Les plus grands géants de la technologie semblent prêts à s’affronter cette année pour les milliards d’utilisateurs dans le monde. Des mises à jour importantes sont prévues dans les mois à venir : l’iOS 14 d’Apple, prévu pour l’automne, introduira un certain nombre de fonctionnalités qui visent clairement à avoir la même convivialité que WhatsApp. Pendant ce temps, Google travaille à ajouter un cryptage de bout en bout à sa messagerie RCS, comblant ainsi la grave lacune de sécurité actuelle avec les deux autres. Mais il semble que Google et Apple auront du mal à suivre le rythme de Facebook, qui semble vouloir conserver son énorme avance sur le marché.

Bien que le Messenger de Facebook et WhatsApp soient conjointement en tête du marché, le grand gagnant en matière de sécurité et de facilité d’utilisation est WhatsApp. La plateforme, qui a rendu le cryptage de bout en bout accessible à tous et a popularisé le passage du SMS, est maintenant utilisée par environ 2 milliards d’utilisateurs dans le monde. Le plus curieux pour le propriétaire de Facebook, bien sûr, c’est que son application Messenger originale n’est pas loin derrière, avec près de 1,5 milliard d’utilisateurs à elle seule.


Facebook a commencé à parler de relier ses plateformes de messages entre elles il y a plus d’un an, mais peu de choses se sont passées depuis. Bien qu’il y ait clairement d’énormes chevauchements entre les deux bases d’utilisateurs, WhatsApp est la plateforme que Facebook sait être la mieux placée pour faire face à l’opposition nouvellement accusée. Et Messenger n’est même pas cryptée, ce qui, dans le monde d’aujourd’hui, est un problème sérieux. Facebook a confirmé ses plans pour y remédier, bien que la pression du gouvernement ait ralenti le processus.

Là où Google et Apple ont un avantage sur Facebook, c’est dans leur intégration à la technologie de messages SMS, omniprésente et exploitée par les réseaux mobiles du monde entier. Le SMS est terriblement peu sûr, mais il est disponible pour tout le monde, et il garantit que l’iMessage d’Apple et les messages de Google peuvent fonctionner sur plusieurs plates-formes en utilisant des applications natives, alors que Facebook Messenger et WhatsApp ont besoin de leurs propres applications pour être installés.

 

Aujourd’hui, selon le toujours fiable WABetaInfo, un nouveau code enfoui dans Facebook Messenger suggère qu’il se prépare à accepter les messages des utilisateurs de WhatsApp. Cela n’introduira pas le même niveau d’ubiquité que le basculement des SMS, mais beaucoup de ceux qui n’utilisent toujours pas WhatsApp ont de fortes chances d’avoir Facebook sur au moins un de leurs appareils. Cela permettrait à ces plateformes de message de se communiquer entre elles. 

Les champs de la base de données montre ce que Messenger tirerait de WhatsApp en acceptant les messages entrants. Comme l’explique WABetaInfo, « en suivant les références de cette image, Facebook peut comprendre si un contact WhatsApp est bloqué, les sons des notifications push, les détails d’un chat (qui comprend des informations particulières comme le numéro de téléphone du contact, un compteur de messages, si le chat est archivé…) mais pas son contenu, les membres d’un groupe spécifique et les photos de profil du contact ».

Il y a de sérieux obstacles à surmonter pour que WhatsApp fonctionne, le premier étant le cryptage. Messenger n’est pas crypté par défaut, et un message envoyé de WhatsApp à Messenger, ou vice-versa, doit donc être exécuté dans la fonctionnalité « secrète » de Messenger, étendre l’utilisation du cryptage, ou sortir du protocole de cryptage de bout en bout du protocole Signal de WhatsApp. Étant donné que Facebook a promis d’étendre le cryptage à l’ensemble du portfolio, on espère que ce sera l’une des deux options sécurisées.

La base de données en cours de développement semble être conservée localement par l’utilisateur, mais il y a toujours la question de savoir si elle sera également téléchargée sur un serveur quelque part. Et, étant donné qu’il s’agit de Facebook, sera-t-elle utilisée comme source de données marketing. Il est probable que vous pourrez désactiver cette fonctionnalité, comme le souligne WABetaInfo, « si vous ne faites pas confiance à Facebook et que vous avez des inquiétudes, cette option pourrait vous être utile ».

Cette initiative fait suite à l’intégration de la vidéoconférence de Facebook, qui peut être lancée et accessible depuis WhatsApp. Vous pouvez voir le schéma clair qui se dessine. Les messages et les appels vidéo font partie des applications les plus populaires de nos jours, d’autant plus que nous avons vécu un confinement, et que Facebook sait que la monétisation de ces plateformes ne fait que commencer.

Si ce code enfoui se retrouve sur des milliards de téléphones dans le monde au cours des prochains mois, tout comme la promesse de longue date de WhatsApp d’ajouter l’accès à plusieurs appareils se concrétise, ce sera un sérieux défi à relever pour Apple et Google. Certains utilisateurs n’auront pas accès à l’une des deux plateformes de messages de Facebook, mais ils seront de moins en moins nombreux.

Pour les utilisateurs de WhatsApp inquiets pour leur sécurité, vous pouvez probablement être assuré qu’aucune des mises à jour que nous avons vues jusqu’à présent ne suggère un affaiblissement de celle-ci. En fait, la faille de sécurité la plus flagrante de WhatsApp, à savoir que le cryptage de bout en bout ne s’étend pas aux sauvegardes des chats et des médias dans le cloud, est l’une des autres mises à jour en cours de développement.

Ainsi, pour les utilisateurs de messages du monde entier, la convivialité et les fonctionnalités de toutes ces plateformes devraient s’améliorer au cours des prochains mois. Si seulement ils pouvaient tous se communiquer entre eux, ce serait déjà quelque chose.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Zak Doffman

<<< À lire également : Facebook : Les Utilisateurs Pourront Désactiver Les Publicités Politiques >>>