Ces dernières années, une grande partie du débat sur l’IA et l’automatisation a porté sur la façon dont les ordinateurs allaient remplacer les humains sur le lieu de travail. Les chercheurs ont tenté de comprendre l’impact des nouvelles technologies sur le bien-être des employés. 

 

« L’idée fausse la plus répandue concernant la mise en œuvre des nouvelles technologies sur le lieu de travail est que les relations entre l’employeur et l’employé deviennent plus fragmentées et moins personnalisées, ce qui peut contribuer à mécontenter la main-d’œuvre », a déclaré Omri Dekalo, PDG d’Ubeya, une plateforme de gestion de la main-d’œuvre à la demande. « Nous avons en fait constaté le contraire. Nous avons vu les nouvelles technologies conduire à des choses incroyables comme un plus grand engagement des employés et des niveaux plus élevés de satisfaction et de productivité, mais cela dépend vraiment de la façon dont vous l’utilisez et repose sur l’utilisation de la technologie qui est la meilleure pour vous et les circonstances uniques de votre main-d’œuvre. »

Cela dit, les deux parties de ce débat ont tendance à simplifier quelque peu les choses, comme l’illustre un récent article du Georgia Institute of Technology et de la Georgia State University. Leurs recherches ont débuté après qu’un nombre croissant d’histoires ont commencé à émerger sur la vie des personnes travaillant à la fois pour les entreprises technologiques elles-mêmes et dans des lieux de travail à forte composante technologique.

Les chercheurs ont donc voulu mieux comprendre comment l’introduction de technologies telles que l’IA sur le lieu de travail peut affecter le bien-être des employés.

« Le bien-être du travailleur a des implications pour toute la société, pour les familles, et même pour la productivité », expliquent les chercheurs. « Si nous nous intéressons vraiment à la productivité, le bien-être des travailleurs est quelque chose qui doit être pris en compte. »

 

Un regard neuf

Les chercheurs affirment que si le remplacement des travailleurs par la technologie est universellement perçu de manière négative, l’utilisation de la technologie pour compléter le travail des humains est généralement considérée de manière plus positive, les travailleurs progressant dans la chaîne de valeur vers des tâches plus qualifiées qui leur offrent plus de liberté et de créativité.

Les chercheurs ont toutefois constaté que les choses ne sont pas aussi simples, en étudiant l’impact possible de l’automatisation sur le lieu de travail à travers cinq canaux distincts : l’insécurité de l’emploi, la charge cognitive, le sens de la vie, la liberté du travailleur et la surveillance externe.

Ils ont examiné les données de l’enquête sociale générale, qui contient une section sur le bien-être des travailleurs. Ils ont examiné les données de 2002 à 2018 et ont corrélé les scores de bien-être avec les mesures du risque d’automatisation développées par Carl Frey à l’Université d’Oxford pour 402 professions. L’objectif était de voir s’il y avait une corrélation entre le risque d’automatisation et des éléments comme le stress, l’insécurité et la satisfaction au travail.

 

Un tableau mitigé

L’analyse révèle que si les travailleurs dont l’emploi est touché par l’automatisation semblent subir moins de stress au travail, ils semblent également souffrir d’une moins bonne santé et d’une baisse de la satisfaction professionnelle. Ces risques étaient particulièrement importants dans les rôles où le risque d’automatisation était le plus élevé.

« Nous avons relevé des contradictions intéressantes en explorant quelques hypothèses différentes », expliquent les chercheurs. « Il y a la perspective optimiste d’une plus grande liberté au travail, mais il y a aussi ce concept de perte de sens. Vous êtes peut-être chauffeur routier, mais maintenant vous êtes simplement assis sur le siège passager. Votre travail est plus facile, mais il n’est pas nécessairement meilleur. Le stress a peut-être diminué, mais vous n’êtes pas mis au défi et vous ne faites pas un travail qui a du sens. »

Diverses histoires de travailleurs se révoltant contre de telles pratiques ont émergé dans des livres tels que The Techlash, de Nirit Weiss-Blatt, de l’Université de Californie du Sud, et Uberland, d’Alex Rosenblatt. 

« Peut-être que l’automatisation a rendu votre travail plus facile, mais maintenant vous êtes optimisé », expliquent les chercheurs. « Chaque seconde, vous êtes surveillé, vous êtes observé, mesuré. Vous n’avez aucun sentiment de sécurité de l’emploi, ni d’ailleurs de sécurité en cas de pandémie. C’est peut-être une combinaison de ces éléments, mais ces avantages liés à la diminution du stress sont en train d’être anéantis. »

 

Un processus dynamique

Les chercheurs nous rappellent qu’il s’agit en grande partie d’un processus dynamique où de nombreux facteurs différents interagissent en même temps. Par exemple, si le stress est souvent une mauvaise chose, une trop faible quantité de stress peut conduire à l’ennui, il est donc important de garder un équilibre.

Ce qui est clair, cependant, c’est que les travailleurs accordent une grande importance à l’autonomie et que si la technologie réduit l’autonomie des personnes au travail, cela ne peut que produire des résultats négatifs.

« L’autonomie est un facteur déterminant du bien-être des travailleurs », expliquent les chercheurs. « Une façon pour les décideurs politiques ou les entreprises d’aborder les impacts négatifs est de faire savoir aux travailleurs ce qui se passe, de les responsabiliser ou de les impliquer dans le processus, afin qu’ils n’aient pas l’impression de perdre leur autonomie et d’être simplement surveillés et dictés par des machines. La façon dont une entreprise implique ses travailleurs dans le processus est vraiment importante. »

Les chercheurs espèrent qu’à côté du travail de personnes comme Rosenblatt, ils seront en mesure d’ajuster la lentille que les décideurs politiques, les chercheurs et les entreprises elles-mêmes utilisent lorsqu’ils considèrent l’impact de technologies telles que l’IA sur les travailleurs.

« Une partie de notre espoir ici est d’aider les décideurs politiques à prêter plus d’attention aux impacts en aval, et à penser davantage à la formation et à la santé des travailleurs, aux restrictions et à la façon dont l’automatisation peut être utilisée de différentes manières, et pas seulement à l’innovation de manière générale », disent les chercheurs.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Adi Gaskell

<<< À lire également : Logikko : une technologie inédite autour de l’hydrogène vert >>>