Le Royaume-Uni se prépare à retirer Huawei de l’infrastructure 5G du pays d’ici la fin de l’année, selon un rapport publié dans le Telegraph.

 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson se prépare à opérer un changement de politique majeur après que le GCHQ a « révisé » sa conviction antérieure que le pays pouvait gérer tous les risques de sécurité liés aux produits Huawei.

Selon les sources du Telegraph, un nouveau rapport du Centre national pour la cybersécurité (NCSC) du GCHQ conclut que les sanctions américaines bloquant l’accès de Huawei aux composants fabriqués aux États-Unis vont obliger l’entreprise à utiliser une technologie « non fiable » et rendre le risque posé par l’entreprise impossible à gérer.

Les responsables auraient élaboré des propositions visant à empêcher l’installation de nouveaux équipements Huawei sur le réseau 5G dans un délai de six mois seulement, ainsi que des plans visant à accélérer le retrait des équipements Huawei déjà en place.

Une source de Whitehall a déclaré au Sunday Times que les sanctions américaines « modifient fondamentalement le calcul » concernant l’entreprise.

« Les sanctions américaines contre Huawei ne ressemblent à rien de ce que nous avons déjà vu auparavant », a déclaré la source. « La société ne peut pas utiliser la propriété intellectuelle américaine dans ses semi-conducteurs – elle ne peut même pas utiliser d’outils pour fabriquer de nouveaux semi-conducteurs si ces outils utilisent la propriété intellectuelle américaine ».

« Huawei est dans une position où il n’y a pas de solutions faciles ni d’échappatoires. Cela change fondamentalement le calcul ».

« Les impacts sont si graves que, vu la nécessité de donner des éclaircissements à l’industrie, une décision sera prise et le Parlement sera informé ce mois-ci ».

En réponse au rapport du Telegraph, un porte-parole de Huawei a déclaré « Huawei est le fournisseur le plus contrôlé au monde et nous croyons fermement que notre transparence inégalée au Royaume-Uni signifie que l’on peut continuer à nous faire confiance pour jouer un rôle dans la mise à niveau du gigabit en Grande-Bretagne ».

« Il est important de se concentrer sur les faits et de ne pas spéculer pour le moment ».

En janvier dernier, Boris Johnson a accordé à Huawei, ainsi qu’à d’autres entreprises chinoises « à haut risque », un rôle « limité » dans l’infrastructure 5G, lui permettant d’être impliquée dans des parties non essentielles du réseau, malgré une réaction négative de la part de hauts responsables du parti conservateur.

À l’époque, le Royaume-Uni a déclaré que Huawei serait exclue de tous les réseaux essentiels et liés à la sécurité et ne serait autorisée à fournir que 35% du matériel qui relie les appareils et équipements aux antennes de téléphonie mobile.

 

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Carly Page

 

 

<<< À lire également : Comment Huawei Va S’Imposer Face A Apple et Samsung >>>