Télétravail, semaine de 4 jours, journée de 5 heures, horaires flexibles, congés illimités… Selon le sondage Ipsos* commandée par Welcome to the Jungle, la question des rythmes et des modes d’organisation du travail est au cœur de l’économie avec des entreprises et des salariés qui cherchent à redéfinir leur conception du travail et… souhaitent de nouveaux modes d’organisation. Décryptage.

 


La flexibilité du travail au cœur du management d’entreprise

En matière de rapport au travail, les changements les plus souvent évoqués par les salariés portent sur l’organisation du travail. Selon le sondage Ipsos, le critère de « bien-être » est désormais plus important que le salaire pour la moitié des salariés français (49%). L’enquête révèle également que près de 9 salariés sur 10 considèrent l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle essentiel. Mais l’autre nouveauté, c’est la recherche de flexibilité des horaires : 60% des salariés – ou plutôt salariées, devrait-on dire, car ce sont encore majoritairement et sans surprise les femmes qui préfèrent travailler dans une entreprise où les rythmes de travail sont flexibles (63% en France). Cette perception de la flexibilité varie en effet en fonction de l’âge, du sexe et de la catégorie socioprofessionnelle des salariés avec les cadres (74% en France) qui peuvent facilement exercer leur travail à distance mais aussi  les 18-29 ans (66%) parmi les plus adeptes du travail flexible, contre les salariés de 50 ans et plus (49%).

 

Le télétravail en entreprise plébiscité avec la semaine de 4 jours

Parmi les différents dispositifs d’aménagement du temps de travail, plus des deux tiers estiment que les horaires flexibles et le télétravail partiel sont des dispositifs qui vont dans le bon sens : 61% des Français sont favorables à la semaine de 4 jours. Un sondage qui soulève la contradiction propre à un pays encore en retard sur ces modes d’organisation puisque seulement 28% des Français pensent que leur entreprise mettra en place des dispositifs d’aménagement du temps de travail dans les années à venir alors que 46% estiment qu’au niveau national de plus en plus d’entreprises auront recours à des dispositifs d’aménagement d’organisation de travail… Si globalement les différents dispositifs d’aménagement du temps de travail sont perçus favorablement par les salariés et les décideurs, ils sont en effet relativement peu mis en place au sein des entreprises.

 

La culture du télétravail préexistante dans l’organisation d’entreprise

Pourtant selon l’enquête de l’Institut de l’entreprise, la caractéristique communes aux organisations qui ont su le mieux adapter leurs modes de travail est celle de la culture du télétravail préexistante. Selon l’institut, les entreprises dotées en amont de capacités informatiques suffisantes, des outils appropriés et d’une première culture du télétravail ont su bien mieux adapter leurs activités à la crise du confinement. Par exemple, une entreprise hautement technologique comme Dassault Systèmes « a pu maintenir la quasi-totalité de son activité grâce à « une réorganisation du travail qui a pu être anticipée et facilitée par une culture du numérique ancrée dans l’entreprise ». De même, chez PwC, les mesures annoncées par le chef de l’État avaient été anticipées : « On était prêt ; le télétravail étant pleinement intégré dans la culture professionnelle des équipes, on avait un coup d’avance ». Les entreprises françaises « sont cependant unanimes pour reconnaître qu’elles n’étaient pas accoutumées à un tel usage du télétravail, ni en quantité, ni en qualité », rappelle l’Institut.

 

* sondage Ipsos commandée par Welcome to the Jungle auprès de salariés français et espagnols et de dirigeants RH)