TikTok, l’application de la compagnie chinoise ByteDance qui permet de créer et de partager de courtes vidéos va être examinée par le Comité européen de la protection des données (EDPB). Ce comité va enquêter sur la collecte de données et les risques en matière de sécurité et de respect de la vie privée.

Après les États-Unis, c’est au tour de l’Europe d’enquêter sur l’application chinoise TikTok. Le Comité européen de la protection des données (EDPB) a été saisi par un député européen, préoccupé par ses méthodes de collecte de données, et par les risques en matière de sécurité et de respect de la vie privée.


Le mois dernier, l’autorité de protection des données néerlandaise a ouvert une enquête pour vérifier si les informations fournies sur la collecte de données lorsque les enfants installent l’application sont suffisamment compréhensibles et détaillées. En effet, cette application est extrêmement populaire auprès des adolescents. Elle leur permet de laisser libre cours à leur imagination en créant de courtes vidéos avec des effets spéciaux. Avec plus de 800 millions d’utilisateurs, TikTok est l’une des applications les plus téléchargées en 2019.

L’EDPB a mis en place un groupe de travail pour coordonner les actions potentielles et acquérir une vue d’ensemble plus complète du traitement et des pratiques de TikTok dans toute l’Union Européenne.

Comment contrôler l’activité des adolescents ?

TikTok propose depuis février un mode « connexion famille ». Il permet de relier le compte TikTok d’un parent à celui de son adolescent. Une fois activé, le parent peut, depuis son smartphone et l’application TikTok, contrôler les fonctionnalités de bien-être numérique de son enfant (temps d’écran, messagerie, mode retreint).

Depuis mai 2018, la collecte et le traitement des données personnelles des citoyens de l’Union Européenne est régi par le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Ce règlement renforce et unifie la protection des données pour les individus au sein de l’Union Européenne. Selon le rapport d’activité 2019 de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), 68 % des Français se disent plus sensibles à la question de la protection de leurs données personnelles. Cela est dû, en partie, à la médiatisation dont a bénéficié le règlement, qui se concrétise par une prise de conscience massive, inscrite dans la durée.

 

<<< À lire également : Comment L’Ex Patron Star De Disney Va Booster TikTok >>>