit de taper dans la barre de recherche le titre du poste que vous recherchez, et Pipler vous sort tous les profils correspondants trouvables sur Internet. Le moteur de recherche puise toutes ses données non seulement dans les réseaux sociaux professionnels, comme Linkedin ou Viadeo, mais aussi dans toutes les informations laissées publiques : comptes Facebook, Twitter, CV en ligne etc. Il vous suffit ensuite de compléter une vingtaine de critères pour affiner le résultat. Le plus : le moteur de recherche vous propose différents filtres, comme celui qui permet de voir si le candidat ciblé semble prêt à changer de métier dans peu de temps. 

Et comment un logiciel peut-il prédire ce genre de choses ? Eh bien en s’appuyant sur des modélisations via la data : “En analysant les données, explique Amyne Berrada CEO de Yatedo, on peut mettre en relief des schémas comportementaux. Par exemple, on pourra savoir qu’en moyenne, un consultant en cybersécurité qui a eu tel poste au bout de tant de temps, sera en mesure ou non de changer de boite dans les trois mois.”

Et l’intelligence artificielle au service de la RH séduit. En mai 2018, la 365talents a opéré une première levée de fonds de 2.5 millions d’euros lui permettant de renforcer son positionnement. La stratus espère également tripler son CA en 2019. En 2018, son revenu annuel avait atteint 1 million d’euros. De son côté, Pipler affiche plus de 150 clients, dont 40% appartiennent au CAC40 (Vinci, Renault, Bouygues, Orange, Air Liquide, Valeo…). L’année dernière, 4 500 candidats ont trouvé un nouvel emploi via ce moteur de recherche.